Test-Achats : « Les clients peu attentifs paient beaucoup trop au supermarché »

La fédération du commerce Comeos  s’est montrée contrariée suite à une enquête extrêmement limitée de Test-Achats, mettant en garde les consommateurs contre les ‘pièges des supermarchés’, qui leur feraient payer bien plus qu’ils ne devraient. La fédération affirme qu’il n’est nullement question de  ‘pièges délibérés’, mais de ‘fautes humaines’.

« Le consommateur doit être plus vigilant en faisant ses courses »

De faux avantages, des promotions trompeuses, qui  doivent donner l’impression qu’initialement le produit était plus cher,  alors que ce n’est pas le cas, des étiquettes de prix inexactes, des offres ‘gratuites’ qui en réalité camouflent des augmentations de prix  et de grands emballages qui paraissent plus avantageux alors qu’en définitive ils s’avèrent plus chers que le prix à la pièce : voilà le constat pour le moins sévère de Test-Achats après avoir visité une vingtaine de supermarchés.


Aussi l’organisation de défense des consommateurs demande aux commerçants « de faire montre d’une plus grande rigueur lors de l’affichage des prix » et exige également des mesures de la part du ministre de la Protection des consommateurs, Johan Vande Lanotte (SP.A). « En attendant, nous conseillons aux consommateurs de se montrer vigilants lorsqu’ils font leurs courses », souligne le porte-parole Ivo Mechels. Fin mars le programme ‘Volt’ de la chaîne  de télévision Eén avait également mis en lumière dans un reportage ‘undercover’ des différences entre les prix affichés dans les rayons et ceux mentionnés sur le ticket de caisse.


« Une enquête à échelle trop limitée »

Comeos, la fédération belge du commerce et des services, pour sa part dénonce  « l’échelle trop militée » de l’enquête : « Il existe 80.000 supermarchés en Belgique, l’analyse d’une vingtaine d’entre eux ne s’appelle pas une enquête », déclare le porte-parole Peter Vandenberghe. La fédération admet que « malheureusement on constate encore des erreurs dans l’affichage des prix  », mais souligne surtout que « ces erreurs sont de moins en moins fréquentes. »


Le porte-parole indique également que le nombre de magasins en règle est en hausse et que par ailleurs les erreurs dans la moitié des cas sont en faveur du client. C’est ce qui ressort des contrôles du SPF Economie, qui – précise judicieusement Comeos – opère à beaucoup plus grande échelle que Test-Achats. »


Comeos s’offusque surtout du terme « piège » utilisé par Test-Achats : « Cela crée l’impression d’une stratégie délibérée, alors que ces erreurs d’étiquetage de prix sont souvent dues à des fautes humaines. En aucun cas il n’est question de duper intentionnellement les clients. D’ailleurs le commerçant n’y gagnerait  rien, car un client floué, est un client perdu », ajoute le porte-parole de Comeos.


« De gros efforts sont fournis, afin de limiter le nombre d’erreurs. Les membres en défaut sont priés de montrer davantage de rigueur. Par ailleurs le SPF Economie prévoit des amendes  pour les contrevenants, tout en leur laissant une marge d’erreur, sachant que la perfection n’existe pas » conclut Comeos.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


09/02/2016

En 2015 Hasbro a enregistré une forte croissance de son CA et de son bénéfice ; et ce grâce à un excellent 4ème trimestre, durant lequel le fabricant de jouets américain a su tirer profit de la sortie des nouveaux films de Star Wars et Jurassic World.

08/02/2016

Le consommateur hollandais n’est pas encore prêt à confier toutes ses données aux retailers. Selon un rapport d’ABN Amro, ces deux dernières années il serait même devenu plus réticent. Ce qui importe surtout pour le client est de savoir à quoi serviront  ses informations personnelles.

05/02/2016

Le sort en est jeté. La chaîne de grands magasins en faillite V&D a été rachetée et bénéficiera d’une relance. Le nouveau propriétaire est l’entrepreneur Roland Kahn, connu surtout pour son enseigne de vêtements Coolcat.

05/02/2016

Les deux géants américains du jouet , Hasbro et Mattel, envisageraient une fusion, annonce l’agence de presse Bloomberg sur base de sources proches du dossier. L’objectif est d’unir leurs forces pour faire face au danois Lego.

05/02/2016

Les curateurs en charge de la faillite de V&D annoncent être proches d’une relance de la chaîne de grands magasins. Le plan permettrait de sauver une partie des 62 filiales. De plus amples informations suivront dans les jours prochains.

05/02/2016

Bpost a conclu un accord avec le groupe français Lagardère Travel Retail concernant la reprise de ses activités belges. Ainsi la poste belge devient propriétaire de 220 magasins de journaux.

03/02/2016

Comeos estime que la proposition wallonne visant à interdire totalement les sacs plastiques à usage unique – y compris les sachets ultrafins utilisés pour emballer les fruits et légumes – dans les magasins, n’est pas réalisable.

03/02/2016

En 2015 le groupe de luxe français LVMH a réalisé un chiffre d’affaires record, grâce aux excellentes performances en Europe, aux Etats-Unis, ainsi qu’au Japon. Les autres pays asiatiques par contre affichent des résultats plus mitigés.

02/02/2016

Frank Weijers, ancien general manager d’Unilever Benelux, est décédé le 29 janvier. C’est ce qu’a annoncé Unilever. Au mois de décembre 2015 Weijers avait décidé de quitter l’entreprise pour des raisons de santé, afin de se consacrer entièrement à son rétablissement.

01/02/2016

Jef Colruyt, CEO de Colruyt Group, a annoncé qu’il souhaitait que la composition des produits ménagers soit réglementée.  Il craint que les clients se laissent tenter par des produits bon marché proposés par des casseurs de prix mais qui, selon lui, sont de mauvaise qualité.

29/01/2016

Les commerçants se disent satisfaits du bilan des soldes d’hiver, qui à la mi-janvier ont connu un sérieux boost grâce à la vague de froid qui, enfin, a incité les consommateurs à acheter des vêtements d’hiver.

27/01/2016

Procter & Gamble se dit satisfait de son deuxième trimestre, après que le chiffre d’affaires de son ‘core business’ ait renoué avec la croissance, grâce à la hausse des prix et à la cession de certaines marques moins rentables de son portefeuille.

Back to top