m-Tail

m-Tail

Augmentation spectaculaire du volume de recherches retail mobiles

Au Royaume-Uni durant le troisième trimestre 2011 le volume de recherches retail online via le téléphone mobile a augmenté de 35% par rapport au même trimestre de l’année dernière. Selon les derniers chiffres du BRC-Google Online Retail Monitor la hausse pour toute l’année s’élèverait à 168%. Actuellement une recherche retail sur dix se fait via le téléphone mobile.
 
Il n’est pas étonnant que Londres compte le plus de mobinautes retail : 35% de la totalité. Le nombre de consommateurs étrangers recherchant des retailers britanniques a augmenté de 34% par rapport à 2010 pour la même période, principalement en Russie, au Pakistan et au Mexique. Le BRC Monitor précise que les retailers britanniques s’adressent de plus en plus aux marchés émergents. La forte croissance du volume de recherches venant de l’étranger confirme ces possibilités de développement.
 
Le nombre de consommateurs britanniques à la recherche de retailers étrangers a augmenté de 78%.  « La pression grandissante sur les budgets ménagers stimulera les recherches retail. Les consommateurs de plus en plus voudront comparer les prix et influenceront ainsi la valeur marchande. En comparaison avec les canaux de vente traditionnels, la vente online connaît une croissance bien plus rapide. Nous voyons également une évolution vers la vente via smartphones et tablets », explique Stehpen Robertson, directeur général de BRC.

Les recettes ont été parmi les sujets les plus recherchés entre juillet et septembre. Autres sujets  recherchés : lits, robes, fleurs, HP Touchpad, iPad, iPhone 5, Lego, robe de mariée et Xbox.

 

- Traduit par M.-N. Masure


 

» Plus d’infos

Déjà 4% des réservations Collect&Go via smartphone

m-Tail

Déjà 4% des réservations Collect&Go via smartphone

Colruyt logoAprès Delhaize, Colruyt introduit lui aussi sa deuxième version de son application mobile. Selon le distributeur, depuis le lancement de l’application en juin, déjà 4% des réservations Collect&Go se fait via smartphone. C’est pourquoi à partir de 20 octobre, une nouvelle version est disponible avec entre autres un système d’enregistrement et un ‘Mémo’.

Le mobile pour faire ses courses

L’application pour iPhone et Android de Colruyt permet aux clients d’établir leur liste de courses via leur mobile et ensuite de transmettre directement leur réservation via le système Collect&Go de Colruyt. Colruyt a été la première chaîne de supermarchés belge à introduire le système de réservation mobile. Toutefois Delhaize lui aussi a amélioré son système de commande en ligne ce mois-ci en proposant cette même application via Delhaize Direct.

 

Les applications mobiles connaissent un grand engouement dans l’univers retail. « La popularité grandissante des smartphones a changé la manière dont les clients font leurs courses. Les clients Collect&Go – principalement des ménages à deux revenus avec enfants – optent ainsi pour un gain de temps et davantage d’efficacité », affirme Pieter Ceuleers, chef du département Collect&Go.

 

« Les chiffres  de téléchargement ne mentent pas : l’application Collect&Go n’est pas un gadget. Durant plusieurs semaines elle a été l’application gratuite la plus populaire d’App Store et 4% des réservations se fait via smartphone - les réactions sont d'ailleurs très positives » toujours selon Ceuleers.

Application Colruyt V2

Grâce entre autres à des suggestions d’utilisateurs, Colruyt a développé après quatre mois seulement, une deuxième version de cette application pour un shopping encore plus efficace. Ainsi les nouveaux clients peuvent dès maintenant s’enregistrer directement via l’application, éventuellement en scannant leur carte de fidélité Colruyt.

 

Autre nouveauté le ‘Mémo’ - que Colruyt décrit comme la version digitale des Post-its Collect&Go - au cas où le client manque de temps ou lorsqu’il est hors réseau. Colruyt a également fait des efforts au niveau de la géolocalisation. La nouvelle application dirige automatiquement le client vers le point d’enlèvement le plus proche.

 

-  Traduit par Marie-Noëlle Masure


» Plus d’infos

Pour la première fois, Apple déçoit les attentes des analystes

m-Tail

Pour la première fois, Apple déçoit les attentes des analystes

Le trimestre passé, dernier trimestre de son année fiscale, a été pour Apple son meilleur quatrième trimestre : son chiffre d’affaires s’élève à 28,27 milliards de dollars (20 milliards d’euros), soit une hausse de 39%. Le bénéfice net a grimpé jusqu’à 6,6 milliards de dollars (5 milliards d’euros), soit une hausse de 54%. Néanmoins le tout nouveau CEO, Tim Cook, a été mis d’emblée sur la sellette : pour la première fois en six ans, Apple déçoit les analystes par des résultats inférieurs aux attentes.

Des chiffres époustouflants

Durant le dernier trimestre Apple n’a vendu ‘que’ 17,07 millions d’iPhones : un chiffre inférieur aux attentes, mais surtout nettement en-dessous des 20,3 millions de pièces vendues au cours du troisième trimestre. Apparemment de nombreux consommateurs ont postposé leur achat en attendant le successeur de l’iPhone4. Ceci et l’absence durant le dernier trimestre de lancements de nouveautés notoires, expliquent sans doute en grande partie ces moins bons résultats.


Toutefois la notion de ‘moins bons résultats’ est relative, car malgré les circonstances économiques, les chiffres de vente restent impressionnants : ainsi Apple le trimestre dernier, a vendu outre les 17,07 millions d’iPhones (+21% par rapport au quatrième trimestre 2010), 11,12 millions d’iPads (+166%) et 4,89 millions de Macs (+26%). Seule la vente des iPods est en régression : 27% en moins par rapport au quatrième trimestre 2010, ce qui correspond tout de même à 6,62 millions de pièces.

Rythme de croissance réduit de moitié  

Apple storeAvec un chiffre d’affaires trimestriel de 28,27 milliards de dollars, Apple ne répond pas pour la première fois en 6 ans aux attentes des analystes, qui s’attendaient à 29,3 milliards de dollars. Toutefois la plus grande déception est qu’Apple, qui les derniers trimestres avait battu record sur record, voit maintenant son rythme de croissance fortement ralenti. En effet durant le troisième trimestre la croissance d’Apple était de 80%, durant le quatrième trimestre cette croissance a été réduite de moitié.


Mais Tim Cook semble confiant : « Nous sommes certains de battre tous les records durant la période des fêtes avec la vente des iPhones », affirme le CEO d’Apple au quotidien Wall Street Journal. « Nous sommes très satisfaits au finish d’une excellente année fiscale 2011, durant laquelle le chiffre d’affaires annuel a atteint les 108 milliards de dollars (78 milliards d’euros), et le bénéfice 26 milliards de dollars (19 milliards d’euros) ». Néanmoins l’action Apple a baissé de 7% après l’annonce des résultats trimestriels. Ainsi Apple perd son titre symbolique d’entreprise la plus coûteuse au monde;  titre qui revient à nouveau à la compagnie pétrolière ExxonMobil.

De l’eau au moulin des adversaires de Tim Cook

Les bons résultats d’Apple, mais à la fois décevants, réjouissent tous ceux qui n’ont jamais vu en Tim Cook le successeur naturel de Steve Jobs. Cook est considéré comme un bureaucrate par certains médias. Il n’a apparemment ni le talent, ni le charisme de son prédécesseur, Steve Jobs, décédé le mois dernier. Des qualités que possède par contre le britannique Jonathan Ive, responsable design d’Apple, selon certains médias. Jonathan Ive a conçu les modèles très design de l’iMac, iPod, iPhone et iPad et est tout aussi perfectionniste que Steve Jobs,ce qui fait de lui « la personnification même de la culture Apple et le digne héritier de Steve Jobs », selon le journal The Independent. Tim Cook sait ce qu’il lui reste à faire : prouver qu’il est bien l’homme de la situation.


 

- Traduit par Marie-Noëlle Masure


 

» Plus d’infos

Google lance son propre label de qualité pour webshops

m-Tail

Google lance son propre label de qualité pour webshops

Google Trusted StoresGoogle lance son propre label de qualité pour webshops aux Etats-Unis: ‘Trusted Stores’. Si l’un des e-shops certifiés par le label Google échoue au niveau de la commande, Google s’engage à compenser les dommages subis par le client. Aux États-Unis Google se charge lui-même du contrôle et de la sélection des boutiques online, « afin que les consommateurs fassent davantage confiance au e-commerce ».

Garantie d’un service client de qualité et de livraisons rapides

Google testera lui-même les boutiques online ayant introduit une demande d’adhésion et décidera si celles-ci répondent aux critères requis pour bénéficier du label de confiance, ‘Google Trusted Store’. Les critères portent principalement sur la rapidité des délais de livraison et sur le sérieux et l’accessibilité du service client. En cliquant sur le badge le consommateur découvrira le track record de l’e-shop en question au niveau de la livraison et le service client.

 

Si le site bénéficie du label de confiance, Google garantit la protection de l’acheteur en cas de non-respect des conditions de livraison par l’e-shop. Dans un premier temps le client devra lui-même tenter de solutionner le problème avec le vendeur online. Si cette première tentative s’avère vaine, Google interviendra en remboursant le client pour un maximum de 1000 dollars. Ce montant étant le montant maximal que peut revendiquer le client et ce à vie, précise toutefois Google.

Label de qualité nuisible au service client de Google ?

Les autres services Google, tels Adwords et le service de payement Google Checkout, ne seront pas associés au label de qualité Trusted Stores. A l’avenir toutefois les clients AdWords pourront faire de la publicité avec ce label de qualité. Le fait que Google lance un label de confiance semble quelque peu ironique : en effet le service client de Google lui-même ne jouit pas d’une très bonne réputation. C’est principalement lors de l’introduction de sa propre ligne Nexus de smartphones Android que le service client de Google a très sérieusement fait défaut.


Quant à savoir si le label Trusted Stores s’exportera en dehors des Etats-Unis et si oui, quand, le secret reste entier. Chez Google au Pays-Bas personne n’a voulu donner davantage de commentaires à ce sujet.

 

La vidéo de présentation de Google Trusted Stores:


» Plus d’infos