« Le coût des paiements électroniques risque de monter en flèche » | RetailDetail

« Le coût des paiements électroniques risque de monter en flèche »

« Le coût des paiements électroniques risque de monter en flèche »

Le projet de la Commission européenne visant à rendre les paiements électroniques en magasin plus transparents et moins onéreux dans toute l’Union, risque d’échouer. Les coûts des services comme Bancontact ou Visa exploseront, prévient la fédération du commerce Comeos.

« Le Parlement européen du côté des banques ? »

La Commission européenne a pour objectif d’harmoniser les paiements électroniques au sein de l’Europe et de les rendre plus transparents et moins coûteux. « Les coûts payés par les commerçants seraient plafonnés, des règles claires leur permettraient de choisir librement les cartes acceptées dans leurs magasins et de nouveaux opérateurs auraient une véritable opportunité de pénétrer le marché », explique Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos, résumant ainsi le projet.


Or ce projet initial est à présent compromis par une série de propositions formulées par le rapporteur de la commission économique du Parlement européen. Ainsi le plafonnement des coûts est remis en question et la liberté du commerçant d’accepter ou non certaines cartes est sérieusement limitée.


« Si ces propositions ne sont pas retirées, l’avenir du paiement électronique dans le commerce s’annonce sombre », souligne Dominique Michel. «Il y a vraiment lieu de se demander ce que font certains députés européens. Se sont-ils laissés convaincre par les banques et le secteur des paiements ? »


Les émetteurs de cartes eux aussi insatisfaits

Il y a une semaine Eurocommerce – l’organisation patronale européenne du retail, du commerce de gros et du commerce international – avait déjà évoqué « l’atténuation de la proposition de la Commission avec pour conséquence la perte de la plupart des avantages pour les consommateurs et les commerçants. »


Les émetteurs de cartes semblent eux aussi mécontents de la tournure que prend le dossier. Ainsi MasterCard dit « s’inquiéter de l’approche one-size-fits-all pour l’ensemble de l’Europe, étant donné que cette approche ne semble pas se baser sur une méthodologie claire. »


Preuve est faite que l’ébauche de la nouvelle directive sur les services de paiement comporte de nombreux enjeux souvent contradictoires, qui ne manqueront pas susciter encore de sérieux débats.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’ex-patron de Delhaize Denis Knoops devient actionnaire principal de 1PopUpStore

24/05/2018

Après Delhaize, la vie continue. Denis Knoops, qui l’an dernier a dû céder sa place de CEO chez Delhaize Belgique, est devenu actionnaire principal de 1PopUpStore, l’entreprise derrière Chronostock, le spécialiste des magasins éphémères.

Decathlon ouvre son 30ème magasin à Nivelles

23/05/2018

En septembre prochain Decathlon ouvrira son 30ème magasin belge dans le centre commercial Shopping Nivelles. En attendant un Connect-shop temporaire est mis à disposition des clients pour les commandes en ligne.

« Les données redonnent le contrôle aux trade marketeers »

23/05/2018

Pour les fabricants de marques le monitoring des assortiments, des prix, des promotions dans leur catégorie chez les retailers n’est pas une mince affaire. La start-up belge Daltix collecte automatiquement ces données vitales dans des dashboards.

Shop for Geek vise le cap des 25 magasins

22/05/2018

Après de récentes ouvertures à Alost et Namur, Shop for Geek, chaîne spécialisée dans les gadgets et articles de merchandising, compte désormais 13 magasins. Mais le retailer  vise le cap des 25 magasins et compte s’attaquer à la France.

Le propriétaire 3i souhaite quand même conserver Action

22/05/2018

L’investisseur 3i souhaite quand même garder l’entièreté d’Action. Bien que le propriétaire de la chaîne discount ait annoncé la semaine dernière qu’il cherchait un repreneur pour une partie de sa participation dans Action, 3i nie tout en bloc.

Marks & Spencer sort son couteau : 100 magasins doivent fermer

22/05/2018

Le retailer britannique envisage une restructuration radicale.  Au cours des quatre prochaines années, ce ne sont pas 60 mais 100 magasins britanniques qui devront fermer leurs portes.  « Indispensable pour assurer l’avenir », semble-t-il.