« Le coût des paiements électroniques risque de monter en flèche »

« Le coût des paiements électroniques risque de monter en flèche »

Le projet de la Commission européenne visant à rendre les paiements électroniques en magasin plus transparents et moins onéreux dans toute l’Union, risque d’échouer. Les coûts des services comme Bancontact ou Visa exploseront, prévient la fédération du commerce Comeos.

« Le Parlement européen du côté des banques ? »

La Commission européenne a pour objectif d’harmoniser les paiements électroniques au sein de l’Europe et de les rendre plus transparents et moins coûteux. « Les coûts payés par les commerçants seraient plafonnés, des règles claires leur permettraient de choisir librement les cartes acceptées dans leurs magasins et de nouveaux opérateurs auraient une véritable opportunité de pénétrer le marché », explique Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos, résumant ainsi le projet.


Or ce projet initial est à présent compromis par une série de propositions formulées par le rapporteur de la commission économique du Parlement européen. Ainsi le plafonnement des coûts est remis en question et la liberté du commerçant d’accepter ou non certaines cartes est sérieusement limitée.


« Si ces propositions ne sont pas retirées, l’avenir du paiement électronique dans le commerce s’annonce sombre », souligne Dominique Michel. «Il y a vraiment lieu de se demander ce que font certains députés européens. Se sont-ils laissés convaincre par les banques et le secteur des paiements ? »


Les émetteurs de cartes eux aussi insatisfaits

Il y a une semaine Eurocommerce – l’organisation patronale européenne du retail, du commerce de gros et du commerce international – avait déjà évoqué « l’atténuation de la proposition de la Commission avec pour conséquence la perte de la plupart des avantages pour les consommateurs et les commerçants. »


Les émetteurs de cartes semblent eux aussi mécontents de la tournure que prend le dossier. Ainsi MasterCard dit « s’inquiéter de l’approche one-size-fits-all pour l’ensemble de l’Europe, étant donné que cette approche ne semble pas se baser sur une méthodologie claire. »


Preuve est faite que l’ébauche de la nouvelle directive sur les services de paiement comporte de nombreux enjeux souvent contradictoires, qui ne manqueront pas susciter encore de sérieux débats.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


LensGroup acquiert deux webshops allemands

18/01/2018

Le belge LensGroup, maison-mère du site de vente en ligne de lentilles de contact LensOnline, a racheté deux webshops allemands. Ainsi le groupe fait son entrée sur le marché allemand et est désormais présent dans cinq pays européens.

Wint jouw bedrijf de bpost Omnichannel Award 2018?

18/01/2018

Qui suivra Juttu en 2018 en tant que lauréat du bpost Omnichannel Award ? Les candidats peuvent maintenant s'inscrire. Le prix sera remis lors du RetailDetail Omnichannel Congress le 1er mars.

L’enseigne britannique Iceland bannit le plastique

17/01/2018

L’enseigne de surgelés britannique Iceland est la première chaîne à supprimer tous les emballages plastiques de ses produits sous marques propres. D’ici 2023 tous seront emballés dans des matières plus durables, comme le carton ou le papier.

GS1 Belgilux annonce le lancement de la plus grande base de données produit du monde

16/01/2018

(publireportage) GS1 Belgium & Luxembourg lance le CLOUD, la plus grande base de données produit du monde. Comment y introduire vos produits et que pouvez-vous en faire ? Assistez le 8 février à notre FORUM 2018 à Bruxelles pour en savoir plus.

Hema s’implante au Moyen-Orient

15/01/2018

Pour la première fois de son histoire, Hema s’aventure hors des frontières européennes en ouvrant trois magasins à Dubaï cette année.  La chaîne néerlandaise envisage l’ouverture de nombreux magasins au Moyen-Orient ces cinq prochaines années.

Metro Group satisfait du premier trimestre

15/01/2018

L’entreprise allemande Metro Group est satisfaite des résultats du premier trimestre.  Le chiffre d’affaires après effets de change n’a progressé que de 0,2%, mais les ventes ont augmenté de 0,8% sur base comparable.

Back to top