« Les chaînes logistiques doivent être plus résilientes »

« Les chaînes logistiques doivent être plus résilientes »

Les entreprises faisant partie de la même chaîne logistique doivent collaborer plus étroitement. C’est la conclusion d’une étude du VIL (Institut flamand pour la Logistique), qui avec la participation de huit entreprises de secteurs très divergents, a étudié comment les entreprises pouvaient s’armer contre les ruptures dans la chaîne logistique. Outre la collaboration, la standardisation est elle aussi importante, indique le rapport intitulé ‘Meten van Resilience – veerkracht in de supply chain’ (Evaluation de la résistance de la chaîne logistique).

Coûts et pertes de revenus pour les entreprises

En septembre 2011 les huit entreprises (parmi lesquelles des grands noms tels Nike et Toyota) ont démarré ce projet, visant à augmenter la résistance de leur chaîne logistique (ou ‘supply chain’ ).


Auparavant l’étude annuelle ‘Supply Chain Resilience 2011’ menée par The Business Continuity Institute auprès de 559 entreprises dans 62 pays, avait déjà mis en avant l’importance d’une chaîne de production résiliente. 85% des répondants avaient connu de lourdes perturbations dans leur chaîne logistique en 2011, ce qui avait entraîné pour la moitié des répondants des pertes au niveau de la production, deux sur cinq répondants avaient subi une augmentation des coûts et pour un tiers d’entre eux également une perte significative de revenus, une augmentation du nombre de plaintes et un impact négatif sur les prestations de service.


Des procédures formelles en guise de garanties

Le VIL est allé encore une étape plus loin dans son étude en essayant de déterminer les  faiblesses éventuelles des chaînes logistiques, qui sont de plus en plus fragilisées par leur complexité grandissante. D’autre part l’institut a également recherché des mesures pouvant être appliquées par les entreprises, afin de renforcer leur chaîne et de limiter l’impact d’éventuelles ruptures et ce dans tous les chaînons du réseau logistique. L’étude conclut que la collaboration est l’arme par excellence dans le combat contre les interruptions de la chaîne logistique. Dans le cadre de cette collaboration, l’échange d’informations est primordial : « cela doit devenir un réflexe dans une organisation et être ancré dans la culture d’entreprise. »


D’autre part l’étude souligne également l’importance des procédures formelles, afin de tirer les leçons des problèmes du passé et pouvoir ensuite éviter des interruptions dans le futur. Les entreprises devront mettre sur pied des stratégies pour parer à certains risques et ce en collaboration avec les autres parties concernées de la chaîne. Le VIL recommande également les programmes de certification : ainsi certaines garanties pourront être insérées formellement dans la chaîne.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Technologie ét expérience client au cœur du RetailDetail Congress

28/04/2017

L’affiche internationale du RetailDetail Congress 2017 a fait impression. Le prophète du retail Doug Stephens en particulier à su convaincre le public. La technologie et l’expérience client sont indissociables dans le magasin du futur.

Légère baisse du chiffre d’affaires chez Procter & Gamble

27/04/2017

Au 3ème trimestre de son exercice 2016/2017 les performances de Procter & Gamble se sont à nouveau avérées décevantes. Même si sur base autonome il est question d’une hausse du CA de 1%, le CA net par contre est en recul de 1%.

La riche histoire d'un job passionnant

26/04/2017

(publireportage) Un emploi varié vous intéresse? Optez pour un lieu proche mais surprenant : la salle de bains. Source de grande satisfaction, ce secteur permet de déployer pleinement vos talents. Bien sûr, tout dépend de l’entreprise que vous choisirez…

RetailDetail accueille Kjëll Bries à son bord

25/04/2017

RetailDetail continue de s’étendre : nous venons d’engager un nouvel account manager. Désormais Kjëll Bries sera la personne de contact pour nos partenaires et annonceurs.

Le gouvernement établit un code de conduite pour les vendeurs porte-à-porte

24/04/2017

Le ministre de l’Economie Kris Peeters a établi un code de conduite pour les vendeurs porte-à-porte.  Il devrait mettre fin aux vendeurs agressifs.  L’objectif est de faire signer ce code de conduite par toutes entreprises du secteur.

A quoi s’attendre après la numérisation ? 4 tendances

24/04/2017

La numérisation du secteur retail ne représente qu’une des nombreuses conséquences de la disruption digitale. Il en existe bien d’autres, selon Annick Lemaylleux, VP Global Retail Market chez Atos. Au RetailDetail Congress, elle nous guidera à travers les principales tendances.

 

Back to top