4 commerçants sur 10 « déplorent » la suppression de Proton | RetailDetail

4 commerçants sur 10 « déplorent » la suppression de Proton

4 commerçants sur 10 « déplorent » la suppression de Proton

Le 1er janvier Proton disparaîtra définitivement, au grand regret de 4 petits  commerçants sur 10. Pour l’instant on estime qu’il resterait encore tout au plus 10 millions d’euros chargés  sur les cartes.

« Pas d’alternative valable » pour les petits montants

Dans à peine un mois le rideau tombera définitivement sur Proton. L’arrêt du système se fait progressivement :  depuis le mois d’octobre le nombre d’endroits où le consommateur peut recharger sa carte a diminué graduellement, à partir du 1er janvier les paiements via Proton ne seront plus possibles et d’ici le 28 février tous les terminals Proton auront été retirés des  magasins.


Pourtant 39% des commerçants déplorent la disparition de Proton, révèle une enquête du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI). « Il s’agit principalement de commerces, où les clients font des achats pour des petits montants, comme par exemple les marchands de journaux, les sandwicheries, les snackbars ou encore les bars à café. 49% estiment que les paiements inférieurs  à 10 euros via une carte bancaire ne sont pas une alternative valable au système Proton, parce que trop chers », indique Christine Mattheeuws, présidente du SNI.

 

Pour convaincre les commerçants d’investir dans les paiements électroniques, il faudra encore en diminuer le coût, estime le SNI. C’est pourquoi l’organisation des indépendants propose  de supprimer le prix des frais de change (de 5,6 cents pour un montant à partir de 10 euros) ou au moins de le répercuter sur plusieurs acteurs, notamment les banques, les consommateurs et les commerçants. Par ailleurs le SNI plaide pour une augmentation de la déductibilité fiscale pour l’achat d’un terminal bancaire  et les coûts d’abonnement et de transaction.


Tout au plus 10 millions d’euros encore chargés sur les cartes

Côté consommateurs,  la popularité du système Proton était en perte de vitesse depuis des années, comme en témoigne le nombre de transactions passé de 81 millions en 2008 à 30 millions l’année dernière. Febelfin estime qu’il y aurait encore tout au plus 350.000 cartes Proton en circulation. A titre comparatif : en 2012 il y en avait encore 750.000 environ.


« Sachant que les détenteurs de cartes chargent en moyenne 20 à 30 euros par recharge,  cela signifierait donc qu’il y aurait encore, au pire des cas,  10 millions d’euros chargés sur les cartes », indique la porte-parole Isabelle Marchand dans le journal Het Nieuwsblad. Febelfin précise qu’il a été clairement convenu avec les banques que si le consommateur n’a pas utilisé l’intégralité du solde chargé avant la fin définitive de Proton, il pourra récupérer ce montant via sa banque : : «  Chaque banque devra en informer ses clients ».

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


KaDeTe, le premier ‘supermarché start-up’ au monde, s’installe à Berlin

22/02/2018

KaDeTe, le premier ‘supermarché start-up’ au monde, ouvrira ses portes le mois prochain à Berlin. Cette place de marché physique donne l’occasion à des marques et entreprises débutantes d’entrer en contact avec les consommateurs et les acheteurs.

Il ne serait « pas surprenant » qu’Unilever opte pour Rotterdam

22/02/2018

Rotterdam, et non pas Londres, aurait le plus de chances d’accueillir le siège principal du groupe anglo-néerlandais Unilever. C’est ce que révèle le journal d’affaires Financial Times qui cite des sources de milieux politiques.

Chiffres records pour Henkel

22/02/2018

Le groupe allemand Henkel a réalisé d’excellentes performances en 2017, avec des chiffres records tant au niveau des ventes que du bénéfice. Pour la première fois l’entreprise a franchi la barre des 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Consolidation des chaînes américaines pour contrecarrer Amazon

21/02/2018

Afin de faire barrage à la montée d’Amazon, les distributeurs américains se consolident. Ainsi le groupe Albertsons a racheté Rite Aid et Walmart, qui voit ralentir sa croissance en ligne, continue de renforcer ses activités online.

Walmart envisage l’ouverture d’une chaîne physique en Inde

21/02/2018

Les négociations entre la chaîne de grande distribution américaine Walmart et l’e-tailer indien Flipkart ne concernent probablement pas uniquement le retail online. Il y a de fortes chances qu’il soit également question d’une chaîne physique.

bpost étoffe son réseau de points d’enlèvement

20/02/2018

(publireportage) Le confort joue un rôle de plus en plus essentiel lors des achats effectués en ligne et le consommateur d'aujourd'hui sait exactement ce qu'il veut : déterminer lui-même où et quand sa commande lui sera livrée. bpost poursuit dès lors l'extension de son réseau de points d’enlèvement.

Back to top