Atos réduit les tarifs de paiements électroniques pour petits montants

Atos réduit les tarifs de paiements électroniques pour petits montants

bancontactA partir de l’année prochaine, les commerçants payeront moins lorsque leurs clients effectueront un paiement inférieur à 10 euros avec Bancontact/Mistercash.


Unizo, l’union des entrepreneurs indépendants, se réjouit de cette réduction des tarifs d’Atos Worldline. 

Abaissement de l’indemnité aux banques

A partir du 1er janvier 2012 Atos Wordline facturera pour tout paiement inférieur à 10 euros un coût fixe de 2,5 centimes d’euros, ainsi qu’un coût variable de 0,5% sur le montant de la transaction. A titre d’exemple : lorsqu’un client paie un pain de 2,5 euros avec sa carte, cela coûtera 3,5 centimes d’euros au commerçant.

 

Cette réduction est valable pour les trois formules tarifaires standards d’Atos Worldline et est possible  grâce à l’abaissement de l’ « interchange »  pour les montants inférieurs à 10 euros. L’interchange est l’indemnité payée par transaction à la banque émettrice de la carte. Cette diminution tarifaire a été décidée après concertation entre les banques et les commerçants.

Le consommateur préfère le payement par carte, même pour les petits montants

Grâce à cette réduction tarifaire, Atos Worldline espère stimuler davantage encore les payements électroniques, offrant plus de confort tant pour le commerçant que pour le consommateur. « Nous constatons que les porteurs de carte sont demandeurs du payement par carte tant pour les gros que pour les petits montants et cette diminution des tarifs répond à cette demande du consommateur », explique Hugo Tembuyser, General Manager Sales & Marketing chez Atos Worldline.

« Coût actuel disproportionné »

Unizo réagit avec satisfaction à cette réduction tarifaire; Le coût actuel (pour le commerçant) d’une transaction-Bancontact était disproportionné par rapport au petit montant. « Etant donné que la fréquence des payements électroniques ne cesse d’augmenter, nous sommes très satisfaits de cette diminution des tarifs. » déclare Unizo Jusqu’à présent les petits commerçants principalement n’acceptaient de payement par Bancontact qu’à partir d’un montant minimum.

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

bancontactA partir de l’année prochaine, les commerçants payeront moins lorsque leurs clients effectueront un paiement inférieur à 10 euros avec Bancontact/Mistercash.


Unizo, l’union des entrepreneurs indépendants, se réjouit de cette réduction des tarifs d’Atos Worldline. 

Abaissement de l’indemnité aux banques

A partir du 1er janvier 2012 Atos Wordline facturera pour tout paiement inférieur à 10 euros un coût fixe de 2,5 centimes d’euros, ainsi qu’un coût variable de 0,5% sur le montant de la transaction. A titre d’exemple : lorsqu’un client paie un pain de 2,5 euros avec sa carte, cela coûtera 3,5 centimes d’euros au commerçant.

 

Cette réduction est valable pour les trois formules tarifaires standards d’Atos Worldline et est possible  grâce à l’abaissement de l’ « interchange »  pour les montants inférieurs à 10 euros. L’interchange est l’indemnité payée par transaction à la banque émettrice de la carte. Cette diminution tarifaire a été décidée après concertation entre les banques et les commerçants.

Le consommateur préfère le payement par carte, même pour les petits montants

Grâce à cette réduction tarifaire, Atos Worldline espère stimuler davantage encore les payements électroniques, offrant plus de confort tant pour le commerçant que pour le consommateur. « Nous constatons que les porteurs de carte sont demandeurs du payement par carte tant pour les gros que pour les petits montants et cette diminution des tarifs répond à cette demande du consommateur », explique Hugo Tembuyser, General Manager Sales & Marketing chez Atos Worldline.

« Coût actuel disproportionné »

Unizo réagit avec satisfaction à cette réduction tarifaire; Le coût actuel (pour le commerçant) d’une transaction-Bancontact était disproportionné par rapport au petit montant. « Etant donné que la fréquence des payements électroniques ne cesse d’augmenter, nous sommes très satisfaits de cette diminution des tarifs. » déclare Unizo Jusqu’à présent les petits commerçants principalement n’acceptaient de payement par Bancontact qu’à partir d’un montant minimum.

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Analyse : Blokker se suffit-il à lui-même pour survivre ?

16/05/2017

Le démantèlement radical auquel procède Blokker Holding marque la fin d’un groupe retail iconique. Mais cette restructuration peut-elle également signifier le début d’une nouvelle étape, ou est-ce tout simplement trop tard ?

Breaking : Blokker Holding choisit de se focaliser entièrement sur Blokker

16/05/2017

Blokker Holding a décidé de se concentrer entièrement sur Blokker, l’enseigne avec laquelle tout a commencé en 1896. Les autres chaînes du groupe (Intertoys, Maxi Toys, Xenos, Big Bazar et Leen Bakker) seront mises en vente.

Plus besoin de l’intervention de la police en cas de vol à l’étalage

16/05/2017

D’ici peu l'intervention de la police en cas de vol à l’étalage ne sera plus requise. Les commerçants pourront eux-mêmes sanctionner l’auteur du vol au moyen d’une d’indemnisation. L’Unizo se réjouit de ce nouvel accord.

Voilà comment Amazon s’attaque sans cesse à de nouveaux marchés

15/05/2017

Même dans les catégories où actuellement l’e-commerce ne détient qu’une modeste part, Amazon sort les grands moyens pour gagner rapidement des parts de marché. L’ameublement et le bricolage figurent parmi ses nouvelles cibles.

Qui sera le successeur de Carrefour Les Grands Prés ?

15/05/2017

Comeos donne le coup d’envoi du Prix Mercure : comme chaque année la fédération du commerce et des services se met en quête du concept de magasin de l’année et appelle les commerçants à poser leur candidature.  Le nom du vainqueur de ce prix prestigieux sera dévoilé en octobre prochain.

Un premier trimestre en forte hausse pour Ontex

12/05/2017

L’entreprise belge Ontex, surtout connue pour ses produits de soins pour bébés, a démarré l’année sur les chapeaux de roues.  Le chiffre d’affaires réalisé au cours du premier trimestre a augmenté de près d’un quart et chaque division progresse.

Back to top