Colruyt vend sa filiale d’automatisation Intrion | RetailDetail

Colruyt vend sa filiale d’automatisation Intrion

Colruyt vend sa filiale d’automatisation Intrion

Le groupe Colruyt a vendu  sa filiale d’automatisation industrielle Intrion - née da la fusion de l’ex Createch Engineering et Dolmen Industriel Projects - à la direction en place actuellement via un « management buy-out ». Les activités d‘Intrion s’éloignant trop du core business de Colruyt, l’entreprise sera dorénavant indépendante. Comme à son accoutumée le discounter de Hal n’a communiqué aucuns détails financiers.

Fondé par nécessité

Le groupe Colruyt a fondé Intrion au moment où il avait grand besoin de solutions, afin d’automatiser certaines tâches et de simplifier le travail de son personnel. Ainsi l’entreprise a développé l’orderpicker, un robot unique préparant les commandes de fruits et légumes pour les magasins. Le lavage automatique de bacs, nettoyant des milliers de bacs bleus et oranges par jour, est également une invention et une réalisation d’Intrion.


« Mais les activités d’Intrion sont loin de notre activité principale, le retail », explique le CEO Jef Colruyt. D’où la vente à l’actuel management, Gerard Paulussen et Chris Vleeschouwers.


Colruyt  reste client

La nouvelle SA  Intrion peut d’ores de déjà compter sur un gros client. « Ce n’est pas parce qu’Intrion devient indépendant, que nous n’allons plus collaborer », précise Jef Colruyt. « Nous avons toujours été satisfaits de cette collaboration. Nous sommes fiers du développement qu’a connu Intrion au fil des années. »


Ces dernières années Intrion a intensifié son travail avec d’autres clients belges et internationaux. Ils créent pour leurs clients des solutions d’automatisation industrielle et veillent à ce que les différentes applications soient compatibles et forment une solution globale. Ainsi Intrion a inventé des machines qui trient du courrier, des colis ou des bagages à l’aéroport.


L’entreprise est active principalement dans la production et la logistique des secteurs food, retail, pharmaceutique et aéronautique. 150 ingénieurs travaillent pour l’entreprise. Intrion est basé à Huizingen, mais a des bureaux satellites à Hillegom (Pays-Bas), Bedford (Grand-Bretagne) et Roissy Charles De Gaulle (France).

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Colruyt Group franchit une nouvelle étape sur le marché de l’occasion

20/04/2018

 

Avec sa plate-forme en ligne NewStory, Colruyt poursuit sa conquête du marché d’articles pour bébés de seconde main.  La nouvelle plate-forme se base sur l’ancien Dreambaby Tweedehands, un webshop avec deux points de collecte et de retrait axé sur les articles pour bébés d’occasion.

The Future Of Shopping remporte le prix de Managementboek van het Jaar

20/04/2018

RetailDetail est fier d’annoncer que le prix de Managementboek van het Jaar 2018 a été attribué au livre The Future of Shopping : Waar iedereen retailer is de Pauline Neerman et Jorg Snoeck.

Le cap des 100 millions d’abonnés Amazon Prime a été franchi

19/04/2018

Amazon, le géant du e-commerce, a franchi le cap des 100 millions d’abonnés Prime.  Et ce n’est là qu’un des nombreux jalons que le PDG Jeff Bezos mentionne dans sa lettre annuelle adressée aux actionnaires.

Les distributeurs et transporteurs exigent des poids lourds moins polluants

19/04/2018

35 entreprises, dont Colruyt, Carrefour et Ikea, appellent l’Europe à obliger les constructeurs de poids lourds à réduire leurs émissions de CO2 d’un quart d’ici 2025.  « Totalement irréaliste », réagit le porte-parole des constructeurs.

JD.com va ouvrir 1000 magasins par jour

17/04/2018

JD.com envisage l’ouverture de pas moins de 1000 supermarchés par jour en Chine. Avec cet objectif impressionnant, le numéro deux du e-commerce chinois confirme son ambition de conquérir aussi le marché offline.

Hans Anders franchit le cap des 200 millions d'euros de CA

12/04/2018

 En 2017 la chaîne d'optique néerlandaise Hans Anders a vu son chiffre d'affaires progresser de 6% à 203,7 millions d'euros. Parallèlement le lunetier annonce son retrait du marché français.