Coopérative du livre, Colibro, jette l’éponge

Coopérative du livre, Colibro, jette l’éponge

ColibroColibro, la coopérative regroupant 29 librairies indépendantes, jette l’éponge après 13 ans d’existence.

 

La décision avait déjà été prise cet été par la société, mais vient d’être diffusée dans les médias. Luc Vander Velpen, directeur de l’entreprise, n’a pas encore souhaité annoncer la date de la disparition définitive du nom Colibro.

 

Déficitaire depuis trois ans

Depuis trois ans la coopérative enregistre des pertes, qui se chiffrent déjà à 70.000 euros. Les cotisations trop basses (inchangées depuis 1998) n’ont pas pu être compensées par la hausse du chiffres d’affaires des magasins Colibro chez les grands éditeurs (+32% entre 2006 et 2010).


Mais le coup fatal lui a été asséné en début d’année par la faillite de la librairie Forum à Malines. « Au cours des dernières années Passaporta (Bruxelles), Walry (Gand) et De Groene Waterman (Anvers) nous ont quittés. Ils ont été remplacés, il est vrai, par Station Berlaar (Berlaar) et kOEK & Boek (Erembodegem), mais se sont des entreprises débutantes. Leur pouvoir d’achat est encore très limité. Theoria (Courtrai) cherche un repreneur, mais qui prendra sa place ? Ainsi le pouvoir d’achat s’est affaibli de jour en jour » confie Vander Velpen à Knack Oline.

La disparition de Colibro ne met pas nécessairement fin à la collaboration

Toutefois Vander Velpen  n’exclut pas que les membres actuels continueront à collaborer d’une façon ou d’une autre et feront peut-être même des achats groupés. « Grace à notre collaboration nous avons pu empêcher le déclin des librairies indépendantes depuis les années ’80. La collaboration est une nécessité. Il est donc parfaitement possible que nous ayons à nouveau un stand commun à la prochaine foire du livre (Boekenbeurs) » Mais vraisemblablement plus sous l’étendard Colibro.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

ColibroColibro, la coopérative regroupant 29 librairies indépendantes, jette l’éponge après 13 ans d’existence.

 

La décision avait déjà été prise cet été par la société, mais vient d’être diffusée dans les médias. Luc Vander Velpen, directeur de l’entreprise, n’a pas encore souhaité annoncer la date de la disparition définitive du nom Colibro.

 

Déficitaire depuis trois ans

Depuis trois ans la coopérative enregistre des pertes, qui se chiffrent déjà à 70.000 euros. Les cotisations trop basses (inchangées depuis 1998) n’ont pas pu être compensées par la hausse du chiffres d’affaires des magasins Colibro chez les grands éditeurs (+32% entre 2006 et 2010).


Mais le coup fatal lui a été asséné en début d’année par la faillite de la librairie Forum à Malines. « Au cours des dernières années Passaporta (Bruxelles), Walry (Gand) et De Groene Waterman (Anvers) nous ont quittés. Ils ont été remplacés, il est vrai, par Station Berlaar (Berlaar) et kOEK & Boek (Erembodegem), mais se sont des entreprises débutantes. Leur pouvoir d’achat est encore très limité. Theoria (Courtrai) cherche un repreneur, mais qui prendra sa place ? Ainsi le pouvoir d’achat s’est affaibli de jour en jour » confie Vander Velpen à Knack Oline.

La disparition de Colibro ne met pas nécessairement fin à la collaboration

Toutefois Vander Velpen  n’exclut pas que les membres actuels continueront à collaborer d’une façon ou d’une autre et feront peut-être même des achats groupés. « Grace à notre collaboration nous avons pu empêcher le déclin des librairies indépendantes depuis les années ’80. La collaboration est une nécessité. Il est donc parfaitement possible que nous ayons à nouveau un stand commun à la prochaine foire du livre (Boekenbeurs) » Mais vraisemblablement plus sous l’étendard Colibro.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Technologie ét expérience client au cœur du RetailDetail Congress

28/04/2017

L’affiche internationale du RetailDetail Congress 2017 a fait impression. Le prophète du retail Doug Stephens en particulier à su convaincre le public. La technologie et l’expérience client sont indissociables dans le magasin du futur.

Légère baisse du chiffre d’affaires chez Procter & Gamble

27/04/2017

Au 3ème trimestre de son exercice 2016/2017 les performances de Procter & Gamble se sont à nouveau avérées décevantes. Même si sur base autonome il est question d’une hausse du CA de 1%, le CA net par contre est en recul de 1%.

La riche histoire d'un job passionnant

26/04/2017

(publireportage) Un emploi varié vous intéresse? Optez pour un lieu proche mais surprenant : la salle de bains. Source de grande satisfaction, ce secteur permet de déployer pleinement vos talents. Bien sûr, tout dépend de l’entreprise que vous choisirez…

RetailDetail accueille Kjëll Bries à son bord

25/04/2017

RetailDetail continue de s’étendre : nous venons d’engager un nouvel account manager. Désormais Kjëll Bries sera la personne de contact pour nos partenaires et annonceurs.

Le gouvernement établit un code de conduite pour les vendeurs porte-à-porte

24/04/2017

Le ministre de l’Economie Kris Peeters a établi un code de conduite pour les vendeurs porte-à-porte.  Il devrait mettre fin aux vendeurs agressifs.  L’objectif est de faire signer ce code de conduite par toutes entreprises du secteur.

A quoi s’attendre après la numérisation ? 4 tendances

24/04/2017

La numérisation du secteur retail ne représente qu’une des nombreuses conséquences de la disruption digitale. Il en existe bien d’autres, selon Annick Lemaylleux, VP Global Retail Market chez Atos. Au RetailDetail Congress, elle nous guidera à travers les principales tendances.

 

Back to top