Coopérative du livre, Colibro, jette l’éponge

Coopérative du livre, Colibro, jette l’éponge

ColibroColibro, la coopérative regroupant 29 librairies indépendantes, jette l’éponge après 13 ans d’existence.

 

La décision avait déjà été prise cet été par la société, mais vient d’être diffusée dans les médias. Luc Vander Velpen, directeur de l’entreprise, n’a pas encore souhaité annoncer la date de la disparition définitive du nom Colibro.

 

Déficitaire depuis trois ans

Depuis trois ans la coopérative enregistre des pertes, qui se chiffrent déjà à 70.000 euros. Les cotisations trop basses (inchangées depuis 1998) n’ont pas pu être compensées par la hausse du chiffres d’affaires des magasins Colibro chez les grands éditeurs (+32% entre 2006 et 2010).


Mais le coup fatal lui a été asséné en début d’année par la faillite de la librairie Forum à Malines. « Au cours des dernières années Passaporta (Bruxelles), Walry (Gand) et De Groene Waterman (Anvers) nous ont quittés. Ils ont été remplacés, il est vrai, par Station Berlaar (Berlaar) et kOEK & Boek (Erembodegem), mais se sont des entreprises débutantes. Leur pouvoir d’achat est encore très limité. Theoria (Courtrai) cherche un repreneur, mais qui prendra sa place ? Ainsi le pouvoir d’achat s’est affaibli de jour en jour » confie Vander Velpen à Knack Oline.

La disparition de Colibro ne met pas nécessairement fin à la collaboration

Toutefois Vander Velpen  n’exclut pas que les membres actuels continueront à collaborer d’une façon ou d’une autre et feront peut-être même des achats groupés. « Grace à notre collaboration nous avons pu empêcher le déclin des librairies indépendantes depuis les années ’80. La collaboration est une nécessité. Il est donc parfaitement possible que nous ayons à nouveau un stand commun à la prochaine foire du livre (Boekenbeurs) » Mais vraisemblablement plus sous l’étendard Colibro.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

ColibroColibro, la coopérative regroupant 29 librairies indépendantes, jette l’éponge après 13 ans d’existence.

 

La décision avait déjà été prise cet été par la société, mais vient d’être diffusée dans les médias. Luc Vander Velpen, directeur de l’entreprise, n’a pas encore souhaité annoncer la date de la disparition définitive du nom Colibro.

 

Déficitaire depuis trois ans

Depuis trois ans la coopérative enregistre des pertes, qui se chiffrent déjà à 70.000 euros. Les cotisations trop basses (inchangées depuis 1998) n’ont pas pu être compensées par la hausse du chiffres d’affaires des magasins Colibro chez les grands éditeurs (+32% entre 2006 et 2010).


Mais le coup fatal lui a été asséné en début d’année par la faillite de la librairie Forum à Malines. « Au cours des dernières années Passaporta (Bruxelles), Walry (Gand) et De Groene Waterman (Anvers) nous ont quittés. Ils ont été remplacés, il est vrai, par Station Berlaar (Berlaar) et kOEK & Boek (Erembodegem), mais se sont des entreprises débutantes. Leur pouvoir d’achat est encore très limité. Theoria (Courtrai) cherche un repreneur, mais qui prendra sa place ? Ainsi le pouvoir d’achat s’est affaibli de jour en jour » confie Vander Velpen à Knack Oline.

La disparition de Colibro ne met pas nécessairement fin à la collaboration

Toutefois Vander Velpen  n’exclut pas que les membres actuels continueront à collaborer d’une façon ou d’une autre et feront peut-être même des achats groupés. « Grace à notre collaboration nous avons pu empêcher le déclin des librairies indépendantes depuis les années ’80. La collaboration est une nécessité. Il est donc parfaitement possible que nous ayons à nouveau un stand commun à la prochaine foire du livre (Boekenbeurs) » Mais vraisemblablement plus sous l’étendard Colibro.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

 

Tags: