De Slegte à nouveau aux mains de son ancien propriétaire

De Slegte à nouveau aux mains de son ancien propriétaire

Les huit magasins belges du groupe néerlandais en faillite Polare poursuivront leurs activités sous leur nom initial De Slegte. L’ancien propriétaire, Jan Bernard de Slegte, a racheté les librairies.

De Slegte fait son comeback

L’information concernant la relance des librairies belges sous leur pavillon d’origine a été communiquée par l’agence de presse néerlandaise ANP et a été confirmée à l’agence de presse Belga par Kris Landuyt, manager de De Slegte Wapper à Anvers.


Après sa reprise par ProCures et après avoir été rebaptisée Polare, l’enseigne De Slegte risquait de disparaître. A présent la chaîne belge fait son comeback : les magasins d’Alost, Anvers Bruges, Gand, Hasselt, Louvain et Malines poursuivront leurs activités et opéreront à nouveau sous leur ancien nom, De Slegte.


Maintien de l’assortiment de livres neufs

Les amateurs de livres pourront se rendre chez De Slegte pour l’achat et la vente de livres de seconde main, de livres d’études et de livres à prix réduits. « Etant donné que nous ne dépendons plus du siège principale néerlandais et d’un département d’achat centralisé, nous pourrons répondre plus rapidement aux désirs des clients en ce qui concerne les livres à prix réduits », explique Kris Landuyt.

 

« La gamme de livres neufs sera elle aussi maintenue », confirme Jan Bernard de Slegte : « Pour l’instant nous examinons comment organiser l’approvisionnement aussi efficacement que possible », car en l’absence d’un siège central il faudra encore un certain temps avant que les livraisons aux librairies s’effectuent de manière optimale. Par ailleurs la chaîne développe un nouveau site web, car De Slegte entend renforcer sa présence en ligne.


Echec de l’aventure néerlandaise

Ainsi cette relance met un terme à une aventure néerlandaise ‘ratée’. Pour rappel : fin 2011 l’investisseur néerlandais ProCures rachète la chaîne de librairies belge, qui plus tard fusionnera avec les magasins de livres néerlandais Selexyz, sous le nouveau nom Polare.


Le nouveau propriétaire avait pourtant de grandes ambitions pour ce tandem du livre belgo-néerlandais, mais il n’a pu mener à bien son projet. Finalement Polare s’est vu contraint de déposer le bilan.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Les cartes clients ne rapportent quasi rien »

17/10/2017

Les cartes clients ne rapportent quasi rien aux clients. Telle est la conclusion du journal Het Belang van Limburg suite à une enquête menée auprès de vingt grandes chaînes. Toutefois ces enseignes contestent les résultats de cette étude.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Une entreprise britannique rachète Intertoys et Bart Smit

12/10/2017

Blokker Holding va céder son enseigne de jouets Intertoys, y compris les magasins de Bart Smit et Toys XL, à l’investisseur britannique Alteri. Cette cession s’inscrit dans la nouvelle stratégie de Blokker Holding.

Parcify teste la livraison à domicile en l’absence du client

11/10/2017

Le service de coursier Parcify teste un nouveau système à Anvers : il s’agit d’une serrure intelligente permettant au client d’ouvrir sa porte à distance pour que le coursier puisse déposer sa commande à l’intérieur de son domicile en son absence.

Blokker subit une lourde perte en Belgique

11/10/2017

L’an dernier l’enseigne néerlandaise Blokker a essuyé une perte de 30 millions d’euros en Belgique. L’année auparavant il était encore question d’un modeste bénéfice, mais à présent la restructuration de la chaîne pèse lourdement sur les résultats.

Londres favorable à la transformation d’Oxford Street en zone piétonne

11/10/2017

L’idée de bannir tout trafic automobile d’Oxford Street à Londres commence à se concrétiser, maintenant qu’un sondage a révélé que près de deux Londoniens sur trois étaient favorables à l’installation d’un piétonnier.

Back to top