De Slegte à nouveau aux mains de son ancien propriétaire | RetailDetail

De Slegte à nouveau aux mains de son ancien propriétaire

De Slegte à nouveau aux mains de son ancien propriétaire

Les huit magasins belges du groupe néerlandais en faillite Polare poursuivront leurs activités sous leur nom initial De Slegte. L’ancien propriétaire, Jan Bernard de Slegte, a racheté les librairies.

De Slegte fait son comeback

L’information concernant la relance des librairies belges sous leur pavillon d’origine a été communiquée par l’agence de presse néerlandaise ANP et a été confirmée à l’agence de presse Belga par Kris Landuyt, manager de De Slegte Wapper à Anvers.


Après sa reprise par ProCures et après avoir été rebaptisée Polare, l’enseigne De Slegte risquait de disparaître. A présent la chaîne belge fait son comeback : les magasins d’Alost, Anvers Bruges, Gand, Hasselt, Louvain et Malines poursuivront leurs activités et opéreront à nouveau sous leur ancien nom, De Slegte.


Maintien de l’assortiment de livres neufs

Les amateurs de livres pourront se rendre chez De Slegte pour l’achat et la vente de livres de seconde main, de livres d’études et de livres à prix réduits. « Etant donné que nous ne dépendons plus du siège principale néerlandais et d’un département d’achat centralisé, nous pourrons répondre plus rapidement aux désirs des clients en ce qui concerne les livres à prix réduits », explique Kris Landuyt.

 

« La gamme de livres neufs sera elle aussi maintenue », confirme Jan Bernard de Slegte : « Pour l’instant nous examinons comment organiser l’approvisionnement aussi efficacement que possible », car en l’absence d’un siège central il faudra encore un certain temps avant que les livraisons aux librairies s’effectuent de manière optimale. Par ailleurs la chaîne développe un nouveau site web, car De Slegte entend renforcer sa présence en ligne.


Echec de l’aventure néerlandaise

Ainsi cette relance met un terme à une aventure néerlandaise ‘ratée’. Pour rappel : fin 2011 l’investisseur néerlandais ProCures rachète la chaîne de librairies belge, qui plus tard fusionnera avec les magasins de livres néerlandais Selexyz, sous le nouveau nom Polare.


Le nouveau propriétaire avait pourtant de grandes ambitions pour ce tandem du livre belgo-néerlandais, mais il n’a pu mener à bien son projet. Finalement Polare s’est vu contraint de déposer le bilan.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Pabo poursuit ses activités sous l’étendard ‘be you’

21/06/2018

Le groupe allemand Beate Uhse – spécialisé dans les accessoires érotiques et maison-mère de Pabo –, déclaré en faillite l’an dernier, poursuivra ses activités sous un nouveau nom. Désormais l’accent se situera sur le commerce en ligne.

Fox & Cie ouvre un 17ème magasin de jouets à Tournai

21/06/2018

La chaîne wallonne de magasins de jouets Fox & Cie a ouvert son 17ème point de vente dans le centre commercial Les Bastions à Tournai. « Quelle crise du marché du jouet ? », se demande l’enseigne.

Tom&Co vise 100 nouveaux points de vente en France

21/06/2018

L’enseigne belge d’animaleries Tom&Co poursuit son expansion sur le marché français : un 25ème magasin vient d’ouvrir ses portes à Nantes, selon le nouveau concept, et sept autres ouvertures sont prévues d’ici la fin de l’année.

La France envisage une taxe sur l’e-commerce

21/06/2018

A l’avenir les commandes en ligne pourraient devenir plus chères pour les consommateurs français : une nouvelle proposition de loi prévoit une taxe de 1 à 2% sur le prix de vente, en fonction de la distance de livraison.

L’enseigne de jouets La Grande Récré jette l’éponge en Belgique

20/06/2018

L’enseigne de jouets française La Grande Récré est en grave difficulté financière et veut dès lors se concentrer sur son marché domestique. Lundi prochain la branche belge déposera le bilan : 16 magasins fermeront, 95 personnes perdront leur emploi.

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.