Faillite du la Cristallerie du Val Saint Lambert

Faillite du la Cristallerie du Val Saint Lambert

La faillite de la Cristallerie du Val Saint Lambert a été prononcée lundi par le tribunal de commerce de Liège. Trois curateurs ont été désignés. Lors du dépôt de bilan vendredi dernier, le propriétaire évoquait une relance sous pavillon français.

Troisième faillite en 10 ans

La faillite de la Cristallerie du Val Saint Lambert, la troisième en dix ans à peine, était attendue. La semaine dernière encore le ministre wallon de l’Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), parlait « d’un avenir bien sombre » pour le fleuron liégeois.


La cristallerie est sous protection judiciaire depuis un certain temps déjà ; un sursis qui en juillet dernier avait été prolongé jusqu’au 25 octobre. Mais les propriétaires et la direction n’ont pas attendu cette date ultime : vendredi dernier l’entreprise déposait le bilan et informait ses 52 ouvriers restants (durant la période de gloire de la cristallerie fin 19ème, début 20ème siècle ils étaient plus de 5.000 !) qu’une reprise dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises n’avait pu se faire. Hier la faillite a été prononcée officiellement.


Relance sous pavillon français ?

L’un des trois curateurs, déjà commissaire lors de la procédure de réorganisation judiciaire, connaît très bien la situation de la cristallerie. Lors d’une assemblée générale du personnel hier après-midi les trois curateurs ont annoncé que l’entreprise ne disposait plus de suffisamment de liquidités pour garantir les salaires. « Les C4 seront envoyés ce mardi », précise Mario Curto de la FGTB.


Durant les semaines à venir les curateurs et les syndicats s’efforceront de trouver un repreneur. La piste de la cristallerie française Lalique comme acheteur potentiel reste d’actualité. Vendredi dernier Val Saint Lambert indiquait dans un communiqué de presse que les négociations concernant une relance avec l’entreprise française se poursuivaient : « Nous nous attendons à ce que Lalique, après la désignation d’un curateur, présente rapidement une offre  ».


« Les chances sont minces mais nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir », souligne Marc Goblet, président de la FGTB Liège. Le syndicaliste espère que d’autres repreneurs se manifesteront, maintenant que la faillite a été prononcée. « J'espère que ce ne sera pas uniquement pour racheter le stock. Nous voulons un plan industriel crédible », poursuit-il. Le ‘phénix de l’artisanat belge’, renaîtra-t-il de ses cendres pour la énième fois ? L’avenir nous le dira …

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Les grands magasins américains continuent de peiner

11/08/2017

Les faibles performances de nombreuses chaînes de grands magasins aux USA persistent. Tant Macy’s que Kohl’s ont vu leur CA reculer par rapport à l’an dernier. Une baisse qui toutefois s’est avérée moins importante que ne craignaient les analystes.

Amazon veut concurrencer Ticketmaster

11/08/2017

Aux Etats-Unis le géant du e-commerce Amazon est en pourparlers avec des organisateurs d’événements, afin d’examiner la possibilité de  vendre des tickets pour ces événements via son webshop.

Les réparateurs de vélos refusent les vélos de moindre qualité

11/08/2017

Les réparateurs de vélos sont de plus en plus nombreux à refuser de réparer les bicyclettes achetées en ligne ou au supermarché. Ils préfèrent donner priorité à leurs propres clients ou aux vélos de qualité supérieure.

Chiffre d’affaires record pour Henkel

10/08/2017

Au 2ème trimestre le CA de Henkel a atteint un niveau record de près de 5,1 milliards d’euros, grâce à la reprise du groupe de produits de lessive Sun. Pour la première fois de son histoire le CA semestriel de Henkel dépasse les 10 milliards d’euros.

Pourquoi les retailers doivent-ils prendre les réseaux sociaux au sérieux ?

08/08/2017

Le ‘content marketing’ est bien plus qu’une expression à la mode : les retailers, eux aussi, peuvent tirer profit de la puissance des histoires. C’est ce qu’a démontré Snackbytes, notamment par une campagne conçue pour l’enseigne de chaussures Torfs.

Lion Capital cherche à nouveau à céder Hema

08/08/2017

Le fonds d’investissement Lion Capital, propriétaire de Hema, a mandaté la banque Credit Suisse afin d’examiner les ‘options stratégiques’ pour l'enseigne, ce qui signifie donc qu’il recherche un repreneur potentiel pour la chaîne néerlandaise.

Back to top