Hausse de 6,5% de la criminalité en magasin au BeLux

Hausse de 6,5% de la criminalité en magasin au BeLux

Vol en magasinLes commerçants belges et luxembourgeois, entre juillet 2010 et juin 2011, ont vu augmenter de 6,5%  la ‘démarque inconnue’, soit  les pertes liées aux vols en magasin, aux fraudes par les fournisseurs,  aux fraudes commises par le personnel et aux erreurs administratives. C’est la plus forte hausse enregistrée depuis le premier rapport Global Retail Theft Barometer, publié par Centre for Retail Research il y a 11 ans. En Belgique les enquêteurs ont interrogé 2.209 magasins, parmi lesquels 24 grandes chaînes de retail.

Pour 915 millions d’euros de ‘démarque inconnue’

En Belgique cette ‘démaque inconnue’ s’élève à 1,47% du chiffre d’affaires des détaillants. Concrètement cela équivaut à une perte de revenus de 915 millions d’euros. Avec ces chiffres très élevés la Belgique et le Luxembourg se situent en sixième position parmi les 26 pays/régions européens repris dans l’étude. Seuls la Russie, la Turquie, la Tchéquie, les états baltiques et la Hongrie obtiennent des scores encore plus médiocres. Ces chiffres nous placent comme dernier de classe en Europe de l’Ouest.


La Suisse et l’Autriche se partagent la première place au classement (avec 1,04% de démarque inconnue), suivi par l’Allemagne en troisième position avec seulement 1,20% de pertes de revenus, bien que pour les retailers allemands les dommages encourus aient fortement augmenté par rapport à 2010 (7,1%). Les Pays-Bas eux aussi affichent de bons résultats avec 1,30% de démarque inconnue, mais rate de justesse le podium européen. Toutefois pour nos voisins du nord les pertes sont en forte hausse (+6,6%). La France avec ses 1,40% de démarque inconnue occupe la place médiane dans le classement européen.


La démarque inconnue est d’ailleurs une tendance générale de par le monde : en Europe une hausse de 7,8% a été enregistrée. A l’échelle mondiale les pertes ont augmenté de 6,6%, ce qui correspond au montant astronomique de 88,8 milliards d’euros, soit 1,45% du chiffre d’affaires global des détaillants.


Au niveau international l’Inde (2,38%), la Russie (1,74%), le Maroc (1,72%) sont les derniers de classe. Les plus faibles pertes ont été enregistrées à Taiwan (0,91%), à Hongkong (0,95%), en Suisse,  en Autriche et au Japon (chacun 1,04%).

 

 

Démarque inconnue 2010

(par rapport au chiffre d’affaires)

Démarque inconnue 2011

(par rapport au chiffre d’affaires)

Evolution

2010-2011

Niveau mondial

1,36%

1,45%

+6,6%

Europe

1,29%

1,39%

+7,8%

BeLux

1,38%

1,47%

+6,5%

France

1,36%

1,40%

+2,9%

Allemagne

1,12%

1,20%

+7,1%

Pays-Bas

1,22%

1,30%

+6,6%

Les familles belges payent les frais de la criminalité en magasin


Les frais occasionnés par la criminalité en magasin doivent évidemment être payés (soit une compensation des pertes par une hausse des prix de vente). Chacun doit y contribuer, même le client honnête, précisent les enquêteurs. Ainsi chaque famille européenne paye les frais de cette criminalité, soit un surcoût de 150 euros sur les achats annuels de chaque foyer. Pour le Belux cette ‘taxe de la criminalité’ s’élève à 219 euros par an.


A noter que certains produits sont davantage convoités par les voleurs. C’est ce que démontre la subdivision des chiffres des pertes par catégorie de produits. La démarque inconnue est la plus élevée pour les vêtements et accessoires (1,87%) ; les cosmétiques, parfums, produits de soins et de beauté (1,79%) et les accessoires automobiles, quincaillerie, articles de bricolage et matériaux de construction (1,77%). Les plus faibles pertes ont été enregistrées dans les catégories des alcools forts, vin et bière (0,76% de démarque inconnue), les chaussures, les vêtements et articles de sport (0,86%) et les appareils électriques, articles électroniques et ordinateurs (0,97%).

Le personnel de magasin responsable d’un quart à un tiers des vols

A l’échelle mondiale les vols en magasin par les clients représentent les plus grosses pertes, soit 43,2%, ce qui équivaut à un montant de 38,4 milliards d’euros. A titre de comparaison : en 2010 les clients étaient responsables de 33,8 milliards d’euros de pertes. Ceci correspond à une hausse de 13,4% en un an de temps. Mais le personnel de magasin, lui non plus, n’est pas étranger à cette criminalité : vols, fraude à la caisse, réductions non-autorisées pour la famille et les amis, représentent un tiers des pertes à l’échelle mondiale. Les fraudes par les fournisseurs par contre sont plus rares (5,6%).


En Europe durant la période de l’étude,  quasi 3,3 millions de voleurs ont été pris sur le fait, une légère baisse par rapport à 2010. 96% d’entre eux était des clients et dans 4 cas sur 100 il s’agissait du personnel. A titre comparatif : en Amérique du Nord 29 % des voleurs attrapés sont des membres du personnel. Toutefois ces chiffres européens ne diminuent pas la gravité des vols commis par le personnel : en moyenne les montants volés par les membres du personnel sont 14 fois plus élevés que pour les vols par les clients (respectivement 1.381,40 euros par rapport à 93,85 euros).

 

 

Vols par les clients

Vols par le personnel

Erreurs internes

Fraude par les fournisseurs

Niveau mondial

43,2%

35%

16,2%

5,6%

Europe

47,7%

30,2%

16,1%

6%

BeLux

50,5%

26,9%

17,3%

5,3%

Hausse de la démarque inconnue malgré une sécurisation accrue

D’après l’enquête les retailers européens ont investi seulement 2% de plus en systèmes antivol par rapport à 2010, soit en montant total d’environ 8,4 milliards d’euros. Toutefois en Europa la démarque inconnue a augmenté de 7,8%, suite à la crise économique et financière.


Afin d’éviter les vols, les commerçants ont davantage investi dans la formation de leur personnel pour mieux cerner les vols et dissuader d’éventuels voleurs. C’est le cas pour 95% des retailers européens. La deuxième mesure la plus appliquée est l’introduction de hardware et de software en prévention de la criminalité (pour 44% des commerçants). En troisième lieu l’intention des commerçants de recruter et d’engager davantage de personnel pour éviter les vols.


Le Global Retail Theft Barometer est publié chaque année depuis 2001 par le centre de recherche britannique indépendant ‘Centre for Retail Research’. Actuellement l’étude couvre 43 pays de par le monde, dont 26 pays/régions européens. Les résultats sont basés sur les réponses de 1.187 retailers, réalisant ensemble 7,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.
 

- Traduit par Marie-Noëlle Masure

Vol en magasinLes commerçants belges et luxembourgeois, entre juillet 2010 et juin 2011, ont vu augmenter de 6,5%  la ‘démarque inconnue’, soit  les pertes liées aux vols en magasin, aux fraudes par les fournisseurs,  aux fraudes commises par le personnel et aux erreurs administratives. C’est la plus forte hausse enregistrée depuis le premier rapport Global Retail Theft Barometer, publié par Centre for Retail Research il y a 11 ans. En Belgique les enquêteurs ont interrogé 2.209 magasins, parmi lesquels 24 grandes chaînes de retail.

Pour 915 millions d’euros de ‘démarque inconnue’

En Belgique cette ‘démaque inconnue’ s’élève à 1,47% du chiffre d’affaires des détaillants. Concrètement cela équivaut à une perte de revenus de 915 millions d’euros. Avec ces chiffres très élevés la Belgique et le Luxembourg se situent en sixième position parmi les 26 pays/régions européens repris dans l’étude. Seuls la Russie, la Turquie, la Tchéquie, les états baltiques et la Hongrie obtiennent des scores encore plus médiocres. Ces chiffres nous placent comme dernier de classe en Europe de l’Ouest.


La Suisse et l’Autriche se partagent la première place au classement (avec 1,04% de démarque inconnue), suivi par l’Allemagne en troisième position avec seulement 1,20% de pertes de revenus, bien que pour les retailers allemands les dommages encourus aient fortement augmenté par rapport à 2010 (7,1%). Les Pays-Bas eux aussi affichent de bons résultats avec 1,30% de démarque inconnue, mais rate de justesse le podium européen. Toutefois pour nos voisins du nord les pertes sont en forte hausse (+6,6%). La France avec ses 1,40% de démarque inconnue occupe la place médiane dans le classement européen.


La démarque inconnue est d’ailleurs une tendance générale de par le monde : en Europe une hausse de 7,8% a été enregistrée. A l’échelle mondiale les pertes ont augmenté de 6,6%, ce qui correspond au montant astronomique de 88,8 milliards d’euros, soit 1,45% du chiffre d’affaires global des détaillants.


Au niveau international l’Inde (2,38%), la Russie (1,74%), le Maroc (1,72%) sont les derniers de classe. Les plus faibles pertes ont été enregistrées à Taiwan (0,91%), à Hongkong (0,95%), en Suisse,  en Autriche et au Japon (chacun 1,04%).

 

 

Démarque inconnue 2010

(par rapport au chiffre d’affaires)

Démarque inconnue 2011

(par rapport au chiffre d’affaires)

Evolution

2010-2011

Niveau mondial

1,36%

1,45%

+6,6%

Europe

1,29%

1,39%

+7,8%

BeLux

1,38%

1,47%

+6,5%

France

1,36%

1,40%

+2,9%

Allemagne

1,12%

1,20%

+7,1%

Pays-Bas

1,22%

1,30%

+6,6%

Les familles belges payent les frais de la criminalité en magasin


Les frais occasionnés par la criminalité en magasin doivent évidemment être payés (soit une compensation des pertes par une hausse des prix de vente). Chacun doit y contribuer, même le client honnête, précisent les enquêteurs. Ainsi chaque famille européenne paye les frais de cette criminalité, soit un surcoût de 150 euros sur les achats annuels de chaque foyer. Pour le Belux cette ‘taxe de la criminalité’ s’élève à 219 euros par an.


A noter que certains produits sont davantage convoités par les voleurs. C’est ce que démontre la subdivision des chiffres des pertes par catégorie de produits. La démarque inconnue est la plus élevée pour les vêtements et accessoires (1,87%) ; les cosmétiques, parfums, produits de soins et de beauté (1,79%) et les accessoires automobiles, quincaillerie, articles de bricolage et matériaux de construction (1,77%). Les plus faibles pertes ont été enregistrées dans les catégories des alcools forts, vin et bière (0,76% de démarque inconnue), les chaussures, les vêtements et articles de sport (0,86%) et les appareils électriques, articles électroniques et ordinateurs (0,97%).

Le personnel de magasin responsable d’un quart à un tiers des vols

A l’échelle mondiale les vols en magasin par les clients représentent les plus grosses pertes, soit 43,2%, ce qui équivaut à un montant de 38,4 milliards d’euros. A titre de comparaison : en 2010 les clients étaient responsables de 33,8 milliards d’euros de pertes. Ceci correspond à une hausse de 13,4% en un an de temps. Mais le personnel de magasin, lui non plus, n’est pas étranger à cette criminalité : vols, fraude à la caisse, réductions non-autorisées pour la famille et les amis, représentent un tiers des pertes à l’échelle mondiale. Les fraudes par les fournisseurs par contre sont plus rares (5,6%).


En Europe durant la période de l’étude,  quasi 3,3 millions de voleurs ont été pris sur le fait, une légère baisse par rapport à 2010. 96% d’entre eux était des clients et dans 4 cas sur 100 il s’agissait du personnel. A titre comparatif : en Amérique du Nord 29 % des voleurs attrapés sont des membres du personnel. Toutefois ces chiffres européens ne diminuent pas la gravité des vols commis par le personnel : en moyenne les montants volés par les membres du personnel sont 14 fois plus élevés que pour les vols par les clients (respectivement 1.381,40 euros par rapport à 93,85 euros).

 

 

Vols par les clients

Vols par le personnel

Erreurs internes

Fraude par les fournisseurs

Niveau mondial

43,2%

35%

16,2%

5,6%

Europe

47,7%

30,2%

16,1%

6%

BeLux

50,5%

26,9%

17,3%

5,3%

Hausse de la démarque inconnue malgré une sécurisation accrue

D’après l’enquête les retailers européens ont investi seulement 2% de plus en systèmes antivol par rapport à 2010, soit en montant total d’environ 8,4 milliards d’euros. Toutefois en Europa la démarque inconnue a augmenté de 7,8%, suite à la crise économique et financière.


Afin d’éviter les vols, les commerçants ont davantage investi dans la formation de leur personnel pour mieux cerner les vols et dissuader d’éventuels voleurs. C’est le cas pour 95% des retailers européens. La deuxième mesure la plus appliquée est l’introduction de hardware et de software en prévention de la criminalité (pour 44% des commerçants). En troisième lieu l’intention des commerçants de recruter et d’engager davantage de personnel pour éviter les vols.


Le Global Retail Theft Barometer est publié chaque année depuis 2001 par le centre de recherche britannique indépendant ‘Centre for Retail Research’. Actuellement l’étude couvre 43 pays de par le monde, dont 26 pays/régions européens. Les résultats sont basés sur les réponses de 1.187 retailers, réalisant ensemble 7,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.
 

- Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rapport de tendances Eneco : innovation durable pour les retailers

22/06/2017

(publireportage)  Le fournisseur d'énergie verte Eneco propose un rapport de tendances gratuit et une masterclass aux retailers sur la voie de l'innovation durable.

L’industrie des jeux vidéo continue de croître

22/06/2017

Selon une analyse du bureau d’études Newzoo, l’industrie des jeux vidéo devrait encore fortement progressé en 2017 : le CA total devrait atteindre 108,9 milliards de dollars (près de 100 milliards d’euros), soit une hausse de 7,8% par rapport à 2016.

Analyse : Cinq conclusions après le deal entre Amazon et Whole Foods

19/06/2017

Qu’Amazon tôt ou tard rachète une chaîne de supermarchés, était à prévoir. Pourtant la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Comment évaluer les conséquences de ce deal pour les retailers alimentaires ?

Un nouveau site internet pour sauver les magasins de journaux indépendants

15/06/2017

Le distributeur de presse Ubiway a lancé un site internet pour aider les magasins de journaux à survivre.  En 5 ans de temps, leur nombre a chuté de 3.200 à 2.400 : grand temps pour une opération de grande envergure ‘Sauvez le magasin de journaux’.

Nike, Universal Studios et Sanrio enfreignent-ils la libre concurrence ?

15/06/2017

Après la marque de mode américaine Guess, c’est au tour de Nike, Universal Studios et Sanrio d’être visés par Bruxelles. Il semblerait que ces trois entreprises restreignent la vente transfrontière et online de leurs produits dans l’Union européenne.

« Les casseurs de prix bousillent l’économie »

14/06/2017

Selon le politologue Jonathan Holslag de la VUB, le consommateur devrait acheter davantage dans des commerces locaux et éviter les casseurs de prix comme Action et Primark, car « ils bousillent l’économie ».

Back to top