Hema exige 4% supplémentaires de ses fournisseurs

Hema exige 4% supplémentaires de ses fournisseurs

Hema exige de ses fournisseurs un remboursement rétroactif de 4% sur le chiffre d’affaires de l’an dernier. Une décision unilatérale qui concerne ses 50 principaux fournisseurs. Cette année aussi Hema paiera moins pour les produits livrés.

Hema veut se défaire d’un fournisseur sur cinq

Lors d’une journée où se réunissent les fournisseurs, le groupe a annoncé qu’il souhaitait se défaire de 20% de ses fournisseurs et qu’à l’avenir il paierait les factures à 120 jours. Les nouvelles conditions seront d’application dès le 1er avril 2014.


« Un fournisseur qui l’an dernier a vendu pour 2 millions d’euros de produits à Hema, se voit contraint de rembourser 80.000 euros », explique Maurice Yocarin de l’association sectorielle Vivo dans le journal De Telegraaf. « C’est inadmissible. Il n’est pas normal que l’on revienne sur des accords existants. Un contrat, c’est un contrat. On doit s’y tenir. »


Hema pour sa part dit être constamment en négociation avec ses fournisseurs. « Nous avons des entretiens individuels avec eux. Les circonstances peuvent changer et par conséquent les conditions également. Nous en faisons part aux fournisseurs qui ont alors la liberté de livrer ou non. »


« Il n’est pas question d’activités unilatérales. Dans toute relation professionnelle il y a des discussions et toutes les parties concernées ne sont pas par définition sur la même longueur d’ondes. Parfois nous adaptons les conditions en faveur des fournisseurs, parfois en leur défaveur. C’est une situation entre nous et nos fournisseurs et nous ne souhaitons pas donner de commentaires à ce sujet », souligne le groupe.

 

Par nécessité

En d’autres termes, les fournisseurs ont le choix soit de se plier aux conditions de Hema, soit de mettre fin à leur contrat. Hema exige de 3 à 5% de réduction de ses fournisseurs. En cas de désaccord, il y aura rupture de contrat.


Des mesures qui s’imposent selon Hema, car aux Pays-Bas, le plus gros marché de la chaîne, les ventes sont en recul. D’ailleurs Hema avait déjà pris ce type de mesures il y a six ans en exigeant une contribution marketing de 5%, déduite de la facture des fournisseurs. Désormais cette contribution sera déduite chaque mois, au lieu de chaque trimestre, comme c’était le cas auparavant.

 

 

Tradcution : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Ouverture des premières boutiques du centre commercial The Mint

18/10/2017

Les premiers magasins du nouveau centre commercial The Mint à Bruxelles, anciennement connu sous le nom de Centre Monnaie, ont ouvert leurs portes : Iam et Nyx ont ouvert aujourd’hui et d’autres enseignes suivront dans les prochains jours.

RetailDetail Magazine #5 staat online

18/10/2017

En vedette sur la couverture de l’édition d’octobre du Magazine RetailDetail le nouveau CEO de e5 mode, Alexander Talpe. Egalement dans ce numéro : un dossier fouillé concernant l’immobilier commercial et la mobilité dans les centres urbains.

Richemont prévoit une forte hausse de son bénéfice pour le 1er semestre

17/10/2017

Le groupe de luxe suisse Richemont, qui détient notamment la marque de montres Cartier, s’attend à une croissance de son bénéfice de pas moins de 80% pour la première moitié de son exercice. Le chiffre d’affaires a progressé de plus de 10%.

« Les cartes clients ne rapportent quasi rien »

17/10/2017

Les cartes clients ne rapportent quasi rien aux clients. Telle est la conclusion du journal Het Belang van Limburg suite à une enquête menée auprès de vingt grandes chaînes. Toutefois ces enseignes contestent les résultats de cette étude.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top