A l’ère des smartphones et des tablettes,quels sont les formats retail à succès? | RetailDetail

A l’ère des smartphones et des tablettes,quels sont les formats retail à succès?

A l’ère des smartphones et des tablettes,quels sont les formats retail à succès?

Quels seront les formats retail les plus performants durant la prochaine décennie ?  La percée des smartphones et des tablettes obligent les retailers à s’adapter.  Le 28 novembre Wim Boesmans, business consultant  chez GfK Retail and Technology dévoilera sa vision  sur le sujet au cours de l’avant-programme de la soirée RetailDetail Night.

Le consommateur est super-connecté

Boesmans: « Le consommateur est super-connecté.  Actuellement  l’internet mobile est de plus en plus performant techniquement : accéder à la toile partout et à tout moment et consulter ses amis en ligne est devenu un jeu d’enfants. »  Grâce aux  appareils mobiles, le consommateur trouve sur internet toutes les informations sur les produits et les services souhaités, et ceci n’importe où et n’importe quand.  De plus, ces appareils permettent au consommateur qui envisage un achat de demander l’avis de ses amis via les médias sociaux, pour ensuite passer à l’achat en ligne.   


La vente des smartphones et des tablettes connaît dès lors une énorme croissance.  Le bureau IDC estime qu’en 2013, plus d’un milliard de nouveaux smartphones seront mis en circulation au niveau mondial, 40% de plus qu’en 2012.  Selon les chercheurs, le nombre de nouvelles tablettes augmentera même de plus de 50%, pout atteindre les 184 millions d’unités.  « Ajoutez à cela les possibilités d’accès à internet via des appareils fixes comme les pc, les ordinateurs portables et les smart tv et vous avez à votre disposition une explosion de moyens de recherche d’information et d’achats en ligne. »

 

Ventes mobiles en forte hausse

Ainsi, les ventes par internet connaissent également un franc succès.  Bien que la Belgique soit légèrement à la traîne par rapport à d’autres pays européens, les commerçants ne peuvent nier l’évolution.  L’année dernière, le ‘commerce mobile’ belge a plus que triplé, passant de de 56 à 168 millions d’euros.


Dès lors, selon Boesmans, la voie à suivre est celle de l’omnichannel.  « Le consommateur ne pense pas en termes de canaux.  Il utilise aussi bien les informations obtenues dans les magasins physiques, que sur les sites internet ou via les médias sociaux pour prendre une décision. »

 
Les magasins physiques doivent démontrer leur plus-value

« Les retailers ayant un magasin physique devront prouver qu’ils apportent une plus-value, sinon le consommateur peut tout aussi bien acheter en ligne », selon Boesmans.  « Par exemple, en démontrant toutes les possibilités concrètes d’un produit, vous créez cette plus-value.  Si par contre, vous laissez le produit dans la boîte, le consommateur aura avantage à le visionner et à l’acheter en ligne, il économisera de l’argent et du temps.  Ou encore : regardez ces énormes casques audio avec lesquels les footballeurs se promènent.  Dans le magasin, vous pouvez les ajuster et ensuite vous admirer dans le miroir.  Impossible lors d’un achat en ligne. »


« Par contre, on constate qu’un pure player online comme Coolblue ouvre des magasins physiques, parce que cela crée un climat de confiance supplémentaire.  Le consommateur belge est légèrement plus conservateur que la moyenne européenne : il veut davantage toucher et analyser ce qu’il achète. »
 

Encore plus de difficultés pour les indépendants

« Pour les indépendants qui doivent se débrouiller seuls, je crains que les temps seront encore plus difficiles.  Une stratégie omnichannel n’est pas évidente pour eux.  De plus, ils subissaient déjà une forte pression.  Vous remarquerez qu’un grand nombre d’indépendants cessent leurs activités, sans repreneur.  Et les plus grands indépendants intègrent des associations d’achat, par exemple. »


Pour pouvoir gérer les modifications dans le comportement d’achat des consommateurs, certains modèles d’entreprise sont mieux positionnés que d’autres.  Quels sont les formats retail qui ont les meilleurs atouts pour réussir, Wim Boesmans vous les détaillera lors de l’avant-programme ‘RetailDetail Omnichannel’ précédant la soirée RetailDetail Night au San Marco Village à Schelle.


Cliquez ici pour de plus amples informations et pour vous inscrire à la soirée RetailDetail Night.

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Pabo poursuit ses activités sous l’étendard ‘be you’

21/06/2018

Le groupe allemand Beate Uhse – spécialisé dans les accessoires érotiques et maison-mère de Pabo –, déclaré en faillite l’an dernier, poursuivra ses activités sous un nouveau nom. Désormais l’accent se situera sur le commerce en ligne.

Fox & Cie ouvre un 17ème magasin de jouets à Tournai

21/06/2018

La chaîne wallonne de magasins de jouets Fox & Cie a ouvert son 17ème point de vente dans le centre commercial Les Bastions à Tournai. « Quelle crise du marché du jouet ? », se demande l’enseigne.

Tom&Co vise 100 nouveaux points de vente en France

21/06/2018

L’enseigne belge d’animaleries Tom&Co poursuit son expansion sur le marché français : un 25ème magasin vient d’ouvrir ses portes à Nantes, selon le nouveau concept, et sept autres ouvertures sont prévues d’ici la fin de l’année.

La France envisage une taxe sur l’e-commerce

21/06/2018

A l’avenir les commandes en ligne pourraient devenir plus chères pour les consommateurs français : une nouvelle proposition de loi prévoit une taxe de 1 à 2% sur le prix de vente, en fonction de la distance de livraison.

L’enseigne de jouets La Grande Récré jette l’éponge en Belgique

20/06/2018

L’enseigne de jouets française La Grande Récré est en grave difficulté financière et veut dès lors se concentrer sur son marché domestique. Lundi prochain la branche belge déposera le bilan : 16 magasins fermeront, 95 personnes perdront leur emploi.

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.