L’empire du luxe Harrods lance un département dédiés aux vins

L’empire du luxe Harrods lance un département dédiés aux vins

Fidèle à sa réputation, le grand magasin britannique  Harrods, situé Brompton Road au cœur de Londres, continue de miser sur le luxe en lançant un nouveau département entièrement dédiés aux vins et spiritueux.

Au plus foncé, au plus cher

A l’heure où le consommateur moyen est à l’affût des promotions d’Aldi et Lidl, Harrods continue d’attirer l’élite britannique, ainsi que les touristes aisés.  A présent Harrods enrichi son offre en lançant un département de boissons exclusives : 2000 vins, 200 champagnes et 500 alcools forts. Pour la bouteille la meilleur marché il faut compter 9,95 livres sterling, soit 11,50 euros.


Afin de guider le client, les catégories de prix sont indiquées par des codes couleurs. Au plus foncée la couleur, au plus cher le produit.


Le nec plus ultra de la gamme est sans aucun doute la Collection Dalmore Paterson avec ses douze whiskys rares datant des années 1926 à 1990, chacun dans un emballage spécifique. Pour acquérir cette collection il vous faudra  débourser la modique somme de 987.500 livres sterling, soit 1,1 million d’euros.


Une bouteille de champagne pour quelque 20.000 euros

Le champagne Louis Roederer millésimé 2002, dont seules sept bouteilles seront vendues au Royaume-Uni cette année, fait également partie de cet assortiment exclusif. Le prix – ou  faut-il plutôt parler d’investissement – s’élève à 18.000 livres sterling, soit 20.700 euros.


Harrods prévoit d’organiser régulièrement des dégustations avec des promotions spéciales afin de fidéliser son public cible.


« Tout, partout pour tous »

Monsieur tout le monde ne fait donc plus partie de la clientèle chez Harrods. Le slogan sur la façade  - ‘Omnia Omnibus Ubique’ ou ‘Tout, partout pour tous’  – ne correspond plus à la réalité de l’offre.  Depuis 2010 l’enseigne est aux mains d’ investisseurs qatariens, qui souhaitent obtenir un retour sur investissement.


Toutefois l’avenir s’annonce difficile pour Harrods, qui de plus en plus doit faire face à la concurrence d’e-commerçants de luxe  et de nouveaux centres commerciaux réservés à une clientèle richissime à Dubaï et en Asie du Sud-Est.


Pourtant certains plaident  pour un retour à une clientèle britannique plus modeste, afin que l’avenir de l’enseigne ne dépende pas uniquement de touristes fortunés, dont le comportement est en partie déterminé par les fluctuations des taux de change et la stabilité politique.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Les grands magasins américains continuent de peiner

11/08/2017

Les faibles performances de nombreuses chaînes de grands magasins aux USA persistent. Tant Macy’s que Kohl’s ont vu leur CA reculer par rapport à l’an dernier. Une baisse qui toutefois s’est avérée moins importante que ne craignaient les analystes.

Amazon veut concurrencer Ticketmaster

11/08/2017

Aux Etats-Unis le géant du e-commerce Amazon est en pourparlers avec des organisateurs d’événements, afin d’examiner la possibilité de  vendre des tickets pour ces événements via son webshop.

Les réparateurs de vélos refusent les vélos de moindre qualité

11/08/2017

Les réparateurs de vélos sont de plus en plus nombreux à refuser de réparer les bicyclettes achetées en ligne ou au supermarché. Ils préfèrent donner priorité à leurs propres clients ou aux vélos de qualité supérieure.

Chiffre d’affaires record pour Henkel

10/08/2017

Au 2ème trimestre le CA de Henkel a atteint un niveau record de près de 5,1 milliards d’euros, grâce à la reprise du groupe de produits de lessive Sun. Pour la première fois de son histoire le CA semestriel de Henkel dépasse les 10 milliards d’euros.

Pourquoi les retailers doivent-ils prendre les réseaux sociaux au sérieux ?

08/08/2017

Le ‘content marketing’ est bien plus qu’une expression à la mode : les retailers, eux aussi, peuvent tirer profit de la puissance des histoires. C’est ce qu’a démontré Snackbytes, notamment par une campagne conçue pour l’enseigne de chaussures Torfs.

Lion Capital cherche à nouveau à céder Hema

08/08/2017

Le fonds d’investissement Lion Capital, propriétaire de Hema, a mandaté la banque Credit Suisse afin d’examiner les ‘options stratégiques’ pour l'enseigne, ce qui signifie donc qu’il recherche un repreneur potentiel pour la chaîne néerlandaise.

Back to top