L’entreprise V&D déclarée en faillite

L’entreprise V&D déclarée en faillite

V&D n’a pas passé le cap de 2015 à 2016.  La chaîne de grands magasins a été déclarée en faillite juste avant la fin de l’année, ce qui facilite la recherche d’un repreneur.  Les fournisseurs se retrouvent avec plus de 53 millions d’euros de factures impayées.

Le passage du sursis à la faillite a été rapide

Juste avant Noël, le tribunal d’Amsterdam avait octroyé un sursis de paiement à V&D.  Ainsi, le groupe de grands magasins bénéficiait temporairement d’une protection contre ses créanciers.  Cela a permis aux administrateurs provisoires d’évaluer si la chaîne, malgré ses chiffres dans le rouge depuis plusieurs années, serait quand même viable à long terme, éventuellement sous une forme réduite.  Le sursis ne concernait d’ailleurs pas uniquement tous les grands magasins de la chaîne, mais également les restaurants La Place.


Il semblait d’abord que les administrateurs provisoires utiliseraient cette période de sursis pour identifier consciencieusement l’état du groupe pour ensuite en retirer la meilleure option.  Mais les choses n’en sont pas arrivées là.  Ils se sont rendus au tribunal plus vite que prévu pour demander la faillite.  Au passage de 2015 à 2016, dix mille personnes voient ainsi leur emploi remis en question.

 

Sauf pour les fournisseurs dont les factures restent impayées, le choix d’une faillite procure aussi quelques avantages.  L’entreprise peut maintenant être reprise sans endettement.

 
Le redémarrage sous une forme réduite, reprise ou une combinaison des deux

Il existe d’ailleurs suffisamment d’intérêt pour un certain nombre de magasins V&D et pour La Place.  Ces derniers jours, les administrateurs provisoires ont reçu des notifications d’une dizaine d’intéressés.

 

On peut encore toujours opter pour un redémarrage.  La direction de V&D serait ainsi en faveur d’un redémarrage avec 25 à 30 des 62 magasins rentables, et souhaiterait également poursuivre la collaboration avec La Place.  Pour les restaurants qui ne sont pas liés à un magasin, une autre solution devrait être trouvée.

 
Les magasins restent ouverts

Les magasins resteront ouverts en attente d’une solution définitive.  Bien que les fournisseurs se soient retirés, les stocks sont encore suffisants.  De plus, le webshop a été rapidement fermé, pour permettre aux stocks de remplir les magasins classiques.

 
Les employés seront payés par UWV (Uitvoeringsinstituut Werknemersverzekeringen) jusqu’à la finalisation de la faillite.

 

La fin d’un pan d’histoire

Avec la faillite, un pan d’histoire du retail arrive à son terme.  L’entreprise de vente au détail a été créée en 1887 par deux beaux-frères, Willem Vroom et Anton Dreesmann, qui ont ouvert ensemble un magasin de vêtements et de tissus.  Depuis 2010, le groupe était aux mains de la société d’investissement Sun Capital.  Mais peut-être qu’une nouvelle pousse prendra racine bientôt.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Action ouvre son 1000ème magasin

20/10/2017

Le 21 octobre restera dans les annales du discounter Action : ce samedi l’enseigne ouvrira son 1000ème magasin à Gorinchem, dans un immeuble anciennement occupé par Charles Vögele et Aldi.

Ouverture des premières boutiques du centre commercial The Mint

18/10/2017

Les premiers magasins du nouveau centre commercial The Mint à Bruxelles, anciennement connu sous le nom de Centre Monnaie, ont ouvert leurs portes : Iam et Nyx ont ouvert aujourd’hui et d’autres enseignes suivront dans les prochains jours.

RetailDetail Magazine #5 staat online

18/10/2017

En vedette sur la couverture de l’édition d’octobre du Magazine RetailDetail le nouveau CEO de e5 mode, Alexander Talpe. Egalement dans ce numéro : un dossier fouillé concernant l’immobilier commercial et la mobilité dans les centres urbains.

Richemont prévoit une forte hausse de son bénéfice pour le 1er semestre

17/10/2017

Le groupe de luxe suisse Richemont, qui détient notamment la marque de montres Cartier, s’attend à une croissance de son bénéfice de pas moins de 80% pour la première moitié de son exercice. Le chiffre d’affaires a progressé de plus de 10%.

« Les cartes clients ne rapportent quasi rien »

17/10/2017

Les cartes clients ne rapportent quasi rien aux clients. Telle est la conclusion du journal Het Belang van Limburg suite à une enquête menée auprès de vingt grandes chaînes. Toutefois ces enseignes contestent les résultats de cette étude.

Back to top