L’entreprise V&D déclarée en faillite | RetailDetail

L’entreprise V&D déclarée en faillite

L’entreprise V&D déclarée en faillite

V&D n’a pas passé le cap de 2015 à 2016.  La chaîne de grands magasins a été déclarée en faillite juste avant la fin de l’année, ce qui facilite la recherche d’un repreneur.  Les fournisseurs se retrouvent avec plus de 53 millions d’euros de factures impayées.

Le passage du sursis à la faillite a été rapide

Juste avant Noël, le tribunal d’Amsterdam avait octroyé un sursis de paiement à V&D.  Ainsi, le groupe de grands magasins bénéficiait temporairement d’une protection contre ses créanciers.  Cela a permis aux administrateurs provisoires d’évaluer si la chaîne, malgré ses chiffres dans le rouge depuis plusieurs années, serait quand même viable à long terme, éventuellement sous une forme réduite.  Le sursis ne concernait d’ailleurs pas uniquement tous les grands magasins de la chaîne, mais également les restaurants La Place.


Il semblait d’abord que les administrateurs provisoires utiliseraient cette période de sursis pour identifier consciencieusement l’état du groupe pour ensuite en retirer la meilleure option.  Mais les choses n’en sont pas arrivées là.  Ils se sont rendus au tribunal plus vite que prévu pour demander la faillite.  Au passage de 2015 à 2016, dix mille personnes voient ainsi leur emploi remis en question.

 

Sauf pour les fournisseurs dont les factures restent impayées, le choix d’une faillite procure aussi quelques avantages.  L’entreprise peut maintenant être reprise sans endettement.

 
Le redémarrage sous une forme réduite, reprise ou une combinaison des deux

Il existe d’ailleurs suffisamment d’intérêt pour un certain nombre de magasins V&D et pour La Place.  Ces derniers jours, les administrateurs provisoires ont reçu des notifications d’une dizaine d’intéressés.

 

On peut encore toujours opter pour un redémarrage.  La direction de V&D serait ainsi en faveur d’un redémarrage avec 25 à 30 des 62 magasins rentables, et souhaiterait également poursuivre la collaboration avec La Place.  Pour les restaurants qui ne sont pas liés à un magasin, une autre solution devrait être trouvée.

 
Les magasins restent ouverts

Les magasins resteront ouverts en attente d’une solution définitive.  Bien que les fournisseurs se soient retirés, les stocks sont encore suffisants.  De plus, le webshop a été rapidement fermé, pour permettre aux stocks de remplir les magasins classiques.

 
Les employés seront payés par UWV (Uitvoeringsinstituut Werknemersverzekeringen) jusqu’à la finalisation de la faillite.

 

La fin d’un pan d’histoire

Avec la faillite, un pan d’histoire du retail arrive à son terme.  L’entreprise de vente au détail a été créée en 1887 par deux beaux-frères, Willem Vroom et Anton Dreesmann, qui ont ouvert ensemble un magasin de vêtements et de tissus.  Depuis 2010, le groupe était aux mains de la société d’investissement Sun Capital.  Mais peut-être qu’une nouvelle pousse prendra racine bientôt.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Pabo poursuit ses activités sous l’étendard ‘be you’

21/06/2018

Le groupe allemand Beate Uhse – spécialisé dans les accessoires érotiques et maison-mère de Pabo –, déclaré en faillite l’an dernier, poursuivra ses activités sous un nouveau nom. Désormais l’accent se situera sur le commerce en ligne.

Fox & Cie ouvre un 17ème magasin de jouets à Tournai

21/06/2018

La chaîne wallonne de magasins de jouets Fox & Cie a ouvert son 17ème point de vente dans le centre commercial Les Bastions à Tournai. « Quelle crise du marché du jouet ? », se demande l’enseigne.

Tom&Co vise 100 nouveaux points de vente en France

21/06/2018

L’enseigne belge d’animaleries Tom&Co poursuit son expansion sur le marché français : un 25ème magasin vient d’ouvrir ses portes à Nantes, selon le nouveau concept, et sept autres ouvertures sont prévues d’ici la fin de l’année.

La France envisage une taxe sur l’e-commerce

21/06/2018

A l’avenir les commandes en ligne pourraient devenir plus chères pour les consommateurs français : une nouvelle proposition de loi prévoit une taxe de 1 à 2% sur le prix de vente, en fonction de la distance de livraison.

L’enseigne de jouets La Grande Récré jette l’éponge en Belgique

20/06/2018

L’enseigne de jouets française La Grande Récré est en grave difficulté financière et veut dès lors se concentrer sur son marché domestique. Lundi prochain la branche belge déposera le bilan : 16 magasins fermeront, 95 personnes perdront leur emploi.

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.