L’investisseur Indufin prend une participation majoritaire dans Veritas

L’investisseur Indufin prend une participation majoritaire dans Veritas

La société d’investissement belge Indufin prend une participation majoritaire dans Veritas. La nouvelle structure doit permettre à la chaîne de mercerie et de mode de poursuivre sa stratégie de croissance, y compris une expansion à l’étranger.

« Le monde doit devenir notre village »

« Jusqu’à présent le village était notre monde, à présent le monde doit devenir notre village », commente Marc Peeters, président du conseil d’administration de Veritas. « Il s’agit d’un moment charnière pour notre entreprise. C’est pourquoi nous nous sommes mis en quête d’un partenaire qui puisse nous apporter le soutien et l’expertise nécessaires. » Ce partenaire Veritas l’a trouvé dans la société d’investissement belgo-luxembourgeoise Indufin.


Dans le nouvel actionnariat Peeters conserve sa fonction, tout comme l’équipe de management dans son ensemble. Indufin prend une participation de 60%, 30% restent aux mains du groupe d’actionnaires familiaux d’origine, alors que l’actuel management (la CEO Ine Verhaert et le CFO Ulrik Vercruysse) prend une participation de 10%.


Parmi les anciens actionnaires familiaux, environ un tiers sont entrés dans la nouvelle structure, les autres ont vendu leurs parts à Indufin. Le nouveau conseil d’administration sera composé d’Indufin pour 50%, de deux représentants des actionnaires familiaux, de deux managers et de Marc Peeters en tant que président.

 

Le marché domestique bientôt saturé

La nouvelle structure doit permettre à Veritas de poursuivre sa stratégie de croissance, d’une part son expansion physique et d’autre part sa croissance omnichannel. « Si nous maintenons notre rythme de croissance à raison de 8 à 10 ouvertures de magasins par an, nous atteindrons notre plafond en Belgique et au Luxembourg d’ici 2017. Nous pensons qu’il y a encore place pour maximum 130 magasins. C’est pourquoi nous voulons traverser les frontières et nous implanter dans la région Euro », explique la CEO Ine Verhaert.


« Nous considérons cette expansion comme une tache d’huile. Il ne s’agit pas d’une expansion internationale, dans le sens où nous n’allons pas déployer Veritas successivement  en Allemagne, en France et aux Pays-Bas. Nous débuterons dans un rayon de 350 km autour de notre centre de distribution, c’est-à-dire que nous commencerons par le sud des Pays-Bas, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et le nord de la France », précise Peeters.


Cette automne en Allemagne

L’expansion à l’international démarrera par deux magasins pilotes à Aix-la-Chapelle et à Mönchengladbach, qui ouvriront leurs portes aux mois d’août et septembre. Le webshop allemand suivra six mois plus tard. « Toute femme redoute de voir passer une autre femme portant la même tenue  qu’elle. A l’étranger les gens ne connaissent pas encore le concept typique de Veritas, ce que nous appelons ‘l’imagineering’. Nous devrons donc réellement mettre en place notre concept sur ces nouveaux marchés. »


Pour ce faire Veritas a imaginé un nouveau concept de magasin : « A l’étranger il faut que nous transmettions clairement notre identité : il faut que les femmes comprennent que nous ne sommes pas une énième chaîne de mode et qu’elles sachent ce qu’elles peuvent trouver chez nous. C’est pourquoi nous optons pour des magasins plus grands (environ 350 m²) dans les centres-villes et dans les centres commerciaux. Nous envisageons également des couleurs plus chaudes et un autre agencement. »


Veritas souhaite clôturer la période d’essai à l’étranger d’ici 2017, pour ensuite se concentrer sur son objectif, à savoir disposer de 200 magasins et atteindre un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros d’ici 2020. Afin de réaliser cette croissance, la chaîne prévoit un investissement de 3 à 4 millions d’euros par an. En fonction des opportunités qui se présenteront, le retailer compte également ouvrir plusieurs magasins pilotes en France et aux Pays-Bas.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Tom&Co vise 25 magasins français d’ici la fin de l’année

17/08/2017

Plus d’un an après la cession de Tom&Co par Delhaize, le spécialiste de l’animalerie déborde de projets. Le groupe prépare un webshop et envisage d’augmenter le nombre de magasins physiques en France. Objectif : se convertir en entreprise omni-canal.

Facebook lance sa place de marché aussi en Europe

16/08/2017

En octobre 2016 Facebook lançait une place de marché online pour articles d’occasion dans certains pays, entre autres au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Désormais elle sera également disponible dans 17 pays européens, dont la Belgique et les Pays-Bas.

AS Adventure rachète l’allemand McTrek

14/08/2017

L’enseigne belge AS Adventure, spécialisée dans l’outdoor,  a acquis la chaîne allemande McTrek, active dans le même secteur. Ainsi AS Adventure s’introduit sur le plus grand marché européen de l’outdoor.

« La Flandre aussi doit interdire les sacs plastiques ! »

14/08/2017

Selon une étude du parti écologiste flamand Groen, les Belges utilisent 1,1 milliard de sacs en plastique par an, soit près de 100 sacs par personne par an. De plus, les frais liés à l’élimination de ces sacs plastiques sont élevés.

Les grands magasins américains continuent de peiner

11/08/2017

Les faibles performances de nombreuses chaînes de grands magasins aux USA persistent. Tant Macy’s que Kohl’s ont vu leur CA reculer par rapport à l’an dernier. Une baisse qui toutefois s’est avérée moins importante que ne craignaient les analystes.

Amazon veut concurrencer Ticketmaster

11/08/2017

Aux Etats-Unis le géant du e-commerce Amazon est en pourparlers avec des organisateurs d’événements, afin d’examiner la possibilité de  vendre des tickets pour ces événements via son webshop.

Back to top