La BNB recommande la plus grande prudence face aux Bitcoins

La BNB recommande la plus grande prudence face aux Bitcoins

La Banque Nationale et les autorités financières de notre pays mettent en garde contre l’utilisation d’argent virtuel, tel que le Bitcoin. Les consommateurs et les retailers doivent être conscients des risques liés à ce mode de paiement, estiment-ils.

« Attention à l’argent virtuel »

A l’exemple notamment des banques centrales allemandes et hollandaises, la Banque Nationale de Belgique (BNB) et l’Autorité des services et marchés financiers  (FSMA) mettent en garde contre les risques liés au Bitcoin, Litecoin et autre monnaies virtuelles : « L’argent virtuel n’est pas émis par une banque centrale, ni par un émetteur agréé d’argent électronique. »


« Il n’existe actuellement aucune réglementation, aucun contrôle ni surveillance concernant l’argent virtuel. Et c’est d’autant plus le cas pour les émetteurs d’argent virtuel, les bourses de change, les plates-formes internet sur lesquelles on peut effectuer des paiements avec de l’argent virtuel ou les porte-monnaie numériques », indiquent les deux institutions.


La BNB et la FSMA citent quelques exemples concrets de risques : l’argent virtuel est sujet à d’énormes fluctuations (des variations de 30% en une seule journée ne sont pas rares), la plate-forme de négociation ou le porte-monnaie électronique peuvent être piratés (ce qui ouvre grand la porte à la fraude et au vol) et l’argent virtuel n’est pas protégé par les autorités (contrairement à l’argent placé sur en  livret d’épargne, en bons de caisse ou sur un compte à terme, qui lui est protégé par les autorités jusqu’ à 100.000 euros).


Peu à peu également offline

Ces derniers mois les Bitcoins et autres monnaies virtuelles connaissent une réelle envolée, d’autant plus depuis que certains webshops échangent des euros pour des Bitcoins. Au Canada il est même possible d’obtenir  des Bitcoins via une simple distributeur automatique.


Au départ l’argent virtuel permettait de payer uniquement certains produits et services sur internet. Désormais il est possible, bien que rarement encore, de payer des produits et services en-dehors d’internet, pour autant que le vendeur accepte l’argent virtuel. En Belgique l’opérateur de télécom Mobile Vikings et le site de livraison de fastfood pizza.be font partie des rares entreprises qui acceptent déjà les Bitcoins.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Les grands magasins américains continuent de peiner

11/08/2017

Les faibles performances de nombreuses chaînes de grands magasins aux USA persistent. Tant Macy’s que Kohl’s ont vu leur CA reculer par rapport à l’an dernier. Une baisse qui toutefois s’est avérée moins importante que ne craignaient les analystes.

Amazon veut concurrencer Ticketmaster

11/08/2017

Aux Etats-Unis le géant du e-commerce Amazon est en pourparlers avec des organisateurs d’événements, afin d’examiner la possibilité de  vendre des tickets pour ces événements via son webshop.

Les réparateurs de vélos refusent les vélos de moindre qualité

11/08/2017

Les réparateurs de vélos sont de plus en plus nombreux à refuser de réparer les bicyclettes achetées en ligne ou au supermarché. Ils préfèrent donner priorité à leurs propres clients ou aux vélos de qualité supérieure.

Chiffre d’affaires record pour Henkel

10/08/2017

Au 2ème trimestre le CA de Henkel a atteint un niveau record de près de 5,1 milliards d’euros, grâce à la reprise du groupe de produits de lessive Sun. Pour la première fois de son histoire le CA semestriel de Henkel dépasse les 10 milliards d’euros.

Pourquoi les retailers doivent-ils prendre les réseaux sociaux au sérieux ?

08/08/2017

Le ‘content marketing’ est bien plus qu’une expression à la mode : les retailers, eux aussi, peuvent tirer profit de la puissance des histoires. C’est ce qu’a démontré Snackbytes, notamment par une campagne conçue pour l’enseigne de chaussures Torfs.

Lion Capital cherche à nouveau à céder Hema

08/08/2017

Le fonds d’investissement Lion Capital, propriétaire de Hema, a mandaté la banque Credit Suisse afin d’examiner les ‘options stratégiques’ pour l'enseigne, ce qui signifie donc qu’il recherche un repreneur potentiel pour la chaîne néerlandaise.

Back to top