La CEO de Walmart Canada nommée à la tête de la branche européenne | RetailDetail

La CEO de Walmart Canada nommée à la tête de la branche européenne

La CEO de Walmart Canada nommée à la tête de la branche européenne

Shelley Broader (photo), actuel CEO de Walmart Canada, prendra les commandes de Walmart Europe-Middle East-Africa à partir du 1er juin. Un changement parmi d’autres au sein du haut management depuis la nomination de Doug McMillon à la tête du plus grand distributeur du monde.

Du Canada vers l’Europe

A partir du 1er juin Shelley Broader (49 ans) dirigera Walmart EMEA (Europe, Moyen-Orient et un partie de l’Afrique du Nord), soit au total 1.345 magasins et 285.000 collaborateurs.


Après une carrière de près de 20 ans dans le retail en Amérique du Nord (notamment chez Hannaford), Broader a rejoint Walmart Canada en décembre 2010, où elle a débuté en tant que chief merchandising officer et est devenue CEO en septembre 2011. Sous sa direction Walmart a survécu à l’arrivée au Canada du grand rival Target Corp.


Shelley Broader rendra compte en direct à David Cheesewright, directeur de Walmart International. « Le leadership de Shelley au Canada dans une période de concurrence accrue témoigne de sa connaissance de l’univers du retail. Une expérience qui lui sera certainement utile dans sa nouvelle fonction », affirme Cheesewright. En attendant de trouver un successeur, Broader continuera de superviser la branche canadienne.

 

Le CEO McMillon pose son empreinte

La nomination de Broader s’inscrit dans le cadre de la réorganisation des activités de Walmart hors Etats-Unis. Ainsi le mois dernier Greg Foran, CEO de Walmart Chine depuis 2012, a été promu en tant que CEO pour l’ensemble de l’Asie. Le 1er juin Foran succèdera à Scott Price qui, lui, rejoint le quartier général à Bentonville (Arkansas) en tant que vice-président exécutif.


Au travers de ces changements au sein du haut management, le nouveau CEO Doug McMillon – nommé fin de l’année dernière – pose clairement son empreinte sur l’enseigne. McMillon a la lourde tâche de remédier à la baisse des ventes, tant aux Etats-Unis (où Walmart teste de plus petits formats dans les centres urbains), qu’en dehors des USA. A premier trimestre (clôturé le 30 avril) tant le chiffre d’affaires que le bénéfice de Walmart se sont avérés  inférieurs aux attentes et les pronostics pour le deuxième trimestre ne s’annoncent guère plus encourageants.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Pabo poursuit ses activités sous l’étendard ‘be you’

21/06/2018

Le groupe allemand Beate Uhse – spécialisé dans les accessoires érotiques et maison-mère de Pabo –, déclaré en faillite l’an dernier, poursuivra ses activités sous un nouveau nom. Désormais l’accent se situera sur le commerce en ligne.

Fox & Cie ouvre un 17ème magasin de jouets à Tournai

21/06/2018

La chaîne wallonne de magasins de jouets Fox & Cie a ouvert son 17ème point de vente dans le centre commercial Les Bastions à Tournai. « Quelle crise du marché du jouet ? », se demande l’enseigne.

Tom&Co vise 100 nouveaux points de vente en France

21/06/2018

L’enseigne belge d’animaleries Tom&Co poursuit son expansion sur le marché français : un 25ème magasin vient d’ouvrir ses portes à Nantes, selon le nouveau concept, et sept autres ouvertures sont prévues d’ici la fin de l’année.

La France envisage une taxe sur l’e-commerce

21/06/2018

A l’avenir les commandes en ligne pourraient devenir plus chères pour les consommateurs français : une nouvelle proposition de loi prévoit une taxe de 1 à 2% sur le prix de vente, en fonction de la distance de livraison.

L’enseigne de jouets La Grande Récré jette l’éponge en Belgique

20/06/2018

L’enseigne de jouets française La Grande Récré est en grave difficulté financière et veut dès lors se concentrer sur son marché domestique. Lundi prochain la branche belge déposera le bilan : 16 magasins fermeront, 95 personnes perdront leur emploi.

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.