La grève touche davantage le retail en Wallonie et à Bruxelles qu’en Flandre

La grève touche davantage le retail en Wallonie et à Bruxelles qu’en Flandre

La grève générale du 30 janvier a également touché le secteur du retail. Toutefois la Flandre a été moins affectée que le reste du pays, selon l’agence de presse Belga. La fédération du commerce Comeos pour sa part estime que la grève entraînera environ 30 millions d’euros de pertes pour le secteur.

Sabotage

Après un sondage effectué lundi matin auprès de ses principaux membres, Comeos indiquait qu’en Flandre 10% des magasins seraient fermés et 30% en Wallonie. « Les syndicats ne parviennent pas à entraîner les travailleurs dans leur action », estime Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos. Selon lui  il s’agit avant tout d’une grève des syndicats et non des travailleurs : « Ils sont en général trois ou quatre à faire la grève, alors que le personnel lui veut travailler ».


Selon une première estimation , les dommages subis par le secteur s’élèveraient déjà à 30 millions d’euros. « En Wallonie surtout, il est même question de sabotage pur et simple : des serrures ont été démolies » selon Dominique Michel. « Les employeurs subissent des pertes à trois niveaux : on laisse entrer les employés, par conséquent la direction doit les payer, mais ensuite on bloque l’entrée aux clients. Donc les magasins ne vendent rien et certains sont obligés de jeter leurs produits frais invendus », toujours selon Comeos.


Blocage des centres de distribution

Lundi matin de 6 h à 8.30 h les grévistes des syndicats socialistes et libéraux ont bloqué le centre de distribution de Colruyt à Hal (Brabant flamand). La distribution de produits frais et de viande (Vlevico) a ainsi été entièrement paralysée. Le blocage n’a été levé qu’après l’intervention d’un huissier sollicité par la direction, explique Florent Vandensteen, secrétaire syndical d’ABVV. Tom Verlinden, directeur des relations sociales chez Colruyt, confirme qu’un huissier s’est rendu sur les lieux, mais il ne serait pas intervenu. Selon Verlinden le piquet de grève avait été organisé par des personnes extérieures à Colruyt, alors que la majorité des employés voulait travailler.


Situation plus tendue dans un autre dépôt de Colruyt à Ghislenghien (Hainaut) où un piquet de grève se trouvait depuis 5 h du matin devant l’entrée du centre de distribution, bloquant l’accès à 200 travailleurs volontaires.  « Le plus souvent, nous parvenons à un accord, mais là ce n'était pas possible", déclare Tom Verlinden Un huissier est arrivé sur les lieux et finalement à 14 h l'entrepôt tournait à mi-régime. Une fois de plus Colruyt évoque des personnes extérieures, « issues du secteur de la métallurgie », dixit Verlinden


La chaîne Delhaize elle aussi a été perturbée dans ses centres de distribution suite à la grève : à Zellik (Brabant flamand) durant une grande partie de la journée aucun camion n’a pu quitter le dépôt et à Ninove (Flandre orientale) un nombre limité seulement.

 

Les magasins bruxellois et wallons davantage touchés par la grève

La situation dans les magasins a été longtemps incertaine. En règle générale les magasins sont restés fermés davantage la matinée que l’après-midi ; et à Bruxelles et en Wallonie les fermetures ont été plus nombreuses qu’en Flandre.


En matinée Delhaize annonçait qu’en Flandre 7 magasins en gestion propre resteraient fermés (4 à Anvers, 2 en Brabant flamand et 1 au Limbourg), alors qu’une septantaine seraient ouverts. La Wallonie par contre a connu une situation inverse : seuls les points de vente à Arlon, Mouscron et Recogne étaient ouverts. L’après-midi en Flandre les magasins en gestion propre ont rouvert leurs portes, alors qu’en Wallonie et à Bruxelles quasi toutes les portes sont restées fermées.


Même scénario pour Colruyt : la Flandre n’a quasiment pas été affectée, alors que la Wallonie et  Bruxelles ont été davantage touchés par le mouvement de grève. Certains magasins ouverts ont eu affaire à des barrages filtrants. « Souvent ce sont des personnes extérieures qui organisent ces actions » explique le porte-parole Jan Derom à l’agence Belga. Dans l’après-midi la situation est plus ou moins rentrée dans l’ordre, même dans la partie francophone du pays.


Aux alentours de midi, tous les hypermarchés Carrefour à Bruxelles et en Wallonie étaient fermés, à l’exception de celui de  Malmédy. Une fois de plus la Flandre a été moins perturbée, comme l’a confié la porte-parole Vera Vermeeren à l’agence Belga : tous les supermarchés et magasins franchisés étaient ouverts ; pour les hypermarchés 5 d’entre eux étaient fermés et 16 ouverts. Comme ailleurs,  pour Carrefour la situation s’est améliorée dans le courant de l’après-midi.


Makro pour sa part a connu une situation fifty-fifty :  les magasins à Eke (Flandre orientale), Deurne (Anvers)  et Leeuw-Saint-Pierre (Brabant flamand)  étaient ouverts, alors qu’à Machelen (Brabant flamand), Lodelinsart (Liège) et Alleur (Charleroi) les portes sont restées fermées. Dans les magasins ouverts des tracts ont été distribués au personnel.  A Eke les clients ont même eu droit à un café et une brioche, selon ABVV.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rapport de tendances Eneco : innovation durable pour les retailers

22/06/2017

(publireportage)  Le fournisseur d'énergie verte Eneco propose un rapport de tendances gratuit et une masterclass aux retailers sur la voie de l'innovation durable.

L’industrie des jeux vidéo continue de croître

22/06/2017

Selon une analyse du bureau d’études Newzoo, l’industrie des jeux vidéo devrait encore fortement progressé en 2017 : le CA total devrait atteindre 108,9 milliards de dollars (près de 100 milliards d’euros), soit une hausse de 7,8% par rapport à 2016.

Analyse : Cinq conclusions après le deal entre Amazon et Whole Foods

19/06/2017

Qu’Amazon tôt ou tard rachète une chaîne de supermarchés, était à prévoir. Pourtant la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Comment évaluer les conséquences de ce deal pour les retailers alimentaires ?

Un nouveau site internet pour sauver les magasins de journaux indépendants

15/06/2017

Le distributeur de presse Ubiway a lancé un site internet pour aider les magasins de journaux à survivre.  En 5 ans de temps, leur nombre a chuté de 3.200 à 2.400 : grand temps pour une opération de grande envergure ‘Sauvez le magasin de journaux’.

Nike, Universal Studios et Sanrio enfreignent-ils la libre concurrence ?

15/06/2017

Après la marque de mode américaine Guess, c’est au tour de Nike, Universal Studios et Sanrio d’être visés par Bruxelles. Il semblerait que ces trois entreprises restreignent la vente transfrontière et online de leurs produits dans l’Union européenne.

« Les casseurs de prix bousillent l’économie »

14/06/2017

Selon le politologue Jonathan Holslag de la VUB, le consommateur devrait acheter davantage dans des commerces locaux et éviter les casseurs de prix comme Action et Primark, car « ils bousillent l’économie ».

Back to top