Le ‘Marketer de l’Année 2012’ travaille chez bpost | RetailDetail

Le ‘Marketer de l’Année 2012’ travaille chez bpost

Le ‘Marketer de l’Année 2012’ travaille chez bpost

Dirk Oosterlinck de bpost a été élu ‘Marketer de l’année 2012’. Il l’emporte devant Bart Becks (Sonic Angel), Nicolas Marchand (VOO) et Gregory Berleur (Danone). Le Gantois de 41 ans succède ainsi à Nils van Dam (Unilever), lauréat en 2011.

Une approche orientée vers le client d’un ex-monopoliste

Selon le jury, Dirk Oosterlinck est l’une des forces motrices de l’énorme dynamique qui s’est opérée ces dernières années chez bpost et des changements progressifs au niveau de l’approche marketing et ventes. Le Gantois, actif depuis dix ans déjà dans la société de la poste, a largement contribué à cette évolution, estime le jury.


Cet économiste de formation, ayant décroché un MBA en marketing, a séduit le jury principalement grâce à deux nouvelles initiatives.  D’une part le lancement du projet DM Boost, le programme de marketing direct de bpost. D’autre part sa contribution à une réelle révolution grâce au déploiement de ‘bpost sur rendez-vous’, le fameux concept e-commerce que testent actuellement les services de la poste : le facteur livre des courses à domicile sur rendez-vous et vient reprendre par exemple des emballages consignés ou du linge sale pour les déposer ensuite chez les commerçants concernés.


Les FMCG en minorité cette année

Fait assez surprenant pour cette édition 2012, seul un nominé sur quatre est issu du secteur des biens de grande consommation (Fast Moving Consumer Goods – FMCG), alors que ce secteur jusqu’il y a peu était la pépinière des marketers de haut niveau. Un signe des temps, selon les organisateurs, car « aujourd’hui on constate que le secteur des services offre aussi de très belles opportunités de carrières, surtout lorsqu’il s’appuie sur le monde digital en plein développement. Cela laisse présager de belles découvertes pour les années à venir !»


Dirk Oosterlinck succède ainsi à Nils van Dam (Unilever) en tant que Marketer de l’Année. Parmi  les  lauréats d’éditions précédentes figurent notamment Johan Van Dyck (Duvel Moortgat), Nicolas Lambert (Alken-Maes), Patrick Wauters (Chiquita), Phillippe Wallez (ING Belgium), Saskia Schatteman (De Lijn-Telenet) et Christophe Mottint (Sara Lee/Douwe Egberts).

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon recrute 2.000 travailleurs en France

15/02/2018

La branche française du géant américain du e-commerce Amazon cherche à embaucher 2.000 personnes afin de soutenir sa croissance. Amazon.fr est le webshop le plus populaire non seulement en France, mais également dans notre pays.

Excellente année pour Decathlon grâce à une forte expansion

15/02/2018

Alors qu’en 2016 Decathlon dépassait le cap des 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en 2017 l’enseigne de sport a franchi la barre des 11 milliards d’euros, et ce grâce à une forte expansion internationale.

Passation de pouvoir chez BIC sur fond de rentabilité en baisse

15/02/2018

Changements au sein du management de Bic, le spécialiste français des produits jetables : l’actuel PDG Bruno Bich passe le flambeau à son fils Gonzalve (39 ans), qui aura la lourde tâche de restaurer la rentabilité du groupe.

Les syndicats de Carrefour appellent au boycott des caisses self-scanning

15/02/2018

Les collaborateurs de Carrefour appellent au boycott des caisses self-scanning pour protester contre les licenciements annoncés par le groupe. Dans l’hypermarché de Mons les employés sont passés à l’action et ont saboté les caisses concernées.

Dieter Struye, nouveau directeur général non-food chez Colruyt Group

13/02/2018

Dieter Struye, ancien directeur de Brico, a été nommé directeur général  non-food chez Colruyt Group. Depuis ce lundi 12 février il y dirige les enseignes Dreamland et Dreambaby, ainsi que les activités en ligne de ColliShop.

Metro : bénéfice stable au 1er trimestre

13/02/2018

Au premier trimestre l’allemand Metro est parvenu à réaliser un bénéfice stable par rapport à l’an dernier, et ce malgré un recul en Russie et grâce à l’absence de coûts de restructuration chez Real.

Back to top