Le chiffre d’affaires d’Unilever souffre des effets de change

Le chiffre d’affaires d’Unilever souffre des effets de change

Au cours du premier trimestre 2014 le chiffre d’affaires d’Unilever a subi une forte baisse suite aux effets de change défavorables. En revanche la croissance sous-jacente du chiffre d’affaires a dépassé les attentes.

Croissance sous-jacente meilleure que prévu

Durant le premier trimestre de cette année le chiffre d’affaires d’Unilever a régressé de 6,3% à 11,4 milliards d’euros. Une baisse attribuable en grande partie à un impact négatif des effets de change de 8,9%. La croissance sous-jacente (hors effets de change et acquisitions) quant à elle s’élève à 3,6% ; un résultat qui dépasse les attentes des analystes qui tablaient sur 3,3%.


Sur les marchés émergents le chiffre d’affaires sous-jacent a progressé de 6,6%, un très net ralentissement par rapport à la croissance de 8,4% enregistrée au quatrième trimestre 2013. « Pour l’instant les marchés émergents traversent une période de croissance ralentie et de volatilité économique, mais notre stratégie reste inchangée. Nous continuons d’investir dans nos marques, afin qu’elles puissent tirer profit des possibilités qu’offrent la croissance de la population et la hausse des revenus », déclare le CEO Paul Polman.


Dernièrement Unilever a vendu la marque BiFi et examine à présent la cession d’autres marques, notamment le segment de sauces pour pâtes en Amérique du Nord, ainsi que SlimFast. Unilever a racheté SlimFast en 2000 pour 1,75 milliard d’euros, mais depuis les ventes de ce produit de régime ont sérieusement chuté aux Etats-Unis.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: