Le gendarme français de la vie privée fixe les limites de la géolocalisation

Le gendarme français de la vie privée fixe les limites de la géolocalisation

Aujourd’hui la géolocalisation permet aux commerçants de tracer leurs clients en magasin à l’aide de signaux émis par les smartphones. Toutefois le gendarme français de la vie privée rappelle aux retailers les règles à respecter.

« La vie privée du consommateur compromise »

« La CNIL enterre-t-elle la géolocalisation ? » Cette question traduit parfaitement la préoccupation de nombreux retailers français, suite à l’instauration par la CNIL – la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (le pendant français de notre commission vie privée) – de règles strictes à l’égard des commerçants utilisant des dispositifs visant à  mesurer le taux de  fréquentation de leur magasin ou encore le temps passé devant un panneau publicitaire, afin d’en tirer des leçons commerciales.


La CNIL exige notamment que les enseignes utilisant de tels systèmes se déclarent auprès de la commission et informent clairement leurs clients de la mise en place de ces dispositifs et de leur finalité. Les commerçants doivent également supprimer toutes les données personnelles dès que le client quitte le magasin. Par ailleurs les images filmées par caméras ne peuvent être enregistrées, ni transmises à des tiers.


La géolocalisation en magasin est permise à condition que le système soit équipé d’un algorithme qui  anonymise et regroupe les données, rendant impossible toute observation individuelle. « L'utilisation d'un tel algorithme permet notamment d'estimer les taux de retour des personnes dans un magasin avec un taux d'erreur non préjudiciable pour le commerçant tout en permettant d'assurer le respect de la vie privée de ses clients », estime le CNIL. Dans ce cas le consommateur ne doit pas donner son consentement.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Ouverture des premières boutiques du centre commercial The Mint

18/10/2017

Les premiers magasins du nouveau centre commercial The Mint à Bruxelles, anciennement connu sous le nom de Centre Monnaie, ont ouvert leurs portes : Iam et Nyx ont ouvert aujourd’hui et d’autres enseignes suivront dans les prochains jours.

RetailDetail Magazine #5 staat online

18/10/2017

En vedette sur la couverture de l’édition d’octobre du Magazine RetailDetail le nouveau CEO de e5 mode, Alexander Talpe. Egalement dans ce numéro : un dossier fouillé concernant l’immobilier commercial et la mobilité dans les centres urbains.

Richemont prévoit une forte hausse de son bénéfice pour le 1er semestre

17/10/2017

Le groupe de luxe suisse Richemont, qui détient notamment la marque de montres Cartier, s’attend à une croissance de son bénéfice de pas moins de 80% pour la première moitié de son exercice. Le chiffre d’affaires a progressé de plus de 10%.

« Les cartes clients ne rapportent quasi rien »

17/10/2017

Les cartes clients ne rapportent quasi rien aux clients. Telle est la conclusion du journal Het Belang van Limburg suite à une enquête menée auprès de vingt grandes chaînes. Toutefois ces enseignes contestent les résultats de cette étude.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Une entreprise britannique rachète Intertoys et Bart Smit

12/10/2017

Blokker Holding va céder son enseigne de jouets Intertoys, y compris les magasins de Bart Smit et Toys XL, à l’investisseur britannique Alteri. Cette cession s’inscrit dans la nouvelle stratégie de Blokker Holding.

Back to top