Le gendarme français de la vie privée fixe les limites de la géolocalisation

Le gendarme français de la vie privée fixe les limites de la géolocalisation

Aujourd’hui la géolocalisation permet aux commerçants de tracer leurs clients en magasin à l’aide de signaux émis par les smartphones. Toutefois le gendarme français de la vie privée rappelle aux retailers les règles à respecter.

« La vie privée du consommateur compromise »

« La CNIL enterre-t-elle la géolocalisation ? » Cette question traduit parfaitement la préoccupation de nombreux retailers français, suite à l’instauration par la CNIL – la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (le pendant français de notre commission vie privée) – de règles strictes à l’égard des commerçants utilisant des dispositifs visant à  mesurer le taux de  fréquentation de leur magasin ou encore le temps passé devant un panneau publicitaire, afin d’en tirer des leçons commerciales.


La CNIL exige notamment que les enseignes utilisant de tels systèmes se déclarent auprès de la commission et informent clairement leurs clients de la mise en place de ces dispositifs et de leur finalité. Les commerçants doivent également supprimer toutes les données personnelles dès que le client quitte le magasin. Par ailleurs les images filmées par caméras ne peuvent être enregistrées, ni transmises à des tiers.


La géolocalisation en magasin est permise à condition que le système soit équipé d’un algorithme qui  anonymise et regroupe les données, rendant impossible toute observation individuelle. « L'utilisation d'un tel algorithme permet notamment d'estimer les taux de retour des personnes dans un magasin avec un taux d'erreur non préjudiciable pour le commerçant tout en permettant d'assurer le respect de la vie privée de ses clients », estime le CNIL. Dans ce cas le consommateur ne doit pas donner son consentement.

 

Tags: