Le Jury d’éthique publicitaire condamne la campagne Hans Anders | RetailDetail

Le Jury d’éthique publicitaire condamne la campagne Hans Anders

Le Jury d’éthique publicitaire condamne la campagne Hans Anders

La chaîne de magasins d’optique  Hans Anders est contrainte d’adapter ou de retirer sa campagne publicitaire. C’est ce qu’a décidé le Jury d’éthique publicitaire (JEP), suite à une plainte émise par l’organisation des entrepreneurs flamands UNIZO et  la  fédération professionnelle des opticiens et optométristes indépendants ABOOB.

Des verres de lunettes identiques … ou non ?

La plainte concerne un spot publicitaire où Hans Anders prétend que « des verres de lunettes identiques coûteraient jusqu’à  trois fois plus chers chez un opticien indépendant ». Un message trompeur, selon l’UNIZO et l’ APOOB, car les opticiens indépendants n’utilisent pas toujours les mêmes verres que Hans Anders, contrairement à ce qu’affirme ce dernier.


« Il y a quatre grands fournisseurs de verres où tout le monde commande ses verres. Nos verres sont donc fabriqués dans les mêmes usines, avec le même professionnalisme et la même qualité », argumente  Alex Stergialis, responsable marketing chez Hans Anders Belgique.


Les opticiens indépendants répliquent que les verres sont souvent fabriqués avec des matériaux différents et ne sont pas nécessairement plus chers. Par ailleurs il est très difficile d’établir une comparaison étant donné que Hans Anders dans son spot publicitaire ne mentionne ni le prix, ni le type de verres.


Les indépendants se sentent lésés

Par ailleurs l’UNIZO et l’APOOB soulignent  que le service et l’expertise des opticiens indépendants est d’un autre niveau que chez  Hans Anders. Des facteurs qui ne sont pas pris en compte dans la campagne publicitaire, mais qui pèsent néanmoins dans la décision d’achat du consommateur.


Autre argument avancé par le JEP : la publicité serait dénigrante à l’égard des opticiens indépendants et entacherait leur image. Accusation que réfute  Alex Stergialis qui indique  que telle n’était pas son intention. Quoi qu’il en soit, à présent Hans Anders se voit contraint  d’adapter sa campagne ou de la retirer.


Mi-juin l’UNIZO, l’ABOOB et Hanser Anders se réuniront pour mettre les points sur les i, afin que de telles situations ne se reproduisent plus à l’avenir.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’ex-patron de Delhaize Denis Knoops devient actionnaire principal de 1PopUpStore

24/05/2018

Après Delhaize, la vie continue. Denis Knoops, qui l’an dernier a dû céder sa place de CEO chez Delhaize Belgique, est devenu actionnaire principal de 1PopUpStore, l’entreprise derrière Chronostock, le spécialiste des magasins éphémères.

Decathlon ouvre son 30ème magasin à Nivelles

23/05/2018

En septembre prochain Decathlon ouvrira son 30ème magasin belge dans le centre commercial Shopping Nivelles. En attendant un Connect-shop temporaire est mis à disposition des clients pour les commandes en ligne.

« Les données redonnent le contrôle aux trade marketeers »

23/05/2018

Pour les fabricants de marques le monitoring des assortiments, des prix, des promotions dans leur catégorie chez les retailers n’est pas une mince affaire. La start-up belge Daltix collecte automatiquement ces données vitales dans des dashboards.

Shop for Geek vise le cap des 25 magasins

22/05/2018

Après de récentes ouvertures à Alost et Namur, Shop for Geek, chaîne spécialisée dans les gadgets et articles de merchandising, compte désormais 13 magasins. Mais le retailer  vise le cap des 25 magasins et compte s’attaquer à la France.

Le propriétaire 3i souhaite quand même conserver Action

22/05/2018

L’investisseur 3i souhaite quand même garder l’entièreté d’Action. Bien que le propriétaire de la chaîne discount ait annoncé la semaine dernière qu’il cherchait un repreneur pour une partie de sa participation dans Action, 3i nie tout en bloc.

Marks & Spencer sort son couteau : 100 magasins doivent fermer

22/05/2018

Le retailer britannique envisage une restructuration radicale.  Au cours des quatre prochaines années, ce ne sont pas 60 mais 100 magasins britanniques qui devront fermer leurs portes.  « Indispensable pour assurer l’avenir », semble-t-il.