Les autorités britanniques locales plaident pour une ‘Tesco Tax’ | RetailDetail

Les autorités britanniques locales plaident pour une ‘Tesco Tax’

Les autorités britanniques locales plaident pour une ‘Tesco Tax’

Le conseil communal de la ville britannique Derby veut instaurer une taxe pour les grands supermarchés, afin que les dépenses des consommateurs ‘re-circulent’ au sein de la communauté locale. Le gouvernement  britannique pour sa part craint que cette mesure entraîne des hausses de prix.

Jusqu’à 500 millions d’euros de taxes

19 autres autorités locales ont déjà fait savoir qu’elles soutenaient la demande de la ville de Derby. Une telle taxe pourrait rapporter jusqu’à 400 millions de livres sterling par an (500 millions d’euros), indique la BBC.


« Une étude démontre que 95% de l’argent dépensé dans les grands supermarchés quitte définitivement l’économie locale, contre 50% seulement chez les retailers locaux indépendants. Cette taxe est une modeste tentative qui doit faire en sorte que davantage d’argent re-circule dans la communauté locale et contribue ainsi au commerce et aux jobs  locaux », lit-on dans la proposition.


Sustainable Communities Act

Cette proposition s’inscrit dans le cadre du Sustainable Communities Act, qui permet aux autorités et communautés locales de faire des propositions en vue de solutionner des problèmes locaux. La taxe, qui peut s’élever jusqu’à 8,5%, s’appliquera aux grands supermarché réalisant un chiffre d’affaires de plus de 500.000 livres sterling (630.000 euros). En Ecosse et en Irlande du Nord il existe déjà une taxe similaire, appelée ‘Tesco Tax’.


Le gouvernement britannique a six mois pour réagir à la proposition. En cas d’approbation, la taxe sera non seulement valable pour les 20 villes et communes qui soutiennent la proposition, mais également pour toutes les autorités locales. Dans ce cas la taxe pourrait coûter jusqu’à 190 millions de livres (240 millions d’euros) aux supermarchés. Si elle s’applique également aux autres grands retailers la taxe pourrait rapporter jusqu’à 400 millions de livres (505 millions d’euros).


Le gouvernement pour sa part n’est pas favorable à cette taxe, craignant que cette mesure fasse monter les prix. Le gouvernement avait  déjà indiqué précédemment ne pas vouloir d’augmentations de prix qui toucheraient essentiellement les ménages à bas revenus.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon recrute 2.000 travailleurs en France

15/02/2018

La branche française du géant américain du e-commerce Amazon cherche à embaucher 2.000 personnes afin de soutenir sa croissance. Amazon.fr est le webshop le plus populaire non seulement en France, mais également dans notre pays.

Excellente année pour Decathlon grâce à une forte expansion

15/02/2018

Alors qu’en 2016 Decathlon dépassait le cap des 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en 2017 l’enseigne de sport a franchi la barre des 11 milliards d’euros, et ce grâce à une forte expansion internationale.

Passation de pouvoir chez BIC sur fond de rentabilité en baisse

15/02/2018

Changements au sein du management de Bic, le spécialiste français des produits jetables : l’actuel PDG Bruno Bich passe le flambeau à son fils Gonzalve (39 ans), qui aura la lourde tâche de restaurer la rentabilité du groupe.

Les syndicats de Carrefour appellent au boycott des caisses self-scanning

15/02/2018

Les collaborateurs de Carrefour appellent au boycott des caisses self-scanning pour protester contre les licenciements annoncés par le groupe. Dans l’hypermarché de Mons les employés sont passés à l’action et ont saboté les caisses concernées.

Dieter Struye, nouveau directeur général non-food chez Colruyt Group

13/02/2018

Dieter Struye, ancien directeur de Brico, a été nommé directeur général  non-food chez Colruyt Group. Depuis ce lundi 12 février il y dirige les enseignes Dreamland et Dreambaby, ainsi que les activités en ligne de ColliShop.

Metro : bénéfice stable au 1er trimestre

13/02/2018

Au premier trimestre l’allemand Metro est parvenu à réaliser un bénéfice stable par rapport à l’an dernier, et ce malgré un recul en Russie et grâce à l’absence de coûts de restructuration chez Real.

Back to top