Les autorités britanniques locales plaident pour une ‘Tesco Tax’ | RetailDetail

Les autorités britanniques locales plaident pour une ‘Tesco Tax’

Les autorités britanniques locales plaident pour une ‘Tesco Tax’

Le conseil communal de la ville britannique Derby veut instaurer une taxe pour les grands supermarchés, afin que les dépenses des consommateurs ‘re-circulent’ au sein de la communauté locale. Le gouvernement  britannique pour sa part craint que cette mesure entraîne des hausses de prix.

Jusqu’à 500 millions d’euros de taxes

19 autres autorités locales ont déjà fait savoir qu’elles soutenaient la demande de la ville de Derby. Une telle taxe pourrait rapporter jusqu’à 400 millions de livres sterling par an (500 millions d’euros), indique la BBC.


« Une étude démontre que 95% de l’argent dépensé dans les grands supermarchés quitte définitivement l’économie locale, contre 50% seulement chez les retailers locaux indépendants. Cette taxe est une modeste tentative qui doit faire en sorte que davantage d’argent re-circule dans la communauté locale et contribue ainsi au commerce et aux jobs  locaux », lit-on dans la proposition.


Sustainable Communities Act

Cette proposition s’inscrit dans le cadre du Sustainable Communities Act, qui permet aux autorités et communautés locales de faire des propositions en vue de solutionner des problèmes locaux. La taxe, qui peut s’élever jusqu’à 8,5%, s’appliquera aux grands supermarché réalisant un chiffre d’affaires de plus de 500.000 livres sterling (630.000 euros). En Ecosse et en Irlande du Nord il existe déjà une taxe similaire, appelée ‘Tesco Tax’.


Le gouvernement britannique a six mois pour réagir à la proposition. En cas d’approbation, la taxe sera non seulement valable pour les 20 villes et communes qui soutiennent la proposition, mais également pour toutes les autorités locales. Dans ce cas la taxe pourrait coûter jusqu’à 190 millions de livres (240 millions d’euros) aux supermarchés. Si elle s’applique également aux autres grands retailers la taxe pourrait rapporter jusqu’à 400 millions de livres (505 millions d’euros).


Le gouvernement pour sa part n’est pas favorable à cette taxe, craignant que cette mesure fasse monter les prix. Le gouvernement avait  déjà indiqué précédemment ne pas vouloir d’augmentations de prix qui toucheraient essentiellement les ménages à bas revenus.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Colruyt Group franchit une nouvelle étape sur le marché de l’occasion

20/04/2018

 

Avec sa plate-forme en ligne NewStory, Colruyt poursuit sa conquête du marché d’articles pour bébés de seconde main.  La nouvelle plate-forme se base sur l’ancien Dreambaby Tweedehands, un webshop avec deux points de collecte et de retrait axé sur les articles pour bébés d’occasion.

The Future Of Shopping remporte le prix de Managementboek van het Jaar

20/04/2018

RetailDetail est fier d’annoncer que le prix de Managementboek van het Jaar 2018 a été attribué au livre The Future of Shopping : Waar iedereen retailer is de Pauline Neerman et Jorg Snoeck.

Le cap des 100 millions d’abonnés Amazon Prime a été franchi

19/04/2018

Amazon, le géant du e-commerce, a franchi le cap des 100 millions d’abonnés Prime.  Et ce n’est là qu’un des nombreux jalons que le PDG Jeff Bezos mentionne dans sa lettre annuelle adressée aux actionnaires.

Les distributeurs et transporteurs exigent des poids lourds moins polluants

19/04/2018

35 entreprises, dont Colruyt, Carrefour et Ikea, appellent l’Europe à obliger les constructeurs de poids lourds à réduire leurs émissions de CO2 d’un quart d’ici 2025.  « Totalement irréaliste », réagit le porte-parole des constructeurs.

JD.com va ouvrir 1000 magasins par jour

17/04/2018

JD.com envisage l’ouverture de pas moins de 1000 supermarchés par jour en Chine. Avec cet objectif impressionnant, le numéro deux du e-commerce chinois confirme son ambition de conquérir aussi le marché offline.

Hans Anders franchit le cap des 200 millions d'euros de CA

12/04/2018

 En 2017 la chaîne d'optique néerlandaise Hans Anders a vu son chiffre d'affaires progresser de 6% à 203,7 millions d'euros. Parallèlement le lunetier annonce son retrait du marché français.