Les jouets pour filles stimulent le bénéfice de Hasbro | RetailDetail

Les jouets pour filles stimulent le bénéfice de Hasbro

Les jouets pour filles stimulent le bénéfice de Hasbro

Pour le premier trimestre de cette année le géant américain des jouets Hasbro affiche de meilleures performances que celles réalisées à la même période en 2013 : le chiffre d’affaires est en hausse et la perte trimestrielle de l’an dernier s’est transformée en bénéfice de 32 millions de dollars.

Forte croissance internationale

Durant les trois premiers mois de cette année le fabricant de jouets – dont Transformers, Monopoly et My Little Pony – a réalisé  un chiffre d’affaires de 679,5 millions de dollars (près de 500 millions d’euros), soit une hausse de 2% par rapport au même trimestre en 2013 (malgré un impact négatif de 6 millions de dollars suite à des effets de change défavorables).


A noter également que Hasbro enregistre un bénéfice de 32 millions de dollars (plus de 23 millions d’euros) : un bénéfice qui non seulement dépasse les attentes des analystes, mais constitue également un revirement complet par rapport à la perte de 7 millions de dollars, qu’avait subie le groupe durant le même trimestre en 2013.


Malgré une légère baisse de 1%, les Etats-Unis et le Canada restent les principaux marchés de l’entreprise avec un chiffre d’affaires de 337,7 millions de dollars. Ce recul est cependant largement compensé par les ventes internationales : en Europe et en Amérique latine les ventes progressent de 5% à 305,5 millions de dollars. La troisième branche de Hasbro, Entertainment & Licensing, elle aussi affiche de beaux résultats : +13%, soit environ 35 millions de dollars.


Manœuvre de rattrapage chez les filles

Les ventes de My Little Pony, Equestria Girls et autres jouets réservés aux filles ont grimpé de plus de 21% à 138,7 millions de dollars. Une croissance dix fois supérieure aux ventes de jouets pour garçons, qui ont progressé de 2% et représentent un chiffre d’affaires de 247,8 millions de dollars, et ce grâce notamment à Nerf et Marvel, car Beyblade est en perte de vitesse.


Le trimestre dernier Hasbro a également vendu pour 220,5 millions de dollars en jeux (Monopoly, Mega Brands) et pour 72,5 millions de dollars de jouets pré-scolaires (Play-Doh, Playskool). Ces deux catégories régressent de 4%.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Pabo poursuit ses activités sous l’étendard ‘be you’

21/06/2018

Le groupe allemand Beate Uhse – spécialisé dans les accessoires érotiques et maison-mère de Pabo –, déclaré en faillite l’an dernier, poursuivra ses activités sous un nouveau nom. Désormais l’accent se situera sur le commerce en ligne.

Fox & Cie ouvre un 17ème magasin de jouets à Tournai

21/06/2018

La chaîne wallonne de magasins de jouets Fox & Cie a ouvert son 17ème point de vente dans le centre commercial Les Bastions à Tournai. « Quelle crise du marché du jouet ? », se demande l’enseigne.

Tom&Co vise 100 nouveaux points de vente en France

21/06/2018

L’enseigne belge d’animaleries Tom&Co poursuit son expansion sur le marché français : un 25ème magasin vient d’ouvrir ses portes à Nantes, selon le nouveau concept, et sept autres ouvertures sont prévues d’ici la fin de l’année.

La France envisage une taxe sur l’e-commerce

21/06/2018

A l’avenir les commandes en ligne pourraient devenir plus chères pour les consommateurs français : une nouvelle proposition de loi prévoit une taxe de 1 à 2% sur le prix de vente, en fonction de la distance de livraison.

L’enseigne de jouets La Grande Récré jette l’éponge en Belgique

20/06/2018

L’enseigne de jouets française La Grande Récré est en grave difficulté financière et veut dès lors se concentrer sur son marché domestique. Lundi prochain la branche belge déposera le bilan : 16 magasins fermeront, 95 personnes perdront leur emploi.

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.