Les jouets pour filles stimulent le bénéfice de Hasbro | RetailDetail

Les jouets pour filles stimulent le bénéfice de Hasbro

Les jouets pour filles stimulent le bénéfice de Hasbro

Pour le premier trimestre de cette année le géant américain des jouets Hasbro affiche de meilleures performances que celles réalisées à la même période en 2013 : le chiffre d’affaires est en hausse et la perte trimestrielle de l’an dernier s’est transformée en bénéfice de 32 millions de dollars.

Forte croissance internationale

Durant les trois premiers mois de cette année le fabricant de jouets – dont Transformers, Monopoly et My Little Pony – a réalisé  un chiffre d’affaires de 679,5 millions de dollars (près de 500 millions d’euros), soit une hausse de 2% par rapport au même trimestre en 2013 (malgré un impact négatif de 6 millions de dollars suite à des effets de change défavorables).


A noter également que Hasbro enregistre un bénéfice de 32 millions de dollars (plus de 23 millions d’euros) : un bénéfice qui non seulement dépasse les attentes des analystes, mais constitue également un revirement complet par rapport à la perte de 7 millions de dollars, qu’avait subie le groupe durant le même trimestre en 2013.


Malgré une légère baisse de 1%, les Etats-Unis et le Canada restent les principaux marchés de l’entreprise avec un chiffre d’affaires de 337,7 millions de dollars. Ce recul est cependant largement compensé par les ventes internationales : en Europe et en Amérique latine les ventes progressent de 5% à 305,5 millions de dollars. La troisième branche de Hasbro, Entertainment & Licensing, elle aussi affiche de beaux résultats : +13%, soit environ 35 millions de dollars.


Manœuvre de rattrapage chez les filles

Les ventes de My Little Pony, Equestria Girls et autres jouets réservés aux filles ont grimpé de plus de 21% à 138,7 millions de dollars. Une croissance dix fois supérieure aux ventes de jouets pour garçons, qui ont progressé de 2% et représentent un chiffre d’affaires de 247,8 millions de dollars, et ce grâce notamment à Nerf et Marvel, car Beyblade est en perte de vitesse.


Le trimestre dernier Hasbro a également vendu pour 220,5 millions de dollars en jeux (Monopoly, Mega Brands) et pour 72,5 millions de dollars de jouets pré-scolaires (Play-Doh, Playskool). Ces deux catégories régressent de 4%.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon recrute 2.000 travailleurs en France

15/02/2018

La branche française du géant américain du e-commerce Amazon cherche à embaucher 2.000 personnes afin de soutenir sa croissance. Amazon.fr est le webshop le plus populaire non seulement en France, mais également dans notre pays.

Excellente année pour Decathlon grâce à une forte expansion

15/02/2018

Alors qu’en 2016 Decathlon dépassait le cap des 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en 2017 l’enseigne de sport a franchi la barre des 11 milliards d’euros, et ce grâce à une forte expansion internationale.

Passation de pouvoir chez BIC sur fond de rentabilité en baisse

15/02/2018

Changements au sein du management de Bic, le spécialiste français des produits jetables : l’actuel PDG Bruno Bich passe le flambeau à son fils Gonzalve (39 ans), qui aura la lourde tâche de restaurer la rentabilité du groupe.

Les syndicats de Carrefour appellent au boycott des caisses self-scanning

15/02/2018

Les collaborateurs de Carrefour appellent au boycott des caisses self-scanning pour protester contre les licenciements annoncés par le groupe. Dans l’hypermarché de Mons les employés sont passés à l’action et ont saboté les caisses concernées.

Dieter Struye, nouveau directeur général non-food chez Colruyt Group

13/02/2018

Dieter Struye, ancien directeur de Brico, a été nommé directeur général  non-food chez Colruyt Group. Depuis ce lundi 12 février il y dirige les enseignes Dreamland et Dreambaby, ainsi que les activités en ligne de ColliShop.

Metro : bénéfice stable au 1er trimestre

13/02/2018

Au premier trimestre l’allemand Metro est parvenu à réaliser un bénéfice stable par rapport à l’an dernier, et ce malgré un recul en Russie et grâce à l’absence de coûts de restructuration chez Real.

Back to top