Les salaires des CEO de Delhaize et Colruyt ont baissé de 5% en 2011

Les salaires des CEO de Delhaize et Colruyt ont baissé de 5% en 2011

Pierre-Olivier Beckers et Jef Colruyt, top-managers des deux géants belges de la distribution, figurant au Bel20  (les 20  sociétés belges cotées en bourse), ont vu leur salaire diminuer respectivement de 4,9% et de 5,3% en 2011. Avec un revenu annuel de 2.890.000 euros le grand patron du Delhaize occupe la quatrième place parmi les managers les mieux rémunérés en Belgique. Jef Colruyt pour sa part a gagné 1.548.252 euros et se situe à la onzième place du hit-parade, publié par le journal De Tijd.

Salaire annuel moyen de 2,015 millions d’euros

En 2011 un patron d’une entreprise du Bel20 touchait en moyenne 2,015 millions d’euros, soit 1,6% de plus par rapport à 2010, où la moyenne s’élevait à 1,98 millions d’euros. Au cours des dernières années, cette moyenne a varié de 2 à 2,2 millions d’euros. Seule exception : 2008, année de crise avec une moyenne de 1,7 millions d’euros seulement.


En tête du classement, le Français Roch Doliveux, CEO de la firme pharmaceutique UCB, le manager le mieux rémunéré du Bel20  en  2011 : 4,07 millions d’euros (+8,4%). La deuxième place revient à l’investisseur wallon  Albert Frère (85 ans), CEO de la société d’investissement GBL : il a encaissé un salaire de 4,06 millions d’euros (+8,6%). Le Français Gérard Mestrallet occupe une honorable troisième place : le président et administrateur délégué du groupe français GDF Suez (société mère d’Electrabel) a encaissé en 2011 un salaire de 3,09 millions d’euros (-7%).


Le top 5 est complété par Pierre-Olivier Beckers, CEO de Delhaize,  et Didier Bellens, patron de Belgacom. Ce dernier avec un revenu de 2.580.147 (+0,6%) est le CEO le mieux payé dans l’univers des télécoms belges, devançant de loin Duco Sickinghe de Telenet (à la dixième place avec 1.551.597 euros, plus d’un million de moins comparé à Bellens !) et Benoît Scheen de Mobistar (15ième avec 891.397 euros).


11 salaires à la hausse et 6 à la baisse

La semaine dernière le salaire de Bert De Graeve, patron de Bekaert (1.783.500 euros) avait suscité de vives réactions et d’autant plus la forte hausse de son salaire (+32,2%) avec en toile de fond une réorganisation et des licenciements. L’ex-patron de la VRT n’est pas le seul à avoir connu une augmentation de son revenu : 10 autres top-managers ont gagné davantage qu’un an auparavant.


Toutefois certains ont vu leurs salaires baisser. La plus forte baisse est pour  Carlos Brito d’AB Inbev, le magnat de la bière qui était en 2009 et 2010 le manager le mieux payé de notre pays. En 2011 il a dû se contenter de 2,49 millions d’euros après la réduction de moitié de son bonus variable. Il chute ainsi à la sixième place (-45,9%). Cinq autres top-managers ont eux aussi dû se satisfaire d’(un peu) moins en 2011 par rapport à 2010 : outre les patrons de Delhaize et Colruyt, les CEO de GDF Suez  (-7%), de Mobistar (-22,6%) et de la société immobilière Cofinimmo (-1,8%) ont également régressé au niveau salaire.


A noter que :


1. dans la liste des patrons du Bel 20 ne figurent pas les données de la KBC et de Dexia (les rémunérations des CEO seront communiquées ultérieurement), ainsi qu’ Elia (gestionnaire du réseau à haute tension belge) qui en 2011 ne faisait pas encore partie du Bel20.

 

2. les montants cités sont la somme du salaire fixe, des rémunérations variables et autres composantes salariales, comme mentionnées dans les rapports annuels des entreprises du Bel20.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rapport de tendances Eneco : innovation durable pour les retailers

22/06/2017

(publireportage)  Le fournisseur d'énergie verte Eneco propose un rapport de tendances gratuit et une masterclass aux retailers sur la voie de l'innovation durable.

L’industrie des jeux vidéo continue de croître

22/06/2017

Selon une analyse du bureau d’études Newzoo, l’industrie des jeux vidéo devrait encore fortement progressé en 2017 : le CA total devrait atteindre 108,9 milliards de dollars (près de 100 milliards d’euros), soit une hausse de 7,8% par rapport à 2016.

Analyse : Cinq conclusions après le deal entre Amazon et Whole Foods

19/06/2017

Qu’Amazon tôt ou tard rachète une chaîne de supermarchés, était à prévoir. Pourtant la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Comment évaluer les conséquences de ce deal pour les retailers alimentaires ?

Un nouveau site internet pour sauver les magasins de journaux indépendants

15/06/2017

Le distributeur de presse Ubiway a lancé un site internet pour aider les magasins de journaux à survivre.  En 5 ans de temps, leur nombre a chuté de 3.200 à 2.400 : grand temps pour une opération de grande envergure ‘Sauvez le magasin de journaux’.

Nike, Universal Studios et Sanrio enfreignent-ils la libre concurrence ?

15/06/2017

Après la marque de mode américaine Guess, c’est au tour de Nike, Universal Studios et Sanrio d’être visés par Bruxelles. Il semblerait que ces trois entreprises restreignent la vente transfrontière et online de leurs produits dans l’Union européenne.

« Les casseurs de prix bousillent l’économie »

14/06/2017

Selon le politologue Jonathan Holslag de la VUB, le consommateur devrait acheter davantage dans des commerces locaux et éviter les casseurs de prix comme Action et Primark, car « ils bousillent l’économie ».

Back to top