Les supermarchés n’arrondiront pas les tickets de caisse | RetailDetail

Les supermarchés n’arrondiront pas les tickets de caisse

Les supermarchés n’arrondiront pas les tickets de caisse

Les supermarchés belges n’arrondiront pas le montant total des tickets de caisse, annonce Comeos. Ils craignent notamment une perte  de 1,5 million d’euros par an et de longues files d’attente aux caisses.

Il y a deux semaines le Conseil des ministres approuvait une proposition de scénario d’extinction progressive des petites pièces de un et deux centimes d’euro, autorisant les commerçants à arrondir le montant total du ticket de caisse aux 5 centimes les plus proches.


Comeos

Toutefois cette mesure, qui sera d’application à partir du mois de juin, concerne uniquement les paiements en espèces et non pas les paiements électroniques. Une restriction que n’admet pas Comeos : « Si les supermarchés décidaient d’appliquer la mesure proposée,  car il ne s’agit pas d’une obligation, ils risqueraient d’y laisser 1,5 million d’euros chaque année », affirme Dominique Michel de la fédération du commerce.


A cet titre Comeos donne un exemple concret : un client avec un ticket de caisse de 100,02 euros optera pour un paiement en espèces et épargnera donc deux centimes grâce à l’arrondissement. Par contre pour un ticket de caisse de 99,98 euros il choisira le paiement électronique, le montant ne pouvant être arrondi dans ce cas.


« Grâce à l’arrondi symétrique, il devait s’agir d’une opération nulle pour le consommateur et le commerçant », indique Dominique Michel. « Ce n’est plus le cas à présent : si tous les clients optent pour le mode de paiement qui leur est le plus favorable, les commerçants seront toujours perdants. Deux centimes, cela peut sembler dérisoire – mais multipliés par les millions de transactions effectuées chaque année, cela peut vite faire une jolie somme. »


Par ailleurs Comeos craint que l’adaptation des systèmes de caisses n’entraîne d’énormes coûts, «  un investissement qui ne rapporterait rien aux commerçants et donnerait lieu à un véritable chaos à la caisse. Le commerçant devrait d’abord annoncer au client un montant provisoire, puis le client devrait décider comment il souhaite payer, après quoi le montant total définitif pourrait enfin être facturé. Sans compter que si le client s’aperçoit qu’il n’a finalement pas suffisamment d’argent sur lui pour payer en espèces, il faudra repartir de zéro. »


Syndicat Neutre pour Indépendants

Le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) craint lui aussi que cette mesure n’incite le consommateur à opter pour le mode de paiement qui sera pour lui le plus avantageux financièrement. « Pour éviter tout malentendu, nous conseillons donc à tous nos affiliés de demander d’abord le moyen de paiement choisi par le client avant de lui donner le montant total », – reste  à voir si ce système est réalisable d’un point de vue pratique.


« Cela dit, dès que la nouvelle équipe gouvernementale sera en place, nous ferons du lobbying afin de faire appliquer les règles d’arrondissement tant pour les paiements en liquide que pour les paiements électroniques », souligne Christine Mattheeuws, présidente du SNI, « car il arrive encore trop souvent que les consommateurs pensent, par erreur, que les règles d’arrondissement sont toujours en leur défaveur. De ce fait, les commerces qui n’offrent pas la possibilité de payer en liquide, risquent d’être évités. »


Test-Achats

Le porte-parole de Test-Achats Jan Moers ne partage pas cet avis : « L’évaluation des supermarchés nous semble fortement exagérée. Aujourd’hui la plupart des gens paient par carte bancaire, vu la hauteur du montant et parce que c’est plus rapide », indique-t-il dans le journal Het Nieuwsblad.


En outre Test-Achats s’oppose radicalement à la proposition du SNI : « Obliger le consommateur à signaler au préalable comment il souhaite payer avant de lui communiquer le montant, est tout simplement scandaleux. Dès lors comment être sûr que la note est correcte ? Nous nous interrogeons même sur la légalité d’un tel système. » Bref, des opinions très divergentes dans un débat où  le dernier mot n’a certainement pas encore été dit …

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Pabo poursuit ses activités sous l’étendard ‘be you’

21/06/2018

Le groupe allemand Beate Uhse – spécialisé dans les accessoires érotiques et maison-mère de Pabo –, déclaré en faillite l’an dernier, poursuivra ses activités sous un nouveau nom. Désormais l’accent se situera sur le commerce en ligne.

Fox & Cie ouvre un 17ème magasin de jouets à Tournai

21/06/2018

La chaîne wallonne de magasins de jouets Fox & Cie a ouvert son 17ème point de vente dans le centre commercial Les Bastions à Tournai. « Quelle crise du marché du jouet ? », se demande l’enseigne.

Tom&Co vise 100 nouveaux points de vente en France

21/06/2018

L’enseigne belge d’animaleries Tom&Co poursuit son expansion sur le marché français : un 25ème magasin vient d’ouvrir ses portes à Nantes, selon le nouveau concept, et sept autres ouvertures sont prévues d’ici la fin de l’année.

La France envisage une taxe sur l’e-commerce

21/06/2018

A l’avenir les commandes en ligne pourraient devenir plus chères pour les consommateurs français : une nouvelle proposition de loi prévoit une taxe de 1 à 2% sur le prix de vente, en fonction de la distance de livraison.

L’enseigne de jouets La Grande Récré jette l’éponge en Belgique

20/06/2018

L’enseigne de jouets française La Grande Récré est en grave difficulté financière et veut dès lors se concentrer sur son marché domestique. Lundi prochain la branche belge déposera le bilan : 16 magasins fermeront, 95 personnes perdront leur emploi.

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.