LuxLeaks met également en cause certains retailers

LuxLeaks met également en cause certains retailers

De nouvelles révélations, concernant des accords fiscaux secrets entre le fisc luxembourgeois et des multinationales, frappent également un certain nombre de retailers et de fabricants du secteur FMCG.

35 autres grandes entreprises pointées du doigt

Dans le scandale Luxleaks les nouvelles révélations concernant des accords fiscaux ‘secrets’, que certaines multinationales auraient conclus avec le fisc luxembourgeois, leur permettant d’éluder des  milliards d’impôts dans leur pays,  se multiplient.


Parmi les grandes entreprises mises en cause, figurent cette fois quelques acteurs du secteur du retail, notamment les géants d’internet  eBay et Skype, Hutchison Whompoa (le holding chapeautant entre autres les enseignes ICI Paris XL et Kruidvat), Colony Capital (le principal actionnaire de la chaîne de supermarchés Carrefour), Black & Decker, Walt Disney et Reckitt Benckiser (qui détient notamment les marques Vanish, Calgon, Clearasil et Airwick).


Deuxième série depuis novembre

Fin novembre le Consortium international des journalistes d’investigation avait déjà dévoilé les noms de 340 multinationales et familles riches accusées de telles pratiques fiscales, notamment PepsiCo, Ikea, Amazon et Procter & Gamble.


Suite à ces révélations le Luxembourg a été vivement critiqué. Ces accords avec le fisc luxembourgeois ont beau être légaux, moralement ces pratiques sont controversées. Par ailleurs le caractère ‘secret’ de ces accords crée une concurrence déloyale vis-à-vis de ceux qui ne peuvent y avoir recours.


Ces nouvelles révélations témoignent de l'ampleur mondiale de l’esquive fiscale pratiquée au Luxembourg et ce depuis plus de dix ans. On ignore encore si tout ceci aura des conséquences pour les entreprises concernées et si oui lesquelles.

 

Tags: