Mattel : départ d’un 3ème dirigeant depuis début 2015

Mattel : départ d’un 3ème dirigeant depuis début 2015

Après le départ du CEO Bryan Stockton en janvier et de Geoff Massingberd en juin, Tim Kilpin, en fonction depuis plus de 30 ans, est le troisième dirigeant à quitter Mattel depuis début 2015.

Dans le rouge depuis 7 trimestres consécutifs

La situation n’est pas rose pour Barbie : les ventes de l’icône du jouet aux cheveux blonds et aux longues jambes n’ont cessé de reculer depuis quatre années d’affilée. Même la version parlante high-tech n’a pu inverser la tendance : rien que le semestre dernier il s’est vendu 16% de poupées Barbie en moins.

 

Ceci a bien évidemment affecté les chiffres de la société mère Mattel. Le géant américain du jouet a vu régresser ses ventes pour le septième trimestre consécutif : au deuxième trimestre le groupe a enregistré une baisse de 6%. En janvier le CEO Bryan Stockton avait déjà été congédie suite à deux très mauvaises périodes de fin d’année.

 

Après ces nouveaux résultats décevants, c’est au tour du directeur commercial Tim Kilpin de quitter l’entreprise. Kilpin, qui en janvier avait été évoqué comme possible successeur de Stockton (le management a finalement opté pour Christopher Sinclair), avait pourtant été promu au poste de directeur commercial cette année, pour ensuite en juin être dégradé de manière inattendue au rang de responsable du portefeuille Toy Box, comprenant des marques moins importantes de Mattel, comme Polly Pocket, Matchbox et Pictionary. Le départ de Kilpin est prévu pour le mois de novembre.

 

Kilpin est le troisième dirigeant de Mattel à démissionner en peu de temps. En juin Geoff Massingberd, responsable du département Mega Brands, avait lui aussi été licencié. Rappelons que Mattel avait racheté le grand rival du danois Lego l’an dernier pour 335 millions d’euros, mais cet investissement n’a pas visiblement pas porté ses fruits.

 

Le bénéfice plus important que la créativité ?

Dans The Wall Street Journal , certains (ex-) managers de Mattel affirment que le département créatif de l’entreprise « se préoccupe davantage du bénéfice que de l’invention de nouveaux jouets ».

 

C’est pourquoi l’actuel CEO Sinclair, dans une tentative d’accélérer le développement de nouveaux jouets, a conclu des partenariats avec des entreprises de technologie, comme Google. Parallèlement le CEO tente de réduire les coûts. « Nous progressons fortement dans nos efforts en vue de renouer avec la croissance et le bénéfice », déclarait Sinclair lors de la publication des résultats du deuxième trimestre.

Tags: