Moins de vols à l’étalage, mais pour des montants plus élevés | RetailDetail

Moins de vols à l’étalage, mais pour des montants plus élevés

Moins de vols à l’étalage, mais pour des montants plus élevés

En 2012 la quantité de marchandises volées a diminué de 4,7% par rapport à l’année auparavant, alors que la valeur totale des vols est en hausse de 4,6%. Pour les commerçants les vols à l’étalage représentent en moyenne une perte annuelle de 1,5 à 2% sur leur chiffre d’affaires.

Pour plus de 700.000 euros de marchandises volées

En 2012 la quantité de marchandises volées a baissé de 48.492 à 46.224 produits. Par contre la valeur totale de ces vols a augmenté de 671.780 à 702.420 euros. C’est ce qui ressort  des chiffres de l’asbl Prévention & Sécurité, qu’a pu consulter le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI). L’année dernière les produits les plus prisés par les voleurs étaient les aliments secs et la viande fraîche (29%), la parfumerie (15%), l’alcool et les boissons fortes (10%), le matériel de bricolage (7%) et les vêtements pour dames (6%).


La montée en force des vols de produits alimentaires, déjà perceptible lors du premier semestre 2012, s’est donc poursuivie. « Un phénomène typique en temps de crise », commente Christine Mattheeuws, présidente du SNI. « En 2008 la nourriture représentait 23% de l’ensemble des vols, aujourd’hui ce pourcentage atteint 29%. En dehors des périodes de crise les vols concernent principalement les produits de luxe,  alors qu’en temps de crise les voleurs visent plutôt les produits de base, comme l’alimentation. »


Tribunal de référé dans chaque province à partir d’octobre

En moyenne les commerçants subissent une perte 1,5 à 2% sur leur chiffre d’affaires suite aux vols à l’étalage. « Pour les détaillants qui ont souvent des marges bénéficiaires serrées, il s’agit d’un montant non négligeable », estime Mattheeuws, qui par ailleurs se dit très satisfaite qu’ à partir du mois d’octobre ce type de délit puisse être jugé via un tribunal de référé dans chaque province.


« Ainsi la justice peut agir plus rapidement et combattre le sentiment d’impunité qui règne actuellement, tout en montrant aux commerçants qu’elle s’attaque réellement au problème. D’autre part ces procédures judiciaires accélérées peuvent avoir un effet dissuasif sur d’autres voleurs potentiels. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’ex-patron de Delhaize Denis Knoops devient actionnaire principal de 1PopUpStore

24/05/2018

Après Delhaize, la vie continue. Denis Knoops, qui l’an dernier a dû céder sa place de CEO chez Delhaize Belgique, est devenu actionnaire principal de 1PopUpStore, l’entreprise derrière Chronostock, le spécialiste des magasins éphémères.

Decathlon ouvre son 30ème magasin à Nivelles

23/05/2018

En septembre prochain Decathlon ouvrira son 30ème magasin belge dans le centre commercial Shopping Nivelles. En attendant un Connect-shop temporaire est mis à disposition des clients pour les commandes en ligne.

« Les données redonnent le contrôle aux trade marketeers »

23/05/2018

Pour les fabricants de marques le monitoring des assortiments, des prix, des promotions dans leur catégorie chez les retailers n’est pas une mince affaire. La start-up belge Daltix collecte automatiquement ces données vitales dans des dashboards.

Shop for Geek vise le cap des 25 magasins

22/05/2018

Après de récentes ouvertures à Alost et Namur, Shop for Geek, chaîne spécialisée dans les gadgets et articles de merchandising, compte désormais 13 magasins. Mais le retailer  vise le cap des 25 magasins et compte s’attaquer à la France.

Le propriétaire 3i souhaite quand même conserver Action

22/05/2018

L’investisseur 3i souhaite quand même garder l’entièreté d’Action. Bien que le propriétaire de la chaîne discount ait annoncé la semaine dernière qu’il cherchait un repreneur pour une partie de sa participation dans Action, 3i nie tout en bloc.

Marks & Spencer sort son couteau : 100 magasins doivent fermer

22/05/2018

Le retailer britannique envisage une restructuration radicale.  Au cours des quatre prochaines années, ce ne sont pas 60 mais 100 magasins britanniques qui devront fermer leurs portes.  « Indispensable pour assurer l’avenir », semble-t-il.