Mothercare rejette l’offre de 340 millions d'euros de son rival américain | RetailDetail

Mothercare rejette l’offre de 340 millions d'euros de son rival américain

Mothercare rejette l’offre de 340 millions d'euros de son rival américain

L’entreprise américaine Destination Maternity a jeté son dévolu sur la chaîne britannique pour bébés Mothercare, mais ni le montant de 340 millions d’euros, ni la visite du grand patron américain en personne n’a réussi (pour l’instant) à amadouer les actionnaires principaux.

Plus de 340 millions d’euros : ‘insuffisant’

 « Nous sommes fermement convaincus que de très bonnes raisons stratégiques justifient cette combinaison, qui, sans aucun doute, donnera naissance au leader mondial du marché des articles de grossesse, de bébés et d’enfants », précise CEO Ed Krell aux deux principaux actionnaires institutionnels de Mothercare (Fidelity et Allianz Global Investors).


Krell s’était spécialement rendu des Etats-Unis à Londres pour convaincre les actionnaires de persuader Alan Parker, le président de Mothercare, à prendre part à cette aventure d’acquisition.  Parker avait fait savoir plus tôt que l’offre de plus de 340 millions d’euros était insuffisante et que ce montant ne reflétait ‘ni la valeur intrinsèque de Mothercare pour les actionnaires, ni les perspectives de reprise et de croissance ».


« Pas d’intérêt »

L’américain s’est vu contraint de rentrer les mains vides : « Nous ne sommes pas intéressés par une reprise.  Nous pensons qu’il s’agit d’une offre faible qui se situe nettement en-dessous de la valeur de l’entreprise », affirme Simon Gergel d’Allianz.  Son acolyte Paras Anand de Fidelity avait des propos encore plus sévères : « Puisque Mothercare n’a pas de CEO pour le moment, la tentative de Destination Maternity ne peut être interprétée que comme de l’opportunisme.  Nous préférons poursuivre le business par nos propres moyens. » 


La question maintenant est de savoir si Destination Maternity a l’intention de faire une meilleure proposition.  La législation britannique prévoit la date limite du 30 juillet.  Après cette date, les américains devront attendre six mois pour soumettre une nouvelle offre.


Mothercare compte plus de 1.000 magasins dans 60 pays, en partie en gestion propre, en partie en franchise.  A Bruxelles, le groupe possède deux magasins : dans les Galeries de la Toison d’Or/Louise et City 2.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’ex-patron de Delhaize Denis Knoops devient actionnaire principal de 1PopUpStore

24/05/2018

Après Delhaize, la vie continue. Denis Knoops, qui l’an dernier a dû céder sa place de CEO chez Delhaize Belgique, est devenu actionnaire principal de 1PopUpStore, l’entreprise derrière Chronostock, le spécialiste des magasins éphémères.

Decathlon ouvre son 30ème magasin à Nivelles

23/05/2018

En septembre prochain Decathlon ouvrira son 30ème magasin belge dans le centre commercial Shopping Nivelles. En attendant un Connect-shop temporaire est mis à disposition des clients pour les commandes en ligne.

« Les données redonnent le contrôle aux trade marketeers »

23/05/2018

Pour les fabricants de marques le monitoring des assortiments, des prix, des promotions dans leur catégorie chez les retailers n’est pas une mince affaire. La start-up belge Daltix collecte automatiquement ces données vitales dans des dashboards.

Shop for Geek vise le cap des 25 magasins

22/05/2018

Après de récentes ouvertures à Alost et Namur, Shop for Geek, chaîne spécialisée dans les gadgets et articles de merchandising, compte désormais 13 magasins. Mais le retailer  vise le cap des 25 magasins et compte s’attaquer à la France.

Le propriétaire 3i souhaite quand même conserver Action

22/05/2018

L’investisseur 3i souhaite quand même garder l’entièreté d’Action. Bien que le propriétaire de la chaîne discount ait annoncé la semaine dernière qu’il cherchait un repreneur pour une partie de sa participation dans Action, 3i nie tout en bloc.

Marks & Spencer sort son couteau : 100 magasins doivent fermer

22/05/2018

Le retailer britannique envisage une restructuration radicale.  Au cours des quatre prochaines années, ce ne sont pas 60 mais 100 magasins britanniques qui devront fermer leurs portes.  « Indispensable pour assurer l’avenir », semble-t-il.