Près de 2 magasins sur 5 en difficulté

Près de 2 magasins sur 5 en difficulté

En 2012 une PME belge sur six a risqué de faire faillite. Le secteur de l’horeca est le plus touché, suivi par le commerce de détail avec près de 2 magasins déficitaires sur 5.

Près de 40% des magasins sont déficitaires

« Plus la crise persiste, plus les entreprises ont du mal à survivre », affirme Karel Van Eetvelt, administrateur délégué de l’organisation patronale Unizo, sur base du rapport annuel relatif aux PME, dans lequel l’agence d’informations commerciales Graydon a analysé la santé financière des PME belges.


En 2012 une PME belge sur six a risqué de faire faillite et ne dispose donc quasiment plus de potentiel de croissance, comme en témoignent les chiffres des faillites en 2013. Le fait que l’an dernier l’ horeca ait été  le secteur avec proportionnellement le plus grand nombre de dépôts de bilan, s’explique à présent par des données chiffrées : en 2012 près d’un établissement horeca sur deux était déficitaire (47,1% pour l’ensemble de la Belgique, 44,6% pour la Flandre).


Vient ensuite le commerce de détail, avec 39,3% de magasins déficitaires en Belgique et 37% en Flandre,  suivi du secteur du transport, du secteur des services, de l’industrie et du secteur automobile. Le commerce de gros figure en septième position, avec 33,7% d’entreprises déficitaires en Belgique (32,1% en Flandre), talonné par le secteur du bâtiment.


PME bruxelloises « fragiles »

Selon l’étude, Bruxelles surtout est lourdement touché : dans la capitale une PME sur quatre est en mauvaise posture. « Bruxelles compte davantage de nouvelles et petites PME, comme des entreprises de téléphonie ou encore des établissements fast-food », explique Eric Van den Broele de Graydon dans le journal De Tijd. « Ces types d’entreprises sont plus fragiles et ne sont pas toujours bien gérées. » La situation en Flandre et en Wallonie, avec respectivement 15% et 16,7% de PME en difficulté, est moins catastrophique qu’à Bruxelles.


Néanmoins on relève quelques points de lumière dans ce tableau assez sombre : « Actuellement 16,3% des PME de notre pays se situent dans une zone à risque, un pourcentage nettement en-deçà du niveau de 2003, où 23,3% des PME belges faisaient partie de ce groupe à risque. Par rapport à l’an dernier le pourcentage est resté à peu près stable. »


Il y a deux ans la Belgique comptait 990.374 PME, dont près de 600.000 en Flandre.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Les cartes clients ne rapportent quasi rien »

17/10/2017

Les cartes clients ne rapportent quasi rien aux clients. Telle est la conclusion du journal Het Belang van Limburg suite à une enquête menée auprès de vingt grandes chaînes. Toutefois ces enseignes contestent les résultats de cette étude.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Une entreprise britannique rachète Intertoys et Bart Smit

12/10/2017

Blokker Holding va céder son enseigne de jouets Intertoys, y compris les magasins de Bart Smit et Toys XL, à l’investisseur britannique Alteri. Cette cession s’inscrit dans la nouvelle stratégie de Blokker Holding.

Parcify teste la livraison à domicile en l’absence du client

11/10/2017

Le service de coursier Parcify teste un nouveau système à Anvers : il s’agit d’une serrure intelligente permettant au client d’ouvrir sa porte à distance pour que le coursier puisse déposer sa commande à l’intérieur de son domicile en son absence.

Blokker subit une lourde perte en Belgique

11/10/2017

L’an dernier l’enseigne néerlandaise Blokker a essuyé une perte de 30 millions d’euros en Belgique. L’année auparavant il était encore question d’un modeste bénéfice, mais à présent la restructuration de la chaîne pèse lourdement sur les résultats.

Londres favorable à la transformation d’Oxford Street en zone piétonne

11/10/2017

L’idée de bannir tout trafic automobile d’Oxford Street à Londres commence à se concrétiser, maintenant qu’un sondage a révélé que près de deux Londoniens sur trois étaient favorables à l’installation d’un piétonnier.

Back to top