Prémaman passe aux mains de l’enseigne française Orchestra

Prémaman passe aux mains de l’enseigne française Orchestra

La chaîne d’articles pour bébés Prémaman, en vente depuis le mois de décembre, a été rachetée par le groupe français Orchestra. La chaîne Orchestra, spécialisée dans les vêtements pour enfants, cherchait depuis un certain temps déjà à élargir sa branche de puériculture et sa présence internationale.

Seule échappatoire pour les problèmes financiers

Prémaman depuis quelques années se trouve dans une situation délicate. En 2010 l’enseigne belge essuyait une perte de 2,4 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de 61,4 millions d’euros (-3%). Un an plus tôt l’entreprise familiale fondée en 1953 clôturait également son année comptable dans le rouge avec une perte de 0,6 million d’euros.


Outre la crise de la consommation, d’autres facteurs, tels que la concurrence accrue sur le marché (Baby 2000 et DreamBaby, mais également H&M et Zara) et une image affaiblie, sont évoqués pour expliquer les problèmes financiers de l’enseigne. Finalement la  chaîne d’articles pour bébés et de grossesse a été contrainte d’avoir recours à un capital externe. Orchestra reprend 100% du capital de la famille fondatrice Escojido.


Projets d’expansion ambitieux  dans le secteur de la puériculture

Grâce à cette reprise Orchestra franchira cette année le cap des 400 millions d’euros de chiffre d’affaires.  Orchestra, qui connaît une forte croissance,  a enregistré en 2011  un chiffre d’affaires consolidé de 257 millions d’euros, soit une hausse de pas moins de 54%.


Cette reprise s’inscrit parfaitement dans l’objectif du groupe de « bâtir une plateforme de développement solide dans l'univers de la puériculture et de proposer une offre de produits et de services innovants à l'échelle internationale », explique Pierre Mestre, président d’Orchestra. Dans le cadre de cette stratégie Orchestra a lancé l’enseigne Babycare, présente en France, en Suisse et en Espagne. En avril dernier le groupe ouvrait à Montpellier le plus grand magasin de puériculture en France (3.000 m²).


Durant l’année comptable écoulée Prémaman a réalisé un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros avec ses quelque 280 magasins dans 38 pays, dont 134 en Belgique. Le repreneur Orchestra est présent en Belgique, principalement en Wallonie, avec une dizaine de magasins sous le nom de Club Orchestra.

 

 

Traduction Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rapport de tendances Eneco : innovation durable pour les retailers

22/06/2017

(publireportage)  Le fournisseur d'énergie verte Eneco propose un rapport de tendances gratuit et une masterclass aux retailers sur la voie de l'innovation durable.

L’industrie des jeux vidéo continue de croître

22/06/2017

Selon une analyse du bureau d’études Newzoo, l’industrie des jeux vidéo devrait encore fortement progressé en 2017 : le CA total devrait atteindre 108,9 milliards de dollars (près de 100 milliards d’euros), soit une hausse de 7,8% par rapport à 2016.

Analyse : Cinq conclusions après le deal entre Amazon et Whole Foods

19/06/2017

Qu’Amazon tôt ou tard rachète une chaîne de supermarchés, était à prévoir. Pourtant la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Comment évaluer les conséquences de ce deal pour les retailers alimentaires ?

Un nouveau site internet pour sauver les magasins de journaux indépendants

15/06/2017

Le distributeur de presse Ubiway a lancé un site internet pour aider les magasins de journaux à survivre.  En 5 ans de temps, leur nombre a chuté de 3.200 à 2.400 : grand temps pour une opération de grande envergure ‘Sauvez le magasin de journaux’.

Nike, Universal Studios et Sanrio enfreignent-ils la libre concurrence ?

15/06/2017

Après la marque de mode américaine Guess, c’est au tour de Nike, Universal Studios et Sanrio d’être visés par Bruxelles. Il semblerait que ces trois entreprises restreignent la vente transfrontière et online de leurs produits dans l’Union européenne.

« Les casseurs de prix bousillent l’économie »

14/06/2017

Selon le politologue Jonathan Holslag de la VUB, le consommateur devrait acheter davantage dans des commerces locaux et éviter les casseurs de prix comme Action et Primark, car « ils bousillent l’économie ».

Back to top