Résultats décevants pour Metro Group

Résultats décevants pour Metro Group

Au cours du premier semestre de son exercice décalé, le groupe de distribution allemand Metro a réalisé un CA inférieur à celui de l’année précédente. C’est ce qu’a annoncé Olaf Koch, CEO de la société mère de Makro et Media Markt.

Un chiffre d’affaires inférieur aux attentes

La branche d’électronique grand public Media-Saturn est non seulement confrontée à la concurrence grandissante des e-commerçants, mais doit également faire face à de nombreux problèmes internes après le départ de son CEO, suite à la lutte incessante avec Eric Kellerhals, fondateur et actionnaire minoritaire disposant d’un droit de veto.


Au cours du premier trimestre le chiffre d’affaires du géant de l’électronique a régressé de 3,1% à 6,86 milliards d’euros.  Un recul que l’entreprise attribue à « un contexte de plus en plus difficile ». Alors qu’auparavant il était question de revenus « en forte hausse », Metro à présent revoit ses prévisions à la baisse.


Le principal actionnaire de Media-Saturn, détenant 79% des actions, estime que l’EBIT (bénéfice avant intérêts et taxes) se situera environ au même niveau que l’an dernier. Pour la totalité du groupe Metro maintient ses perspectives de revenus et de bénéfice sur l’ensemble de l’année fiscale, estimant que les autres divisions compenseront le recul de Media-Saturn.

Chiffre d’affaires global en baisse de 5%

Les autres branches du groupe allemand – commerce de gros (Makro et Metro Cash & Carry), supermarchés (Real) et grands magasins (Kaufhof) – éprouvent elles aussi certaines difficultés.


Suite au décalage des fêtes de Pâques (qui cette année ne coïncidaient pas avec le premier trimestre) et à la force de l’euro, le chiffre d’affaires total a chuté de plus de 5% à 33 milliards d’euros (y compris la cession des activités en Europe de l’Est). En revanche Metro a dégagé un bénéfice net de 182 millions d’euros, un énorme bond en avant par rapport aux 20 millions d’euros de l’année précédente (à noter toutefois que l’an dernier le bénéfice avait été impacté par  des frais non-récurrents et des charges de restructuration).


Malgré les turbulences que traverse le groupe, Koch maintient néanmoins ses perspectives de bénéfice pour l’ensemble de l’exercice fiscal.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Les cartes clients ne rapportent quasi rien »

17/10/2017

Les cartes clients ne rapportent quasi rien aux clients. Telle est la conclusion du journal Het Belang van Limburg suite à une enquête menée auprès de vingt grandes chaînes. Toutefois ces enseignes contestent les résultats de cette étude.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Une entreprise britannique rachète Intertoys et Bart Smit

12/10/2017

Blokker Holding va céder son enseigne de jouets Intertoys, y compris les magasins de Bart Smit et Toys XL, à l’investisseur britannique Alteri. Cette cession s’inscrit dans la nouvelle stratégie de Blokker Holding.

Parcify teste la livraison à domicile en l’absence du client

11/10/2017

Le service de coursier Parcify teste un nouveau système à Anvers : il s’agit d’une serrure intelligente permettant au client d’ouvrir sa porte à distance pour que le coursier puisse déposer sa commande à l’intérieur de son domicile en son absence.

Blokker subit une lourde perte en Belgique

11/10/2017

L’an dernier l’enseigne néerlandaise Blokker a essuyé une perte de 30 millions d’euros en Belgique. L’année auparavant il était encore question d’un modeste bénéfice, mais à présent la restructuration de la chaîne pèse lourdement sur les résultats.

Londres favorable à la transformation d’Oxford Street en zone piétonne

11/10/2017

L’idée de bannir tout trafic automobile d’Oxford Street à Londres commence à se concrétiser, maintenant qu’un sondage a révélé que près de deux Londoniens sur trois étaient favorables à l’installation d’un piétonnier.

Back to top