Résultats décevants pour Metro Group

Résultats décevants pour Metro Group

Au cours du premier semestre de son exercice décalé, le groupe de distribution allemand Metro a réalisé un CA inférieur à celui de l’année précédente. C’est ce qu’a annoncé Olaf Koch, CEO de la société mère de Makro et Media Markt.

Un chiffre d’affaires inférieur aux attentes

La branche d’électronique grand public Media-Saturn est non seulement confrontée à la concurrence grandissante des e-commerçants, mais doit également faire face à de nombreux problèmes internes après le départ de son CEO, suite à la lutte incessante avec Eric Kellerhals, fondateur et actionnaire minoritaire disposant d’un droit de veto.


Au cours du premier trimestre le chiffre d’affaires du géant de l’électronique a régressé de 3,1% à 6,86 milliards d’euros.  Un recul que l’entreprise attribue à « un contexte de plus en plus difficile ». Alors qu’auparavant il était question de revenus « en forte hausse », Metro à présent revoit ses prévisions à la baisse.


Le principal actionnaire de Media-Saturn, détenant 79% des actions, estime que l’EBIT (bénéfice avant intérêts et taxes) se situera environ au même niveau que l’an dernier. Pour la totalité du groupe Metro maintient ses perspectives de revenus et de bénéfice sur l’ensemble de l’année fiscale, estimant que les autres divisions compenseront le recul de Media-Saturn.

Chiffre d’affaires global en baisse de 5%

Les autres branches du groupe allemand – commerce de gros (Makro et Metro Cash & Carry), supermarchés (Real) et grands magasins (Kaufhof) – éprouvent elles aussi certaines difficultés.


Suite au décalage des fêtes de Pâques (qui cette année ne coïncidaient pas avec le premier trimestre) et à la force de l’euro, le chiffre d’affaires total a chuté de plus de 5% à 33 milliards d’euros (y compris la cession des activités en Europe de l’Est). En revanche Metro a dégagé un bénéfice net de 182 millions d’euros, un énorme bond en avant par rapport aux 20 millions d’euros de l’année précédente (à noter toutefois que l’an dernier le bénéfice avait été impacté par  des frais non-récurrents et des charges de restructuration).


Malgré les turbulences que traverse le groupe, Koch maintient néanmoins ses perspectives de bénéfice pour l’ensemble de l’exercice fiscal.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: