Rodney Fitch plaide pour une renaissance du design dans le retail

Rodney Fitch plaide pour une renaissance du design dans le retail

Rodney Fitch est un des fondateurs du design dans le retail.  Dans les années 80, il a créé l’agence de design Fitch, le premier bureau de design britannique coté en bourse.  Aujourd’hui, il est attaché à la TU Delft, où il dirigeait jusqu’il y a peu la seule Maîtrise en design retail en Europe.  Lors de la RetailDetail Night, Fitch vous fera part de sa vision unique du retail.  En voici déjà un petit aperçu.

Vous étiez un des premiers à souligner l’importance du design dans le retail.  A-t-il encore autant d’importance dans le monde numérique d’aujourd’hui ?

R.D.: « Plus que jamais.  Le retail a déjà connu différentes époques : lorsque j’ai commencé dans le monde des affaires, le design était l’élément clé.  Ensuite, on a mis l’accent sur la logistique (comment aménager son magasin pour obtenir un retour maximal sur investissement).  Après cette période, on ne parlait plus que de ‘engineering’ (comment optimaliser au maximum l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement).  Aujourd’hui, le monde est de plus en plus influencé par le numérique.


Ainsi, pour faire leurs preuves, les commerçants physiques doivent travailler davantage aujourd’hui.  L’expérience en magasin est un des moyens mis à leur disposition : le magasin doit offrir un vécu intéressant en partie grâce au ‘look-and-feel’ de l’établissement.


Dès lors, une nouvelle ère du design dans le retail devrait voir le jour : de nouveaux concepts intéressants et interactifs devraient être créés.  Des magasins multichannel proactifs où le design jouerait un rôle important, c’est dans ce sens-là que nous devons travailler.  Je plaide donc pour une renaissance du design dans le retail.  Cela signifie que les designers vont devoir réfléchir davantage, et être bien plus intelligents. »

 
Vous dites que les designers devront se surpasser, mais est-ce que tout n’a pas déjà été inventé ?

R.F.: « Non, certainement pas.  Le magasin du futur exige des données nouvelles qui n’existaient pas lorsque j’ai commencé ma carrière.  Aujourd’hui, un retaildesigner à succès doit comprendre le ‘digital journey’ du consommateur, autant que le parcours physique.  Les clients ont un pied dans le monde numérique et l’autre dans le monde physique, c’est une évidence. »

 

Pour créer ce genre d’expérience, les pure players peuvent-ils également utiliser le design ?  Ou cette expérience est-elle exclusivement réservée aux espaces physiques?

R.F.: « L’homme qui a inventé le concept des Apple Stores explique que l’achat en ligne est synonyme de spirale descendante.  Le prix et le confort sont les deux choses qui comptent lors d’un achat en ligne.  A 3 heures du matin, vous pouvez acheter n’importe quoi à un prix intéressant.  L’e-commerce n’offre rien de plus que cela.  Pas d’interaction, pas d’expérience physique, aucun aspect social, et ainsi de suite.


On pourrait donc encore améliorer des tas de choses dans l’e-commerce, et c’est là que le design entre en jeu.  La plupart des sites e-tail sont assez lamentables : il n’y a aucune émotion, alors que même un supermarché ordinaire possède un ‘capital émotionnel’ important.  L’e-commerce devra donc également investir dans le design.  D’ailleurs, il ne s’agit pas uniquement d’une question d’aspect extérieur, le design peut également concerner le système de navigation d’un webshop, par exemple.  Vous avez besoin de designers pour faire en sorte qu’un seul clic suffise, et que vous n’ayez donc pas à  cliquer trois fois pour arriver là où vous le souhaitez. »
 

Les magasins physiques doivent-ils dès lors également se concentrer sur les prix ou doivent-ils, comme contrepoids par rapport au e-commerce, jouer uniquement sur ce ‘capital émotionnel’ ?

R.F.: « Les retailers et les fournisseurs parlent de ‘créer de la valeur ajoutée’, parce qu’ils ont peur de prononcer le mot ‘bon marché’.  Si vous demandez aux consommateurs ce qui a ‘de la valeur’ pour eux, ils vous répondront toujours le prix.  Et si vous leur demandez s’ils accordent également de la valeur au design, au service, etc., ils vous répondront oui, mais moins qu’au prix.


C’est ancré en nous depuis la crise de 2008, et selon moi, cela ne disparaîtra plus jamais.  Nous ne voudrons plus jamais payer plus que le stricte nécessaire.  Offline, les consommateurs ne voudront pas payer plus qu’en ligne.  L’offline devra donc baisser ses prix pour atteindre le niveau du online, mais avec cette petite chose en plus.  Par ailleurs, les prix en ligne devront inévitablement augmenter. »

 

 

Rodney Fitch est l'un des conférenciers de la RetailDetail Night qui aura lieu  le 28 novembre. Cliquez ici pour de plus amples informations et pour vous inscrire à la RetailDetail Night.

 

 

Traduction : Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


« Les cartes clients ne rapportent quasi rien »

17/10/2017

Les cartes clients ne rapportent quasi rien aux clients. Telle est la conclusion du journal Het Belang van Limburg suite à une enquête menée auprès de vingt grandes chaînes. Toutefois ces enseignes contestent les résultats de cette étude.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Une entreprise britannique rachète Intertoys et Bart Smit

12/10/2017

Blokker Holding va céder son enseigne de jouets Intertoys, y compris les magasins de Bart Smit et Toys XL, à l’investisseur britannique Alteri. Cette cession s’inscrit dans la nouvelle stratégie de Blokker Holding.

Parcify teste la livraison à domicile en l’absence du client

11/10/2017

Le service de coursier Parcify teste un nouveau système à Anvers : il s’agit d’une serrure intelligente permettant au client d’ouvrir sa porte à distance pour que le coursier puisse déposer sa commande à l’intérieur de son domicile en son absence.

Blokker subit une lourde perte en Belgique

11/10/2017

L’an dernier l’enseigne néerlandaise Blokker a essuyé une perte de 30 millions d’euros en Belgique. L’année auparavant il était encore question d’un modeste bénéfice, mais à présent la restructuration de la chaîne pèse lourdement sur les résultats.

Londres favorable à la transformation d’Oxford Street en zone piétonne

11/10/2017

L’idée de bannir tout trafic automobile d’Oxford Street à Londres commence à se concrétiser, maintenant qu’un sondage a révélé que près de deux Londoniens sur trois étaient favorables à l’installation d’un piétonnier.

Back to top