Seul un commerçant sur dix arrondit à 0 ou 5 centimes

Seul un commerçant sur dix arrondit à 0 ou 5 centimes

Depuis octobre 2014 les commerçants sont autorisés à arrondir le montant total du ticket de caisse aux 0 ou 5 centimes les plus proches (pour les paiement en espèces), mais dans la pratique les commerçants y ont très peu recours.

« A peine 12% des commerçants »

Seuls 12% des commerçants appliquent effectivement les règles de l’arrondi : « C’est très peu, sachant qu’avant l’introduction de ces règles 8 commerçants sur 10 étaient partisans de l’arrondi du montant total à 0 ou 5 centimes », indique Christine Mattheeuws du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) sur base d’un sondage auprès de 511 participants.


« De plus ce nombre ne devrait pas augmenter de manière spectaculaire dans un avenir proche », estime la présidente du SNI, car « parmi tous les commerçants qui ne pratiquent pas encore l’arrondi, 71% disent ne pas avoir l’intention de le faire à court terme. Dommage pour les autorités, car frapper des pièces de 1 et 2 centimes coûte respectivement 160 et 150% de la valeur nominale et cela sera nécessaire tant que ces petites pièces resteront en circulation. »


Extension aux paiements électroniques

Selon le SNI, le fait que le système d’arrondi soit si peu appliqué près de six mois après son introduction, n’a pas vraiment de quoi surprendre : « Etant donné que les règles de l’arrondi ne sont pas valables pour les paiements électroniques, les commerçants ne peuvent adapter le logiciel de leur caisse pour arrondir automatiquement le montant. »

 

« Par ailleurs ils craignent d’effrayer le client lorsqu’ils arrondissent les paiements en espèces et pas les autres. Le consommateur a tendance à penser qu’un arrondi équivaut à une hausse de prix, ce qui évidemment n’est pas le cas : parfois l’arrondi est dans l’avantage du client, parfois non. »


Le SNI continue à plaider en faveur de l’arrondi, mais demande à ce que il soit étendu aux paiements électroniques. « De par cette complexité, bon nombre de supermarchés et de grandes chaînes refusent d’arrondir les montants, ce qui freine d’autres commerçants à le faire. » Dès lors l’organisation des indépendants souhaite anticiper l’évaluation du système prévue deux ans après l’entrée en vigueur de l’arrondi et demande à ce qu’une adaptation de la réglementation ait lieu dès maintenant.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Tom&Co vise 25 magasins français d’ici la fin de l’année

17/08/2017

Plus d’un an après la cession de Tom&Co par Delhaize, le spécialiste de l’animalerie déborde de projets. Le groupe prépare un webshop et envisage d’augmenter le nombre de magasins physiques en France. Objectif : se convertir en entreprise omni-canal.

Facebook lance sa place de marché aussi en Europe

16/08/2017

En octobre 2016 Facebook lançait une place de marché online pour articles d’occasion dans certains pays, entre autres au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Désormais elle sera également disponible dans 17 pays européens, dont la Belgique et les Pays-Bas.

AS Adventure rachète l’allemand McTrek

14/08/2017

L’enseigne belge AS Adventure, spécialisée dans l’outdoor,  a acquis la chaîne allemande McTrek, active dans le même secteur. Ainsi AS Adventure s’introduit sur le plus grand marché européen de l’outdoor.

« La Flandre aussi doit interdire les sacs plastiques ! »

14/08/2017

Selon une étude du parti écologiste flamand Groen, les Belges utilisent 1,1 milliard de sacs en plastique par an, soit près de 100 sacs par personne par an. De plus, les frais liés à l’élimination de ces sacs plastiques sont élevés.

Les grands magasins américains continuent de peiner

11/08/2017

Les faibles performances de nombreuses chaînes de grands magasins aux USA persistent. Tant Macy’s que Kohl’s ont vu leur CA reculer par rapport à l’an dernier. Une baisse qui toutefois s’est avérée moins importante que ne craignaient les analystes.

Amazon veut concurrencer Ticketmaster

11/08/2017

Aux Etats-Unis le géant du e-commerce Amazon est en pourparlers avec des organisateurs d’événements, afin d’examiner la possibilité de  vendre des tickets pour ces événements via son webshop.

Back to top