Seul un commerçant sur dix arrondit à 0 ou 5 centimes | RetailDetail

Seul un commerçant sur dix arrondit à 0 ou 5 centimes

Seul un commerçant sur dix arrondit à 0 ou 5 centimes

Depuis octobre 2014 les commerçants sont autorisés à arrondir le montant total du ticket de caisse aux 0 ou 5 centimes les plus proches (pour les paiement en espèces), mais dans la pratique les commerçants y ont très peu recours.

« A peine 12% des commerçants »

Seuls 12% des commerçants appliquent effectivement les règles de l’arrondi : « C’est très peu, sachant qu’avant l’introduction de ces règles 8 commerçants sur 10 étaient partisans de l’arrondi du montant total à 0 ou 5 centimes », indique Christine Mattheeuws du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) sur base d’un sondage auprès de 511 participants.


« De plus ce nombre ne devrait pas augmenter de manière spectaculaire dans un avenir proche », estime la présidente du SNI, car « parmi tous les commerçants qui ne pratiquent pas encore l’arrondi, 71% disent ne pas avoir l’intention de le faire à court terme. Dommage pour les autorités, car frapper des pièces de 1 et 2 centimes coûte respectivement 160 et 150% de la valeur nominale et cela sera nécessaire tant que ces petites pièces resteront en circulation. »


Extension aux paiements électroniques

Selon le SNI, le fait que le système d’arrondi soit si peu appliqué près de six mois après son introduction, n’a pas vraiment de quoi surprendre : « Etant donné que les règles de l’arrondi ne sont pas valables pour les paiements électroniques, les commerçants ne peuvent adapter le logiciel de leur caisse pour arrondir automatiquement le montant. »

 

« Par ailleurs ils craignent d’effrayer le client lorsqu’ils arrondissent les paiements en espèces et pas les autres. Le consommateur a tendance à penser qu’un arrondi équivaut à une hausse de prix, ce qui évidemment n’est pas le cas : parfois l’arrondi est dans l’avantage du client, parfois non. »


Le SNI continue à plaider en faveur de l’arrondi, mais demande à ce que il soit étendu aux paiements électroniques. « De par cette complexité, bon nombre de supermarchés et de grandes chaînes refusent d’arrondir les montants, ce qui freine d’autres commerçants à le faire. » Dès lors l’organisation des indépendants souhaite anticiper l’évaluation du système prévue deux ans après l’entrée en vigueur de l’arrondi et demande à ce qu’une adaptation de la réglementation ait lieu dès maintenant.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Pabo poursuit ses activités sous l’étendard ‘be you’

21/06/2018

Le groupe allemand Beate Uhse – spécialisé dans les accessoires érotiques et maison-mère de Pabo –, déclaré en faillite l’an dernier, poursuivra ses activités sous un nouveau nom. Désormais l’accent se situera sur le commerce en ligne.

Fox & Cie ouvre un 17ème magasin de jouets à Tournai

21/06/2018

La chaîne wallonne de magasins de jouets Fox & Cie a ouvert son 17ème point de vente dans le centre commercial Les Bastions à Tournai. « Quelle crise du marché du jouet ? », se demande l’enseigne.

Tom&Co vise 100 nouveaux points de vente en France

21/06/2018

L’enseigne belge d’animaleries Tom&Co poursuit son expansion sur le marché français : un 25ème magasin vient d’ouvrir ses portes à Nantes, selon le nouveau concept, et sept autres ouvertures sont prévues d’ici la fin de l’année.

La France envisage une taxe sur l’e-commerce

21/06/2018

A l’avenir les commandes en ligne pourraient devenir plus chères pour les consommateurs français : une nouvelle proposition de loi prévoit une taxe de 1 à 2% sur le prix de vente, en fonction de la distance de livraison.

L’enseigne de jouets La Grande Récré jette l’éponge en Belgique

20/06/2018

L’enseigne de jouets française La Grande Récré est en grave difficulté financière et veut dès lors se concentrer sur son marché domestique. Lundi prochain la branche belge déposera le bilan : 16 magasins fermeront, 95 personnes perdront leur emploi.

Google investit 550 millions de dollars dans JD.com

18/06/2018

Personne n’a intérêt à rater le train sur la marché asiatique grandissant. Google aussi en est  bien conscient : les Américains prennent une participation dans JD.com, le grand concurrent d’Alibaba.