Troc.com lance un site de ventes aux enchères | RetailDetail

Troc.com lance un site de ventes aux enchères

Troc.com lance un site de ventes aux enchères

Le spécialiste de l’occasion Troc.com a élargi ses activités avec un site d’enchères, où seront proposés des objets d’occasion uniques. Comme coup de pub pour le lancement, la chaîne y avait mis en vente les cages du célèbre criminel belge Patrick Haemers, mais finalement il s'est avéré que ces cages n'étaient pas authentiques.

Elargissement du dépôt-vente

Troc.com a démarré avec le concept du dépôt-vente : les consommateurs viennent déposer les objets qu’ils souhaitent vendre dans l’un des magasins de Troc.com. Une fois un acquéreur trouvé, le propriétaire de l’article touche le montant de la vente, après que Troc.com ait déduit sa commission pour son rôle d’intermédiaire dans la vente.


Entretemps le concept s’est élargi : outre le dépôt-vente, la chaîne propose également l’achat cash.  La chaîne achète donc elle-même des objets, dont elle estime la valeur,  pour les revendre ensuite à ses propres risques dans l’un de ses 29 points de vente belges. Le propriétaire de l’objet est payé immédiatement en cash.


Collaboration avec Moyersoen

A présent Troc.com y ajoute une nouvelle activité : un site de ventes aux enchères,  www.troc-auctions.com, sur lequel des objets d’occasion uniques pourront être mis en vente durant deux semaines. Si aucun acquéreur n’est trouvé via le site d’enchères, les objets seront proposés à la vente dans les magasins ou sur le webshop classique de Troc.com.


Pour cette nouvelle activité, Troc.com collabore avec Moyersoen, spécialiste des ventes aux enchères online, qui a développé son propre logiciel. Dans un premier temps le site d’enchères est lancé en Flandre, mais ultérieurement le service sera également déployé à Bruxelles et en Wallonie.


Parmi les premiers objets mis aux enchères, figuraient les cages ayant servi à transporter le célèbre criminel belge Patrick Haemers – responsable entre autres de l’enlèvement de l’ancien premier ministre belge Paul Vanden Boeynants –  et son épouse lors de leur extradition du Brésil vers la Belgique. Toutefois il s'est avéré par la suite que les cages n'étaient pas authentiques. Celles-ci ont donc immédiatement été retirées de la vente par Troc.com.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’ex-patron de Delhaize Denis Knoops devient actionnaire principal de 1PopUpStore

24/05/2018

Après Delhaize, la vie continue. Denis Knoops, qui l’an dernier a dû céder sa place de CEO chez Delhaize Belgique, est devenu actionnaire principal de 1PopUpStore, l’entreprise derrière Chronostock, le spécialiste des magasins éphémères.

Decathlon ouvre son 30ème magasin à Nivelles

23/05/2018

En septembre prochain Decathlon ouvrira son 30ème magasin belge dans le centre commercial Shopping Nivelles. En attendant un Connect-shop temporaire est mis à disposition des clients pour les commandes en ligne.

« Les données redonnent le contrôle aux trade marketeers »

23/05/2018

Pour les fabricants de marques le monitoring des assortiments, des prix, des promotions dans leur catégorie chez les retailers n’est pas une mince affaire. La start-up belge Daltix collecte automatiquement ces données vitales dans des dashboards.

Shop for Geek vise le cap des 25 magasins

22/05/2018

Après de récentes ouvertures à Alost et Namur, Shop for Geek, chaîne spécialisée dans les gadgets et articles de merchandising, compte désormais 13 magasins. Mais le retailer  vise le cap des 25 magasins et compte s’attaquer à la France.

Le propriétaire 3i souhaite quand même conserver Action

22/05/2018

L’investisseur 3i souhaite quand même garder l’entièreté d’Action. Bien que le propriétaire de la chaîne discount ait annoncé la semaine dernière qu’il cherchait un repreneur pour une partie de sa participation dans Action, 3i nie tout en bloc.

Marks & Spencer sort son couteau : 100 magasins doivent fermer

22/05/2018

Le retailer britannique envisage une restructuration radicale.  Au cours des quatre prochaines années, ce ne sont pas 60 mais 100 magasins britanniques qui devront fermer leurs portes.  « Indispensable pour assurer l’avenir », semble-t-il.