Un magasin sur quatre en Belgique fait partie d’une chaîne

Un magasin sur quatre en Belgique fait partie d’une chaîne

Pourquoi a-t-on l’impression que le nombre de chaînes de magasins en Belgique ne cesse d’augmenter, alors que seuls 24% des magasins font partie d’une chaîne ? Parce que les filiales de ces chaînes occupent 52% de la surface commerciale totale.

La filialisation réduite de moitié à partir de 2012

Parmi les 82.476 magasins que compte notre pays, 19.486 font partie d’un chaîne de magasins. C’est ce que révèlent les chiffres de Locatus, fournisseur d’informations pour le retail. Il y a sept ans seuls 15,6% de tous les magasins en Belgique étaient des filiales de grandes chaînes de magasins, alors qu’aujourd’hui le degré de filialisation dans notre pays atteint presque 24%.


« Pourtant vers 2012 la tendance s’est inversée. Avant 2012 il était question d’une augmentation de plus de 1 point de pourcentage par an. A partir de 2012 cette progression s’est réduite de moitié à 0,5 ou 0,6 point de pourcentage par an », précise Nicole Dirksen-Janken de Locatus.


Près d’un sur quatre semble peu, mais ces chaînes de magasins s’accaparent les plus grandes surfaces commerciales. « En termes de m² de surface commerciale le degré de filialisation s’élève à plus du double. En effet les plus grands magasins sont souvent des filiales de grandes chaînes. Près de 52% de la surface commerciale totale dans le retail est occupée par des filiales de grandes chaînes et ce pourcentage continue d’augmenter. » Mais là aussi l’année 2012 a été un tournant : « Avant 2012 la hausse se situait aux alentours de 2 points de pourcentage, après 2012 l’on constate une réduction de moitié à 1 point de pourcentage. »


33 branches entièrement indépendantes

En termes de nombre de magasins, les grands magasins de mode (comme e5 mode et H&M) ont le degré de filialisation le plus élevé, suivis des magasins textiles (du style Zeeman) et des supermarchés (Delhaize, Carrefour & Co). Toutefois en termes de m² les supermarchés sont champions, suivis des drogueries (style Kruidvat) et des magasins textiles.


Pourtant il reste bel et bien des branches ayant échappé à la filialisation. Parmi les 137 branches que distingue Locatus dans le retail, 33 d’entre elles opèrent de manière totalement indépendante. Il s’agit entre autres de branches telles que les souvenirs, la maroquinerie, les antiquités, la pêche à la ligne, les sports nautiques, les monnaies et les timbres ou encore les bandes dessinées.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Facebook lance sa place de marché aussi en Europe

16/08/2017

En octobre 2016 Facebook lançait une place de marché online pour articles d’occasion dans certains pays, entre autres au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Désormais elle sera également disponible dans 17 pays européens, dont la Belgique et les Pays-Bas.

AS Adventure rachète l’allemand McTrek

14/08/2017

L’enseigne belge AS Adventure, spécialisée dans l’outdoor,  a acquis la chaîne allemande McTrek, active dans le même secteur. Ainsi AS Adventure s’introduit sur le plus grand marché européen de l’outdoor.

« La Flandre aussi doit interdire les sacs plastiques ! »

14/08/2017

Selon une étude du parti écologiste flamand Groen, les Belges utilisent 1,1 milliard de sacs en plastique par an, soit près de 100 sacs par personne par an. De plus, les frais liés à l’élimination de ces sacs plastiques sont élevés.

Les grands magasins américains continuent de peiner

11/08/2017

Les faibles performances de nombreuses chaînes de grands magasins aux USA persistent. Tant Macy’s que Kohl’s ont vu leur CA reculer par rapport à l’an dernier. Une baisse qui toutefois s’est avérée moins importante que ne craignaient les analystes.

Amazon veut concurrencer Ticketmaster

11/08/2017

Aux Etats-Unis le géant du e-commerce Amazon est en pourparlers avec des organisateurs d’événements, afin d’examiner la possibilité de  vendre des tickets pour ces événements via son webshop.

Les réparateurs de vélos refusent les vélos de moindre qualité

11/08/2017

Les réparateurs de vélos sont de plus en plus nombreux à refuser de réparer les bicyclettes achetées en ligne ou au supermarché. Ils préfèrent donner priorité à leurs propres clients ou aux vélos de qualité supérieure.

Back to top