Une faible croissance dans les grands magasins parisiens

Une faible croissance dans les grands magasins parisiens

Après cinq années de croissance rapide, grâce à la grande affluence de touristes étrangers, en particulier en provenance de Chine, les grands magasins comme les Galeries Lafayette, Le Printemps, BHV et Bon Marché ont vu leurs ventes stagner.

 
Alors qu’entre 2008 et 2013 l’activité des grands magasins parisiens a bondi d’un milliard d’euros (à 3,2 milliards d’euros), à présent le temps de la croissance à deux chiffres semble faire partie du passé.


Nicolas Houzé, directeur général de la branche grands magasins des Galeries Lafayette, en témoigne : « Les ventes de notre enseigne ont été stables au premier semestre 2014, et même en léger retrait de 0,5 % en province, où la chaîne compte 60 unités.  Quant au Printemps, Paolo de Cesare, président du groupe,  parle d’« une progression de 5 % pour les six premiers mois de l’année, mais grâce aux ouvertures au Carrousel du Louvre et à Marseille.  A Haussmann, une faible croissance dans un contexte économique très difficile ».

 

L’âge d’or est révolu

Il est loin le temps où le navire-amiral des Galeries à Haussmann enregistrait en 2010 sa meilleure performance depuis trente ans avec une augmentation de 24 % de son chiffre d’affaires (et +10 % pour l’ensemble de la chaîne).  Selon l’ancien directeur général de l’époque, Paul Delaoutre, « les Chinois représentaient 15 % du chiffre d’affaires et les étrangers 50 % ».  Quatre années plus tard, « les Chinois sont toujours là », selon Nicolas Houzé. Par contre les Brésiliens, les Indonésiens et les Russes sont absents.

 

Le marché français de l’habillement altéré

Selon l’Institut français de la mode, les achats d’habillement en France ont reculé de 0,5 % sur les sept premiers mois de 2014. « La valeur du marché français du textile a chuté de 14,4 % depuis 2007.  C’est la plus longue période de baisse de l’histoire », confirme Paolo de Cesare, président du Printemps.  « Dans le même temps, l’e-commerce a pris 11 % du marché.  Ce qui veut dire qu’au total les distributeurs classiques ont perdu 25 % du business ».  


Les pionniers du commerce de détail français doivent innover à nouveau.  Les Galeries Lafayette investissent environ 100 millions d’euros par an.  Le groupe vient d’achever la refonte complète de BHV, à Paris, pour 35 millions d’euros.  Nicolas Houzé annonce son souhait de « doubler la rentabilité opérationnelle des Galeries Lafayette d’ici à 2020 ».  L’ouverture dominicale est désormais un véritable potentiel de croissance.


Le Printemps aussi innove, notamment par le rachat de Placedestendances.com dans le cadre de sa stratégie omnicanale, et vise une expansion en Province, où l’enseigne ne dispose que de 14 unités.

 

Tags: