« La vente automobile en Belgique ne reprend pas »

« La vente automobile en Belgique ne reprend pas »

La vente automobile en Belgique aurait grand besoin d’un coup d’accélérateur.  Le secteur espérait pouvoir compenser un printemps médiocre au niveau des ventes par une relance au mois de septembre – période à laquelle débute habituellement la deuxième grande vague de ventes. Malgré des options gratuites et de fortes réductions, la reprise espérée n’a pas eu lieu. Maigre consolation : le reste de l’Europe est logé à la même enseigne.

Le consommateur continue à reporter son achat  …

« Il est clair que la vente automobile ne reprend pas », déclare Philippe Decrock de Federauto (Confédération du Commerce et de la Réparation automobiles et des Secteurs connexes). « Après deux bonnes années, les marques automobiles nous ont communiqué en début d’année des ventes en baisse de 20%, voire même 30% pour certains. Tout le monde pensait qu’après septembre la situation s’améliorerait, mais le consommateur continue à reporter son achat. »


C’est pourquoi les marques automobiles et les concessionnaires utilisent les grands moyens en accordant de fortes réductions : près de 10% de réduction pour une Volvo V60, 20% de réduction pour une Ford Focus, 23% pour une Ford Fiësta, 27% pour l’Opel Meriva ou encore 33% pour la Fiat Punto. « Même les voitures les moins chères, se vendent à peine. Nous  devons faire quelque chose », soupirent unanimement les importateurs.


Outre les réductions, les marques automobiles tentent d’aguicher les acheteurs en leur proposant des avantages supplémentaires : 7 ans de garantie + 7 ans d’entretien + 7 ans d’assistance en cas de panne chez Mazda, financement 0% chez Opel,  des packs d’options gratuites d’une valeur de 6.000 euros chez Audi, et ainsi de suite.


… et est de moins en moins  fidèle

Le concessionnaire lui aussi est affecté par les réductions accordées par les marques et de plus bien souvent il se voit contraint de diminuer sa marge bénéficiaire pour éviter qu’un autre concessionnaire ne lui chipe le deal.


« L’idée que le concessionnaire gagne sur les entretiens de véhicules, n’est plus valable aujourd’hui. Là aussi les gens de plus en plus postposent l’entretien », affirme Philippe Decrock. « Souvent les acheteurs quand il s’agit d’entretien, ne sont pas même fidèles au garagiste qui leur a accordé une belle réduction. »


Selon Federauto, de nombreux garagistes ne parviennent même pas à faire travailler leurs techniciens à plein temps. « Ils sont alors au chômage technique et font appel au fonds social. Cette année ce fonds  a déjà  déboursé 12% de plus par rapport à l’année dernière. »


La Belgique lourdement touchée

Le secteur automobile belge n’est pas le seul à traverser des temps difficiles. Toute l’Europe est touchée, mais la Belgique particulièrement.


La vente automobile dans l’Union européenne est en recul depuis le 11ème mois consécutif, comme l’annonçait l’ACEA, l'association des constructeurs automobiles européens. Au mois d’août les Européens ont acheté 8,9% de voitures en moins par rapport au même mois l’année dernière. La Belgique fait encore moins bien avec une chute de 17,3%.


Cette année, jusqu’au mois d’août inclus, seules 8.268.642 de nouvelles voitures ont été vendues dans toute l’Union européenne, soit  une baisse de 7% par rapport aux huit premiers mois de l’année dernière. Là aussi la Belgique marque un score nettement inférieur avec  -11,5%.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: