Esso vend ses dernières stations-service belges

Esso vend ses dernières stations-service belges

Le groupe pétrolier américain ExxonMobil a vendu ses septante stations-service belges Esso restantes. Elles ont été cédées à trois groupes belges, mais continueront à opérer sous l’étendard Esso. Les cartes de fidélité des utilisateurs restent valables.

Trois exploitants belges pour 70 stations-service

La plus grande part des stations revient au distributeur de carburant Maes à Bornem. Celui-ci exploite déjà 46 stations-service sous son propre nom, auxquelles s’ajoutent à présent 30 stations Esso dans les provinces d’Anvers et du Brabant flamand. Le deuxième lot, 24 stations en Flandre Occidentale et Orientale, a été racheté par G&V (l’ancien Ghekiere-Verbeke) de Cuerne. L’année dernière l’entreprise avait déjà repris 44 stations Esso dans le Hainaut et à Bruxelles.


Les 16 stations wallonnes restantes ont été acquises par la société liégeoise Uhoda, qui détient déjà une station Esso, 5 Total et six Q8. Toutes les stations n’appartenaient pas à ExxonMobil : certaines étaient des concessions, qui désormais seront approvisionnées par les repreneurs.


Ainsi ExxonMobil poursuit son retrait progressif en tant qu’exploitant de son propre réseau retail : l’entreprise souhaite investir davantage dans l’exploration et le traitement des carburants, qui génèrent des marges plus élevées. Pour sa division retail, l’entreprise préfère collaborer avec des distributeurs indépendants.


ExxonMobil applique d’ailleurs la même stratégie dans d’autres pays : l’année dernière le groupe a  vendu 15 stations-service dans le nord des Pays-Bas à Multi Energy, une division du groupe Markeur. D’autres compagnies pétrolières suivent cette même tendance : en 2007 Texaco a cédé ses 900 stations européennes à l’entreprise israélienne Delek. BP a vendu son réseau belge à Q8 et les stations Jet (ex-Seca) ont été reprises par la société russe Lukoil.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: