L'Etat veut alléger les taxes pour les voitures de société peu polluantes

L'Etat veut alléger les taxes pour les voitures de société peu polluantes

Le secrétaire d’Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet (CdH) a préparé un plan de réforme de la fiscalité sur les voitures de société. Il souhaite avantager les voitures émettant peu ou pas de CO2 et alourdir les taxes pour les voitures polluantes.

Déductibilité fiscale jusqu’à 150%

Le gouvernement souhaite ainsi stimuler l’usage des voitures respectueuses de l’environnement. Dans le système actuel les voitures de société qui n’émettent pas de CO2 bénéficient d’une déductibilité fiscale de 120% et celles émettant moins de 60 grammes de CO2 d’une déductibilité de 100%. Le plan de Wathelet prévoit d’augmenter cette déductibilité respectivement à 150% et 120%.


Pour que l’opération soit neutre au niveau budgétaire, le secrétaire d’Etat veut alourdir les taxes sur les voitures de société polluantes. Ce projet serait bénéfique non seulement pour l’environnement, mais également pour le secteur automobile qui traverse une période difficile : cette mesure devrait inciter les propriétaires et les gestionnaires de flottes automobiles à remplacer plus rapidement les voitures polluantes par des exemplaires plus propres.


Voitures électriques et véhicules au gaz naturel

En même temps cette nouvelle fiscalité devrait stimuler la vente de voitures électriques et de voitures roulant au gaz naturel comprimé (CNG). Ces dernières émettent en moyenne 12 à 17% de CO2 en moins par rapport aux  voitures essence ou diesel. Toutefois vu leur prix plus élevé et le manque de stations-service vendant du CNG , le nombre de voitures roulant au gaz naturel se limite actuellement à 700 en Belgique (principalement des VW – voir photo). A titre comparatif, l’Allemagne en compterait déjà 100.000.


Wathelet devrait présenter son projet le 20 janvier à l’occasion du Salon de l’Auto de Bruxelles.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: