Volkswagen marque automobile préférée des Belges

Volkswagen marque automobile préférée des Belges

Avec 61.904 voitures neuves immatriculées en 2011 – ce qui représente une part de marché de 10,82% - Volkswagen est couronnée  marque automobile préférée des Belges, devançant Renault avec 61.470 voitures neuves écoulées, soit une part de marché de 10,74%.

572.211 nouvelles voitures immatriculées

Comme nous l’avions déjà communiqué sur base de chiffres temporaires, 2011 a été une année record absolue pour les concessionnaires automobiles belges. Les chiffres définitifs ont été annoncés par la fédération automobile Febiac, des chiffres impressionnants : 572.211 voitures neuves ont été immatriculées en 2011, soit une progression de 4,5% par rapport à 2010, où un record avait également été battu.


Volkswagen et Renault sont de loin les marques les plus populaires, représentant chacune une part de marché de plus de 10%. La performance de VW est la plus marquante avec une hausse de pas moins de 15,68%. Citroën et Peugeot, en 3ième et 4ième position ont sérieusement régressé et atteignent une part de marché d’à peine 8,51% et 7,97% respectivement. Opel clôture le top-5 avec 42.852 voitures vendues, une hausse de 5,27%, soit  une part de marché de 7,49%.

 

Crainte d’un recul

La suppression de la prime fédérale a provoqué une véritable ruée dans les showrooms. Pour le mois de décembre 2011 uniquement,  48.763 voitures privées neuves ont été immatriculées, soit 66,8% de plus que les 29.243 immatriculations enregistrées au mois de décembre 2010.


“La suppression de la prime fédérale sur facture pour les automobiles à faibles rejets de CO2, a un effet évident sur le marché , mais vraisemblablement à courte terme. Une partie des immatriculations qui étaient attendues en 2012 a été anticipée », précise Febiac qui ne souhaite pas surestimer cet impact sur l’ensemble de l’année 2012 : « cela a concerné environ 20.000 autos sur un marché d’un demi-million… ».


Toutefois Febiac s’inquiète de deux autres phénomènes: : “En premier lieu la situation macro-économique, qui en ce moment n’est pas très encourageante. Le consommateur n’a plus confiance. D’autre part il convient d’attendre la réaction du marché fleet vis-à-vis de l’adaptation de la fiscalité sur les véhicules de société dans le cadre du récent accord gouvernemental ».

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Tags: