VW rappelle 11 millions de véhicules diesel ‘suspects’

VW rappelle 11 millions de véhicules diesel ‘suspects’

Volkswagen  va rappeler les 11 millions de voitures équipées du logiciel frauduleux, a déclaré le nouveau patron Matthias Müller. Depuis la découverte de la supercherie, de plus en plus de pays ont arrêté la vente des véhicules concernés.

Toutes les marques du groupe

Le constructeur automobile allemand Volkswagen va rappeler 11 millions de voitures diesel équipées du logiciel visant à fausser les tests antipollution : elles seront toutes pourvues d’un nouveau logiciel. Il s’agit de véhicules diesel fabriqués entre 2009 et 2015 : 5 millions de Volkswagen, 1,8 million de voitures de société VW, 2,1 millions d’Audi, 1,2 million de Skoda et un peu moins d’un million de Seat. Müller a commenté le plan d’action hier soir devant un millier de cadres dirigeants du groupe, réunis au siège principal de Wolfsburg.


Matthias Müller (photo), patron de Porsche, a été désigné vendredi dernier pour prendre les commandes du groupe Volkswagen : il remplace Martin Winterkorn, dont la position était devenue intenable après la découverte de la fraude. De plus le Ministère public allemand a ouvert une enquête sur Winterkorn et son entreprise.


Interruption des ventes notamment en Belgique et aux Pays-Bas

Hier, D’Ieteren, l’importateur de VW pour la Belgique, annonçait qu’il consacrerait deux millions d’euros, afin de modifier les commandes en cours  par un véhicule équivalent, équipé d’un moteur diesel conforme à la nouvelle norme Euro 6 : environ 800 véhicules,  en attente de livraison et non encore immatriculés (pour les quatre marques réunies : VW, Audi, Seat et Skoda), seraient concernés par cette initiative. Les voitures déjà immatriculées (mais en attente de livraison) ne sont pas concernées par cette opération, mais feront l’objet d’une action de rappel.


Il y a quelques jours D’Ieteren avait déjà décidé d’arrêter la commercialisation des quelque 3.200 véhicules potentiellement pourvus du logiciel frauduleux.


Même scénario aux Pays-Bas, où l’importateur Pon, de concert avec ses concessionnaires, a décidé hier d’interrompre les ventes. Selon le porte-parole, il y aurait environ 4.100 voitures suspectes chez le concessionnaires néerlandais. Les importateurs suisses et italiens ont, eux aussi, pris des mesures similaires.


8.600 emplois en Belgique

Le gouvernement flamand pour sa part a décidé de se porter partie civile contre Volkswagen pour manipulation des normes d’émissions polluantes. C’est qu’a annoncé hier soir la ministre flamande  de l’Environnement, Joke Schauvliege, dans le talkshow 'Van Gils & Gasten' diffusé sur la chaîne flamande één.


Toutefois le ministre de l’Economie, Kris Peeters, appelle à la prudence : « Nous devons être bien conscients du fait qu’en Belgique 8.600 personnes travaillent pour le groupe VW. Il s’agit d’emplois directs : 4.000 dans le réseau de concessionnaires, 1.600 chez D’Ieteren et 3.000 chez Audi Vorst », a-t-il souligné après une rencontre avec Denis Gorteman, CEO de D’Ieteren Auto, et Luc Bontemps, administrateur délégué de la fédération automobile Febiac.

 

Tags: