BeSuite apporte une nouvelle touche digitale à l’architecture d’intérieur

BeSuite apporte une nouvelle touche digitale à l’architecture d’intérieur

Que se passe-t-il lorsqu’un habitué du retail rencontre un architecte d’intérieur ?  Ils créent un concept d’articles design et de décoration intérieure, alliant à la fois un webshop interactif et un réaménagement intérieur global sur mesure, tant online qu’offline, tout en misant pleinement sur la tendance de  la ‘personnalisation’. Cette nouvelle formule a été baptisée BeSuite, par ses deux initiateurs Patrick Desrumaux, précédemment actif dans le secteur de la mode (FNG Group) et l’architecte d’intérieur Filip Tack.

Vous vous êtes fait un nom dans le retail de la mode. Comment se fait-il que vous vous lanciez soudainement de le secteur de l’architecture d’intérieur ?

P.D. : « En effet, jusqu’à mi-2011 je travaillais en tant que sales director chez CKS (qui actuellement fait partie du Groupe FNG) et avant cela j’ai été notamment directeur commercial chez E5 Mode. L’idée de BeSuite est née il y a environ un an. Lors d’une réunion entre amis, nous avons constaté que tout le monde dans notre cercle d’amis était en train de rénover ou de réaménager sa maison.


Ils se situent tous dans la catégorie d’âge de 35 à 45 ans. Ils ont acheté ou construit leur maison il y a une dizaine d’années et ont maintenant les moyens de l’aménager avec plus de confort et de goût. Toutefois ils n’ont pas le temps de visiter tous les magasins d’intérieur. Néanmoins ils voudraient faire les choses eux-mêmes, et en même temps ils ont besoin d’ aide.


L’un de ces amis étant l’architecte d’intérieur Filip Tack, l’idée de BeSuite.com a commencé à germer. Filip a son  propre bureau d’architecture d’intérieur, Filip Tack Design Office, et a participé à de nombreux projets en tant que collaborateur dans de grands bureaux d’architectes. Vu l’importance croissante d’internet en tant que canal de vente, nous avons fondé ensemble BeSuite.com. »


Pourriez-vous esquisser le concept BeSuite ? Il ne s’agit pas d’une formule retail traditionnelle …

P.D. : « Le site web constitue le cœur du concept.  Le client peut y choisir parmi cinq ‘ambiances de vie’ différentes. Pour chaque style – allant d’une maison brugeoise classique à un loft new-yorkais en passant par un luxueux appartement parisien -  nous faisons une présélection de produits, allant des tissus aux chaises , qui se marient parfaitement avec le style en question. Ainsi nous concevons pour le client un ‘moodboard’ qu’il peut adapter selon ses propres goûts :  pour chaque produit nous proposons toute une série d’alternatives dans notre assortiment, qui cadrent dans le style choisi par le client. Ainsi les clients peuvent entièrement réaménager leur intérieur, tout en étant sûrs que tous les éléments s’accordent. »


Pourquoi cinq styles ?

P.D. : « Parce que deux c’est peu et dix c’est trop. Il faut trouver le juste milieu entre la liberté de choix et l’embarras du choix. Avec ces 5 styles nous pensons pouvoir répondre aux besoins de 80 à 90% des clients. Mais nous n’excluons pas qu’à l’avenir un autre style s’y ajoutera.


Les produits choisis peuvent être commandés immédiatement via le webshop et sont livrés à domicile. Vu le manque de temps de nos clients – et le fait qu’ils ne sont peut-être pas tous si bricoleurs – le montage et l’installation sont compris dans la livraison. Et même un petit coup d’aspirateur si on fait de la poussière. Nous reprenons également les anciens meubles, dont le gens ne veulent plus. Ainsi nous offrons un maximum de  ‘convenience’ à nos clients, qui sont exigeants au niveau du confort . Car nous visons essentiellement les ménages à deux revenus dans le segment moyen à supérieur. »


BeSuite.com est donc avant tout un concept online, mais avec une partie offline ?

P.D. : « Il y a une évolution générale vers l’online, même sur le marché de l’habitation , mais lorsqu’il s’agit d’espaces de vie ou d’intérieur, le contact humain reste très important. Ce n’est pas comme réserver un voyage via internet. Les gens souhaitent que l’architecte d’intérieur se rende chez eux.


C’est pourquoi nous collaborons avec des architectes d’intérieur, tant fixe que free-lance, qui se rendent sur place et qui dessinent un plan en 3D pour le client. A court terme, nous avons également un projet de showroom, qui sera en quelque sorte un atelier, où nous allons concevoir un moodboard avec le client à l’aide des matériaux et des produits qu’il peut découvrir en magasin. L’aspect physique offre toujours une plus-value.


A l’étranger par contre le retail online dans le secteur de l’aménagement intérieur est déjà nettement plus avancé. En France et aux Pays-Bas il y a déjà de très grands acteurs online. Certains de nos fournisseurs nous disent que leur plus grand client est un retailer internet français. Autre élément frappant : nous réalisons notre plus gros chiffre d’affaires aux Pays-Bas., mais je suis certain que le consommateur belge trouvera lui aussi la voie vers l’internet. C’est une question de temps. »


Pour les webshops débutants la logistique est souvent une source de soucis. Qu’en est-il pour vous ?

P.D. : « Une logistique efficace est extrêmement importante ! La logistique est au moins aussi importante que l’aspect visuel du site. Les gens ne se rendent pas compte, mais ce qui se passe en coulisses est très complexe. Certainement chez nous, où nous avons à la fois des petites et des grandes pièces, mais également des articles livrables dès le lendemain et d’autres avec des délais de livraison de plusieurs mois.


D’après le type de produit, les exigences du client au niveau de la livraison sont différentes. Pour de grands meubles par exemple, ils préfèrent une livraison en soirée ou en weekend, lorsqu’ils sont à la maison. Il faut donc convenir clairement avec le client du moment de la livraison. »


La crise est encore bien présente. Est-ce bien le moment de lancer une nouvelle entreprise ?

P.D. : « Le fait de commencer en temps de crise, peut être un avantage. Cela vous tient en éveil. Bien que ce soit la crise, la demande de ‘classiques’ persiste. Les gens continuent à apprécier les meubles de marques, tels MDF ou Ligne Roset. Nous essayons également d’introduire de nouvelles marques, qui au niveau prix se situent entre Ikea ou Habitat et les marques design de renom, mais sans pour autant faire de concessions au niveau de la qualité et du design.


En ce moment des marques très prometteuses émergent, généralement de fabrication scandinave. Depuis peu nous avons également une très belle collection néerlandaise. Bien entendu, nous ne savons pas encore dans quelle mesure la crise aura un impact sur nous. En tant qu’entreprise débutante nous n’avons pas de points de comparaison. »


Le concept est né il y a à peine deux mois. Comment BeSuite veut-il se faire connaître auprès du consommateur ?

P.D. : « BeSuite propose un aménagement global, mais nous ne faisons pas tout nous-mêmes. Pour les rideaux et les stores par exemple nous collaborons avec Tende, qui est une valeur sûre. Nous pouvons leur envoyer des clients et inversement. D’ici quelques semaines nous aurons probablement encore quelques partenaires intéressants en plus. En créant une plateforme de collaboration avec des partenaires de renom, on peut certainement créer une accélération.


Nous avons également notre propre coffret-cadeau, ce qui à mon sens est un instrument ‘member gets member’ efficace et les consommateurs peuvent sur le website transmettre leurs désidérata au niveau des produits et partager cela via Facebook. »

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’au-revoir de Barbara Torfs qui quitte Schoenen Torfs

20/04/2017

Barbara Torfs, la force motrice et les épaules solides de la division marketing et e-commerce de Schoenen Torfs, a choisi de donner une toute autre tournure à sa carrière et quitte donc l’entreprise. « Il m’est certainement arrivé de susciter la controverse, mais on m’a toujours fait confiance », nous confie-t-elle.

 

« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Medi-Market se lance en Flandre : « Nous sommes plutôt très conservateurs »

29/04/2016

La première enseigne flamande de Medi-Market a ouvert ses portes à Gand samedi.  Il s’agit plutôt de deux enseignes : une pharmacie et une parapharmacie s’y retrouvent côte à côte.  C’est une étape importante pour le fondateur Yvan Verougstraete.

Kipling lance une carte de fidélité ‘sociale’

10/10/2014

Kipling a lancé pour ses clients un nouveau programme de fidélité, qui récompense l’interaction sur les médias sociaux, notamment par des bons de réduction à la caisse. « Il s’agit d’une nouvelle génération de ‘customer relationship management’: le CRM social », indique le CEO Richard Macey.

Le premier RetailDetail RetailDay inspire une salle comble à Kinepolis

30/09/2014

Le premier RetailDetail RetailDay, qui a eu lieu la semaine dernière, a rencontré un énorme succès : le congrès affichait complet. « Notre objectif était d’inspirer le public, de démontrer qu’il restait de nombreuses occasions à saisir, même en cette période difficile. Mission accomplie ! », estime Gino Van Ossel, qui présidait le congrès.

Philip Mountford, CEO Hunkemöller : « Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer »

24/09/2014

Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer. Il s’agit donc de renforcer la fidélité à la marque et d’autant plus en temps de crise, estime Philip Mountford. CEO de l’enseigne de lingerie Hunkemöller depuis 2009, Mountford  cherche à positionner la marque dans le segment supérieur du marché. Il sera l’un des conférenciers au RetailDetail RetailDay.

Back to top