De Waele (Wijs): 'La digitalisation est aussi révolutionnaire que l’automobile'

De Waele (Wijs): 'La digitalisation est aussi révolutionnaire que l’automobile'

Demain, il n’y aura plus que deux types d’entreprises, prédit Bart De Waele, CEO de l’agence de marketing digital Wijs : celles qui suivent le mouvement et celles vouées à la mort. Les premières sont celles qui accueilleront à bras ouverts l’inéluctable digitalisation et s’y adapteront rapidement ; les deuxièmes sont celles qui réagiront trop tard. Pour éviter ce dernier scénario, le consultant nous expliquera en quoi consiste cette tendance digitale lors du pré-congrès Retaildetail  du 25 avril, intitulé ‘Shopper experience marketing’.

Le MP3 suscite un regain d’intérêt pour le vinyle

Selon Bart De Waele, la principale tendance est l’omniprésence de la digitalisation. Il est clair que nous évoluons d’un univers analogique vers  un univers numérique. Le digital touche tous les aspects de notre société.

 

L’expert en marketing online compare ce phénomène à l’idée que nous avions d’un appareil photo en1990 : « Autrefois l’appareil photo était automatiquement associé à un rouleau de pellicule. Aujourd’hui c’est exactement l’inverse : qui dit appareil photo pense immédiatement à un appareil digital. Si exceptionnellement il s’agit d’un appareil analogique, on le mentionne explicitement. » En d’autres termes l’analogique n’est plus la règle, mais l’exception.

 

Mais comme c’est le cas pour tout ce qui devient rare, l’analogique a aujourd’hui un charme rétro. Pensez aux amateurs de photos qui recherchent  des appareils analogiques ou encore les fans de musique qui collectionnent les disques vinyles d’antan. Actuellement la majorité des gens écoutent de la musique MP3 et depuis peu les ventes digitales de musique dépassent  celles des supports physiques ; ce qui justement donne aux disques vinyles ce cachet supplémentaire.


Le déclin des boutons

Lors du Congrès Retaildetail du 25 avril, Bart De Waele se penchera également sur les conséquences de cette évolution digitale. Que nous réserve l’avenir ? Selon l’expert en marketing, il peut s’agir à la fois de choses qui nous paraissent déjà assez évidentes aujourd’hui, mais également de concepts qui semblent encore relever de la pure science-fiction.

 

Ainsi, De Waele estime que les boutons sont voués à disparaître. Actuellement déjà les boutons se digitalisent de plus en plus: autrefois pour téléphoner, il fallait pousser sur des boutons, alors qu’aujourd’hui il suffit d’effleurer une touche de l’écran tactile de notre smartphone. Et ce n’est que le début : chaque bouton sur chaque appareil – allant de la télévision au lave-linge – sera digitalisé, comme le prouvent déjà les écrans tactiles dont sont équipées de nombreuses voitures.


L’étape suivante est la disparition complète du bouton. L’action active le bouton et non l’inverse. Pour illustrer ses propos, De Waele évoque les applications pour course à pied très en vogue, telles que Runkeeper et Moves : dans le cas de Runkeeper, le joggeur appuie sur le bouton, activant ainsi l’application mobile, qui enregistre toutes les données de sa course. Dans le cas de Moves, une appli plus récente, l’utilisateur ne doit même plus pousser sur le bouton de départ : le système détecte lui-même le moment où le joggeur commence sa course. Le bouton a disparu.

 

Le maréchal-ferrant doit devenir un mécanicien automobile

Comment les entreprises et les commerçants peuvent-ils s’adapter à cette nouvelle réalité ? Selon le CEO de l’agence Wijs, le magasin physique peut se distinguer en jouant sur la nostalgie de l’analogique. Le point de vente ‘brick and mortar’ permet de renforcer ce type d’expérience rétro, sans pour autant retourner vers le passé. Comme Herman Konings l’a très bien décrit, il s’agit d’une ‘nouvelle dimension analogique’ où l’analogique et le digital s’entremêlent  : l’un n’est (plus) rien sans l’autre.

 

Revenons à l’exemple des disques vinyles : « Bien que les vinyles soient très recherchés par les consommateurs, les ventes de MP3 sont bien plus élevées. Si vous ne proposez que des vinyles, vos chances de survie seront bien moindres. C’est faisable, mais alors il faut que vous  excelliez dans ce domaine. »

 

Par ailleurs nous n’en sommes qu’au début de cette révolution : « We ain’t seen nothing yet. » Pensez aux débuts de l’ère automobile : les gens considéraient l’automobile comme une version plus rapide et plus confortable du cheval et de la charrette. C’est seulement plus tard que l’on s’est rendu compte de l’énorme impact de cette invention. Un monde nouveau s’ouvrait aux gens :  ils pouvaient aller travailler en ville, voyager, se déplacer facilement à travers le pays, même au-delà des frontières. »

 

Il en va de même pour le monde digital. « Aujourd’hui encore nous considérons le numérique et l’internet comme un cheval plus rapide, mais l’impact est bien plus important. Nous commençons seulement à nous rendre compte à quel point l’ère digitale change tout dans notre société », conclut Bart De Waele.

 

« Il faut nécessairement suivre le mouvement, sinon vous n’aurez plus votre place. Le maréchal-ferrant d’antan, lui aussi, n’avait que deux options : soit se reconvertir en mécanicien automobile, soit se résigner à être remplacé. »

 

‘Shopper experience marketing’ est un avant-programme du Congrès Retaildetail du jeudi 25 avril au San Marco Village à Schelle. Découvrez ici la totalité du programme et inscrivez-vous via www.retaildetailcongres.be.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’au-revoir de Barbara Torfs qui quitte Schoenen Torfs

20/04/2017

Barbara Torfs, la force motrice et les épaules solides de la division marketing et e-commerce de Schoenen Torfs, a choisi de donner une toute autre tournure à sa carrière et quitte donc l’entreprise. « Il m’est certainement arrivé de susciter la controverse, mais on m’a toujours fait confiance », nous confie-t-elle.

 

« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Medi-Market se lance en Flandre : « Nous sommes plutôt très conservateurs »

29/04/2016

La première enseigne flamande de Medi-Market a ouvert ses portes à Gand samedi.  Il s’agit plutôt de deux enseignes : une pharmacie et une parapharmacie s’y retrouvent côte à côte.  C’est une étape importante pour le fondateur Yvan Verougstraete.

Kipling lance une carte de fidélité ‘sociale’

10/10/2014

Kipling a lancé pour ses clients un nouveau programme de fidélité, qui récompense l’interaction sur les médias sociaux, notamment par des bons de réduction à la caisse. « Il s’agit d’une nouvelle génération de ‘customer relationship management’: le CRM social », indique le CEO Richard Macey.

Le premier RetailDetail RetailDay inspire une salle comble à Kinepolis

30/09/2014

Le premier RetailDetail RetailDay, qui a eu lieu la semaine dernière, a rencontré un énorme succès : le congrès affichait complet. « Notre objectif était d’inspirer le public, de démontrer qu’il restait de nombreuses occasions à saisir, même en cette période difficile. Mission accomplie ! », estime Gino Van Ossel, qui présidait le congrès.

Philip Mountford, CEO Hunkemöller : « Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer »

24/09/2014

Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer. Il s’agit donc de renforcer la fidélité à la marque et d’autant plus en temps de crise, estime Philip Mountford. CEO de l’enseigne de lingerie Hunkemöller depuis 2009, Mountford  cherche à positionner la marque dans le segment supérieur du marché. Il sera l’un des conférenciers au RetailDetail RetailDay.

Back to top