Hubo reprend les centres de jardinage de Walter Van Gastel

Hubo reprend les centres de jardinage de Walter Van Gastel

Hubo, le géant du bricolage , en vingt ans de temps n’a cessé de se développer jusqu’à devenir le numéro deux du marché DIY belge. Depuis 2006 Hubo est également présent sur la scène internationale au sein du groupe d’achat européen BricoAlliance. A présent le groupe s’enrichit de six – bientôt sept – centres de jardinage de Walter Van Gastel, comme nous le dévoile avec fierté son CEO Erwin Van Osta.

Avez-vous également l’intention de bâtir un empire du jardinage ? Depuis quand cette idée vous est-elle venue ?

E.V.O.: « J’y pense depuis trois environ, car les centres de jardinage sont parfaitement  compatibles avec ce que nous faisons. Ils correspondent en partie  hubo_vanostaà l’univers masculin du bricolage, mais sont principalement le domaine des femmes. Il y a donc des rapprochements entre les deux branches, sans qu’il y ait cannibalisation : une complémentarité parfaite.


D’autre part c’est une piste idéale si nous voulons continuer à grandir en Belgique. Pour Hubo j’estime qu’il y a encore un potentiel pour 30 à 40 magasins maximum, après cela le plafond sera atteint. Si nous voulons étendre notre marché, c’est de cette façon que nous devons le faire.


J’ai fait effectuer une étude de marché quantitative et qualitative, qui a démontré qu’AVEVE était la seule grande enseigne de jardinage en Belgique. La part de marché restante est  répartie sur de nombreux indépendants. Il y a un énorme morcellement sur ce marché et cela offre donc des tas de possibilités ».


Pourquoi avez-vous jeté votre dévolu sur Van Gastel ? Le fondateur Walter Van Gastel, avec son expérience, fera-t-il également des affaires pour Hubo ?

VanGastelE.V.O.: « Van Gastel est ressorti de cette étude comme une entreprise très connue ayant une bonne réputation, malgré son format restreint. Actuellement l’enseigne ne compte que 6 magasins et bientôt un septième ouvrira ses portes à Ninove. Je pense néanmoins qu’on peut aller jusqu’à une cinquantaine de magasins.


Il y a d’ailleurs une anecdote assez amusante quant aux circonstances de ma rencontre avec Walter Van Gastel. Nous nous sommes rencontrés lors du RetailDetail Night, où Jorg Snoeck nous a présentés (rires). Ensuite nous sommes restés en contact et Walter m’a fait savoir qu’il souhaitait vendre.


La connaissance de Walter Van Gastel dans son domaine est phénoménale, il serait donc dommage de ne pas s’en servir. Walter restera à bord et sera pour nous une source de connaissance précieuse ».

Garderez-vous le nom ? Ou Van Gastel fera-t-il partie intégrante de Hubo ?

E.V.O.: « Comme je l’ai déjà dit, les centres de jardinage Van Gastel ont une forte renommée. Nous avons acheté une perle au niveau de l’expertise et de l’image. Je ne vois donc aucune raison de changer le nom. Les deux organisations commerciales continueront à fonctionner séparément, avec des départements sales & marketing distincts et garderont chacune leur identité propre.


Bien entendu nous y ajouterons quelques touches Hubo. Ainsi le back-office sera rationalisé. Là où la synergie est possible, nous le ferons certainement ».

 

Connaissant Hubo, il est certain que vous avez déjà des projets d’expansion pour la chaîne Walter Van Gastel.

E.V.O.: « Nous envisageons déjà une cinquantaine de magasins. Nous allons également nous lancer dans la franchise. De grands indépendants pourront ainsi se joindre à une entité dynamique et forte . Si en plus, nous y ajoutons notre logistique et notre nom, cette collaboration Van Gastel s’annonce fructueuse. Si vous vous sentez appelés, vous pouvez d’ores et déjà vous présenter ».

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’au-revoir de Barbara Torfs qui quitte Schoenen Torfs

20/04/2017

Barbara Torfs, la force motrice et les épaules solides de la division marketing et e-commerce de Schoenen Torfs, a choisi de donner une toute autre tournure à sa carrière et quitte donc l’entreprise. « Il m’est certainement arrivé de susciter la controverse, mais on m’a toujours fait confiance », nous confie-t-elle.

 

« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Medi-Market se lance en Flandre : « Nous sommes plutôt très conservateurs »

29/04/2016

La première enseigne flamande de Medi-Market a ouvert ses portes à Gand samedi.  Il s’agit plutôt de deux enseignes : une pharmacie et une parapharmacie s’y retrouvent côte à côte.  C’est une étape importante pour le fondateur Yvan Verougstraete.

Kipling lance une carte de fidélité ‘sociale’

10/10/2014

Kipling a lancé pour ses clients un nouveau programme de fidélité, qui récompense l’interaction sur les médias sociaux, notamment par des bons de réduction à la caisse. « Il s’agit d’une nouvelle génération de ‘customer relationship management’: le CRM social », indique le CEO Richard Macey.

Le premier RetailDetail RetailDay inspire une salle comble à Kinepolis

30/09/2014

Le premier RetailDetail RetailDay, qui a eu lieu la semaine dernière, a rencontré un énorme succès : le congrès affichait complet. « Notre objectif était d’inspirer le public, de démontrer qu’il restait de nombreuses occasions à saisir, même en cette période difficile. Mission accomplie ! », estime Gino Van Ossel, qui présidait le congrès.

Philip Mountford, CEO Hunkemöller : « Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer »

24/09/2014

Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer. Il s’agit donc de renforcer la fidélité à la marque et d’autant plus en temps de crise, estime Philip Mountford. CEO de l’enseigne de lingerie Hunkemöller depuis 2009, Mountford  cherche à positionner la marque dans le segment supérieur du marché. Il sera l’un des conférenciers au RetailDetail RetailDay.

Back to top