Jef et Frans Colruyt : « Une entreprise c’est comme une équipe de relais »

Jef et Frans Colruyt : « Une entreprise c’est comme une équipe de relais »

« Nous considérons une entreprise comme une équipe de relais : on franchit la ligne d’arrivée en se passant le témoin, mais pour cela il faut une coordination parfaite entre les différents coéquipiers », expliquent Jef et Frans Colruyt. Depuis le 1er septembre les deux cousins dirigent  le groupe Colruyt. Vendredi dernier ce duo de tête a fait sa première apparition publique.

Come-back après une année sabbatique

Après une période sabbatique, Frans Colruyt fait son come-back dans le monde du retail. Fin janvier, il avait décidé de quitter son poste de patron chez Spar, filiale de Colruyt, pour faire un break. Auparavant  il avait déjà occupé diverses fonctions au sein de l’organisation Colruyt, notamment  chef de service des entrepôts, acheteur food et directeur des services techniques.


« Durant cette période intermédiaire, j’ai réfléchi à ce que j’aimerais encore faire dans la vie. Au début je me suis posé beaucoup de questions, mais durant ce périple elles ont disparues. J’ai alors fait savoir à Jef par sms que je souhaitais à nouveau être actif dans le retail », témoigne Frans.


Pour Jef, le souhait de son cousin tombait à pic : « L’entreprise a beaucoup grandi : il y avait trop à gérer pour un seul homme. D’autre part mon âge est ce qu’il est : j’ai 54 ans et on ne rajeunit pas. Si Frans ne s’était pas présenté, nous aurions choisi quelqu’un d’autre du groupe. »


Distribution des tâches

Jef Colruyt  conserve sa fonction  de CEO et de président du conseil d’administration, mais passe la direction opérationnelle des activités retail à son cousin. D’autre part Jef Colruyt continuera à diriger les services de soutien tels que les finances, le personnel, l’informatique et l’immobilier. Il se focalisera également sur les activités non-retail de Colruyt, notamment les stations-service Dats24 ou encore les projets énergétiques et d’imprimerie du groupe.


Désormais Frans Colruyt se chargera donc de la direction opérationnelle des activités retail et sera ainsi le responsable final des activités des magasins opérant sous l’enseigne Colruyt et ses filiales  à savoir Okay, Bio-Planet, Retail Partners (Spar Retail), Retail Frankrijk, Foodservice, DreamLand, DreamBaby et ColliShop.


Pour mener à bien cette répartition des fonctions, les deux cousins ont instauré des concertations. Chaque semaine tous deux  se réunissent. « Nous analysons les problèmes en tête-à-tête. » S’il s’agit d’un problème concernant le retail, c’est Frans qui en aura la responsabilité finale. Mais s’il s’agit d’un problème relatif à un service de soutien, c’est à Jef de trouver la solution.  D’autre part Frans et Jef se concertent  mensuellement avec leurs directeurs et un conseil a lieu chaque mois avec tous les directeurs.

 

Travailler comme un bulldozer

Un duo à la tête d’une entreprise c’est bien, mais que se passe-t-il en cas de conflits ? Jef : « Nous travaillons ensemble depuis plus de vingt ans et je ne pense pas que nous ayons déjà eu de grands désaccords. A long terme  nous arrivons toujours aux mêmes objectifs. Parfois l’approche pour atteindre l’objectif est différente, mais ce n’est pas grave. Si nous ne trouvons pas de solutions, nous fermons les portes et nous discutons jusqu’à trouver un accord. »


« Frans a plus d’intuition que moi », estime Jef Colruyt. « Il aborde les choses au feeling. Moi j’ai plutôt tendance à y réfléchir à deux fois, ensuite je prends une décisions et je travaille comme un bulldozer. » De son côté Frans qualifie Jef de « visionnaire qui voit les tendances à long terme. Moi  je détecte plus facilement  les dangers. »


« Ces derniers mois nous avons énormément travaillé. Nous nous sommes interrogés sur l’essence de notre entreprise : nous sommes retournés aux valeurs de base de notre fondateur et nous nous sommes demandés si elles étaient encore valables aujourd’hui. Après de multiples réunions nous avons défini notre mission :  créer ensemble une plus-value durable dans le retail, grâce à un savoir-faire basé sur des valeurs », déclare Jef.


« Nous  développons un processus de réflexion stratégique. Que se passera-t-il par exemple si tous les Chinois se mettent à manger de la viande : la valeur de nos produits alimentaires doublera ou triplera. Comment nos fournisseurs doivent-ils réagir face à une telle situation et que pouvons-nous faire, nous ? Devons-nous adapter notre offre ? Ou encore : une grande partie de notre alimentation disparaît dans la poubelle, est-ce normale ? Que pouvons-nous faire en tant que distributeur pour empêcher cela ? »


Bio-Planet par exemple est une chaîne qui répond à la tendance actuelle d’une alimentation saine. C’est pourquoi de nouveaux points de vente seront ouverts sous cette enseigne :  en décembre un nouveau magasin ouvrira ses portes le long de la chaussée de Boom à Wilrijk, et ensuite d’autres ouvertures  de magasins sont prévues en Wallonie.  Sur le long terme la famille Colruyt envisage un réseau de 30 à 40 magasins, une très nette augmentation par rapport aux  sept points de vente que comptait l’enseigne à  la fin de l’année comptable précédente.


Une réorganisation permanente

Selon Frans « tout est en mouvement. J’ai d’ailleurs l’impression que nous sommes en réorganisation en permanence. C’est pourquoi nous devons être sûrs de ce que nous sommes, de ce que nous voulons représenter  et de ce que nous voulons atteindre. Une mauvaise collaboration entraîne une énorme perte d’énergie. »


« Nous avons d’ailleurs mis sur pied un groupe de travail qui a pour mission de repenser les magasins en partant de zéro. Un autre groupe de travail se charge de trouver d’éventuelles solutions pour les magasins où la shopping experience se dégrade parce qu’il y a trop de monde », indique-t-il.

 

Condamnés d’avance

Pour terminer, le duo a souhaité revenir sur quelques thèmes d’actualité dans le secteur retail, notamment concernant les ententes sur les prix pratiquées jusqu’en 2007  dans certains supermarchés sur des produits de droguerie. « Apparemment nous sommes déjà condamnés. Mais nous attendons le jugement. Nous n’avons rien à nous reprocher. Aujourd’hui je suis sûr que tout est en ordre à 100%. », commente Jef Colruyt.


Les cousins Colruyt ont même fait l’éloge de leur concurrent. « Gérard Lavinay est le premier patron chez Carrefour, qui comprend le marché belge et qui sait comment gérer le dialogue social. », conclut Frans Colruyt.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’au-revoir de Barbara Torfs qui quitte Schoenen Torfs

20/04/2017

Barbara Torfs, la force motrice et les épaules solides de la division marketing et e-commerce de Schoenen Torfs, a choisi de donner une toute autre tournure à sa carrière et quitte donc l’entreprise. « Il m’est certainement arrivé de susciter la controverse, mais on m’a toujours fait confiance », nous confie-t-elle.

 

« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Medi-Market se lance en Flandre : « Nous sommes plutôt très conservateurs »

29/04/2016

La première enseigne flamande de Medi-Market a ouvert ses portes à Gand samedi.  Il s’agit plutôt de deux enseignes : une pharmacie et une parapharmacie s’y retrouvent côte à côte.  C’est une étape importante pour le fondateur Yvan Verougstraete.

Kipling lance une carte de fidélité ‘sociale’

10/10/2014

Kipling a lancé pour ses clients un nouveau programme de fidélité, qui récompense l’interaction sur les médias sociaux, notamment par des bons de réduction à la caisse. « Il s’agit d’une nouvelle génération de ‘customer relationship management’: le CRM social », indique le CEO Richard Macey.

Le premier RetailDetail RetailDay inspire une salle comble à Kinepolis

30/09/2014

Le premier RetailDetail RetailDay, qui a eu lieu la semaine dernière, a rencontré un énorme succès : le congrès affichait complet. « Notre objectif était d’inspirer le public, de démontrer qu’il restait de nombreuses occasions à saisir, même en cette période difficile. Mission accomplie ! », estime Gino Van Ossel, qui présidait le congrès.

Philip Mountford, CEO Hunkemöller : « Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer »

24/09/2014

Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer. Il s’agit donc de renforcer la fidélité à la marque et d’autant plus en temps de crise, estime Philip Mountford. CEO de l’enseigne de lingerie Hunkemöller depuis 2009, Mountford  cherche à positionner la marque dans le segment supérieur du marché. Il sera l’un des conférenciers au RetailDetail RetailDay.

Back to top