Pourquoi mettre son modèle d’affaires sens dessus dessous ?

Pourquoi mettre son modèle d’affaires sens dessus dessous ?

Jeudi 25 avril aura lieu à Schelle la deuxième édition du Congrès Retaildetail.  L’un des cinq avant-programmes, parmi lesquels les invités pourront choisir cette année, s’intitule ‘Sustainability and the power of upside down’, programme entièrement conçu et coordonné par Studio Spark, un bureau de conseil anversois qui assiste les entreprises en matière d’innovation durable.  Stefaan Vandist, ancien stratège en publicité, co-fondateur et co-manager de Studio Spark, nous dévoile brièvement de quoi il s’agira lors de ce pré-congrès.

Le titre de cet avant-programme est assez surprenant ? Quelle est la force de cette démarche ‘upside down’ ?

S.V.: « Depuis trop longtemps la durabilité est perçue comme restrictive : moins de CO2, moins d’énergie, moins de consommation d’eau, … C’est pourquoi malheureusement la durabilité est souvent associée à une limitation des possibilités, un manque de liberté dans l’entreprenariat  et une moindre consommation. Dans la tête du retailer, cela équivaut à une  diminution des ventes, ce qui freine bien entendu l’esprit d’entreprise durable.


D’autre part ‘diminution’ n’est pas  synonyme de ‘changement’. Si nous fonçons sur un mur en béton à une moindre vitesse, tôt ou tard nous finirons quand même par nous écraser. Par contre ‘une approche innovante systématique’, un changement de cap, offrent un énorme potentiel.  ‘Upside down’ fait référence à l’innovation du modèle d’affaires : une démarche où l’on recherche de nouveaux scénarios plus efficaces pour servir au mieux ses clients. »


Le changement est souvent moins attrayant pour les entrepreneurs …

S.V.: « C’est exact, mais on ne pourra pas échapper au changement. Pensez à l’e-commerce et le nouveau rôle du point de vente physique, l’influence des médias sociaux et la consommation collaborative, la réalité des hausses de prix de l’énergie et des matières premières et ainsi de suite.


Tout changement implique également des gagnants et des perdants. Il s’agit donc d’anticiper ces changements de manière stratégique. Grâce à un modèle d’affaires innovant, ce contexte en mutation peut être perçu différemment : au lieu  de vous interroger sur vos processus d’entreprise, c’est votre cœur de métier et votre modèle d’affaires qu’il faut remettre en question.


Les éléments fondamentaux de votre modèle d’affaires (comment tenir ses promesses, comment commercialiser son produit, comment générer des revenus) sont souvent évidents, mais dans l’optique du changement, cela vaut la peine de chambouler tous ces éléments.


Il s’agit d’une approche basée sur l’optimisme de la progression. Nous ne pourrons affronter avec succès les défis mondiaux en matière de durabilité en retenant notre souffle. Il faut au contraire y faire face grâce à la force de l’innovation. Ainsi vous découvrirez pour votre entreprise de nouveaux scénarios, qui répondront aux évolutions du marché. L’art de cette innovation consiste à développer de nouveaux concepts qui permettront de vous distinguer, d’apporter une plus-value à vos clients et d’avoir une avance considérable au niveau de la durabilité. »


En quoi consiste précisément le programme ‘Upside down’ ?

S.V.: « De 14 h à 16 h nous donnerons la parole à une série d’entrepreneurs audacieux qui  ont lancé sur le marché des alternatives durables et innovantes. Quoi de plus convaincant que de bons exemples : dix intervenants viendront donc partager leur histoire. Studio Spark cadrera également ces témoignages dans le contexte de l’innovation du modèle d’affaires. »


Pourriez-vous nous donner un exemple ?

S.V.: « Lors de notre programme, Erik Van den Heuvel de Daimler-Chrysler viendra nous parler de CAR2GO, un concept relatif  à l’autopartage, qui a l’ambition de devenir la formule de transport par excellence dans les grandes villes. Après avoir lancé CAR2GO dans treize grandes  villes en Europe et aux USA, il nous fera part de ses expériences.


Nous tenons absolument à raconter cette histoire de CAR2GO, car il s’agit d’une initiative positive venant de l’industrie automobile elle-même.  La formule permet d’utiliser une voiture sans en posséder une, ce qui représente une alternative durable avec d’ énormes avantages pour l’environnement. »


Quels sont les autres bouleversements dont il sera question ?

S.V.: « Nous avons conçu un programme avec un mélange varié de grandes et de petites entreprises, actives dans les domaines-clés de l’alimentation, la mobilité et l’énergie. Leurs témoignages seront donc très pertinents pour le secteur du retail.


Dr. Nynke van den Akker de l’Université de Maastricht nous exposera comment percevoir différemment l’industrie de la viande. C’est au même moment environ qu’ils présenteront à la presse mondiale le tout premier hamburger synthétique. Plus besoin d’abattre une vache, la viande sera cultivée en laboratoire. Les avantages pour la sécurité alimentaire, l’environnement et une nouvelle destination de la surface agricole sont considérables.


Autre exemple : David Van Malcot, business developer chez Eneco. Lui aussi nous parlera d’innovation du modèle d’affaires, notamment en évoluant de fournisseur d’énergie vers régisseur d’énergie. »


Quel objectif souhaitez-vous atteindre avec ce programme ?

S.V.: « Avec Studio Sparkt depuis deux ans déjà, nous recherchons comment innover durablement le modèle d’entreprise, principalement pour des clients actifs dans le domaine de la fabrication, comme Janssen Pharmaceutica, Tupperware, Dorel (de la marque Maxicosi), etc.


A présent, nous voulons surtout inspirer le retail par des histoires à succès du secteur, tout en tenant compte des tendances actuelles dans l’univers des consommateurs. Au travers de dix exemples et témoignages très différents,  nous souhaitons démontrer que la durabilité peut être un outil innovant et puissant pour le secteur du commerce. »

 


L’avant-programme ‘Sustainability and the power of upside down’ aura lieu  de 14 h à 16h dans le cadre du Congrès Retaildetail du jeudi 25 avril au San Marco Village à Schelle. Découvrez ici la totalité du programme et inscrivez-vous via www.retaildetailcongres.be.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’au-revoir de Barbara Torfs qui quitte Schoenen Torfs

20/04/2017

Barbara Torfs, la force motrice et les épaules solides de la division marketing et e-commerce de Schoenen Torfs, a choisi de donner une toute autre tournure à sa carrière et quitte donc l’entreprise. « Il m’est certainement arrivé de susciter la controverse, mais on m’a toujours fait confiance », nous confie-t-elle.

 

« Le shopping doit être débarrassé des moments dénués de valeur »

20/03/2017

Les retailers d’aujourd’hui se trouvent devant un choix très simple : soit ils accélèrent l’expérience  en magasin, soit ils la ralentissent, affirme Cate Trotter d'Insider Trends, qui sera l'une des oratrices au RetailDetail Congress du 27 avril.

Medi-Market se lance en Flandre : « Nous sommes plutôt très conservateurs »

29/04/2016

La première enseigne flamande de Medi-Market a ouvert ses portes à Gand samedi.  Il s’agit plutôt de deux enseignes : une pharmacie et une parapharmacie s’y retrouvent côte à côte.  C’est une étape importante pour le fondateur Yvan Verougstraete.

Kipling lance une carte de fidélité ‘sociale’

10/10/2014

Kipling a lancé pour ses clients un nouveau programme de fidélité, qui récompense l’interaction sur les médias sociaux, notamment par des bons de réduction à la caisse. « Il s’agit d’une nouvelle génération de ‘customer relationship management’: le CRM social », indique le CEO Richard Macey.

Le premier RetailDetail RetailDay inspire une salle comble à Kinepolis

30/09/2014

Le premier RetailDetail RetailDay, qui a eu lieu la semaine dernière, a rencontré un énorme succès : le congrès affichait complet. « Notre objectif était d’inspirer le public, de démontrer qu’il restait de nombreuses occasions à saisir, même en cette période difficile. Mission accomplie ! », estime Gino Van Ossel, qui présidait le congrès.

Philip Mountford, CEO Hunkemöller : « Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer »

24/09/2014

Le client est fidèle à une marque, pas à un retailer. Il s’agit donc de renforcer la fidélité à la marque et d’autant plus en temps de crise, estime Philip Mountford. CEO de l’enseigne de lingerie Hunkemöller depuis 2009, Mountford  cherche à positionner la marque dans le segment supérieur du marché. Il sera l’un des conférenciers au RetailDetail RetailDay.

Back to top