Henkel parie sur le savon après un trimestre glissant

Henkel parie sur le savon après un trimestre glissant
BestPhotoPlus / Shutterstock.com

Henkel a vu son chiffre d’affaires diminuer légèrement avec la crise du coronavirus : la fermeture des salons de coiffure et des constructeurs automobiles a eu un impact négatif. La catégorie des savons et poudres à lessiver a, en revanche, été performante, si bien que le fabricant de Persil a augmenté son stock de savon de 30 %.

 

Succès pour les machines à laver

Au cours du dernier trimestre, Henkel n’a tout simplement pas été à la hauteur des attentes : les ventes ont chuté de 0,8 % à 4,9 milliards d’euros au premier trimestre, alors que les analystes tablaient sur un chiffre d’affaires de 4,96 milliards d’euros. Hors effets de change et acquisitions, les ventes ont diminué de 0,9 %, tout cela en raison de la pandémie de coronavirus, affirme le fabricant. En Europe occidentale, le chiffre d’affaires a même chuté de 4,6 %.

 

Les ventes de colle et d’adhésifs ont notamment souffert de la forte baisse de demande de l’industrie automobile (-4,3 %), tout comme la catégorie « Soins de beauté » avec la fermeture obligatoire des salons de coiffure (-2,6 %). Les ventes de la division des biens de consommation sont restées stables, mais la croissance a été très forte, avec une hausse de 5,3 % pour les produits de lessive et les produits ménagers, principalement en raison de la croissance à deux chiffres de la marque de poudre à lessiver, Persil.

 

Plus de savon, moins de produits de beauté

Henkel lance donc une offensive « spécial nettoyage » pour la période à venir : entre-temps, les stocks de savon ont augmenté de 30 % et le producteur de FMCG lance également de nouveaux produits sur plusieurs marchés, comme Persil Hygiène au Mexique, un produit vaisselle antibactérien en Égypte et un gel désinfectant sous la marque de Pril en Turquie, rapporte Reuters.

 

Néanmoins, l’entreprise s’attend toujours à un deuxième trimestre difficile, car l’industrie automobile et les salons de coiffure ne reprennent que lentement leurs activités. La division beauté de Henkel éprouvait déjà des difficultés avant la crise et il était prévu de se défaire de certaines marques grand public. Ces plans se poursuivront, mais pourraient être retardés en raison de la situation compliquée sur le marché. Henkel n’ose actuellement pas se prononcer sur le reste de l’année.